Presse : « Kritik am Sonnenhof In Versailles » (Frankfurter Allgemeine Zeitung)

 

Louis XIV reçoit à Fontainebleau le Prince électeur de Saxe Frédéric Auguste, le 27 septembre 1714 (détail). Louis Silvestre, XVIIIe siècle. Huile sur toile. Château de Versailles (MV4344). © Château de Versailles

Le quotidien allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung a publié le 13 février 2013 (Nr. 37, S. N4) un compte rendu sur le colloque  «Voyageurs européens à la cour de France au temps des Bourbons (1594-1789) – regards croisés », organisé par le Centre de recherche du château de Versailles avec le sou­tien de l’Institut his­to­ri­que alle­mand à Paris du 31 janvier au 1er février 2013.

Lire le compte rendu : Kritik am Sonnenhof In Versailles (pdf)

Résumé en français :
La propagande de Louis XIV avait porté ses fruits : aucun autre monarque européen n’était parvenu, en seulement quelques années, à faire de sa résidence un modèle envié par l’ensemble de l’aristocratie européenne. À partir de 1720, la France évince l’influence italienne dans les beaux-arts, l’industrie de luxe et bien d’autres domaines. Versailles apparaît alors comme le symbole de l’hégémonie politique et culturelle de la France, une réputation qui s’est construite aussi à travers les nombreuses lettres, journaux et récits de voyage qu’ont laissés les visiteurs qui se sont rendus sur place.
Un colloque organisé par le Centre de recherche de Versailles témoigne d’un changement de perspective important qui s’observe actuellement dans la recherche : de l’étude de la représentation royale, les intervenants du colloque se sont tournés vers celle de la réception, c’est-à-dire la manière dont le château et la cour ont été perçus par les nombreux visiteurs qui s’y rendaient. Quelles ont été leurs attentes et ont-elles été comblées, déçues ou dépassées ?
Les cas des voyageurs étudiés, d’origine anglaise, russe, suédoise, mais surtout allemande, démontrent que la propagande de Louis XIV n’a pas eu l’impact espéré. La critique de la cour domine, comme le démontrent les mémoires redigés en français de Sophie de Hanovre qui visite Versailles en 1679. Sylvie Requemora-Gros (Marseille) met en évidence que la pensée de leur auteur annonce l’esprit des Lumières. Sophie de Hanovre oppose à la pompe versaillaise la vie curiale sobre et mesurée des cours protestantes et critique l’existence oisive des courtisans.
Le baron de Pöllnitz, présenté par Bernd Klesmann (Cologne), se montre aussi critique quand il se rend à la cour quelques décennies plus tard ; il est l’un des premiers à exprimer son admiration envers le système parlementaire anglais qui devient à cette époque le contre-modèle politique et social de l’absolutisme à la française.
Cette anglophilie, conjuguée au renforcement de la bourgeoisie et des idées des Lumières, marque la société de la deuxième moitié du XVIIIe siècle, mais la cour de France résiste à tout changement. Les tensions qui en résultent sont perceptibles dans le récit de voyage de Sophie de La Roche, publié en 1878 et étudié par Caroline zum Kolk (Paris). La Roche décrit le sort des pauvres, et même des prostituées, et souligne le contraste qui existe entre les élites et ces misérables dont elle constate le nombre effarant. Versailles apparaît comme un monde clos, soumis à un cérémonial figé et une pompe qui ne correspondent plus aux attentes des contemporains. La modernisation curiale et politique qui a été entreprise dans d’autres pays n’a pas eu lieu en France.
Libre à nous d’établir un parallèle entre cette situation et l’immobilisme de certains milieux français actuels (des syndicats aux grandes écoles) qui défendent avec force leurs privilèges. Les origines de ce phénomène remontent loin dans l’histoire du pays.

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *