Colloque : Pierre le Grand et l’Europe intellectuelle : contexte, réseaux, circulation, réalisations (Paris, 28-29 mars 2013)

pierre-le-grandLe règne de Pierre le Grand se scande en deux parties. À son avènement, il comprit les difficultés dues à un certain retard technologique de la Russie. Le transfert (par toutes les filières possibles) et l’acculturation des connaissances venues d’Europe devinrent le leitmotiv de sa politique. De son vivant, le tsar fut comparé à Prométhée. Presque tout était à créer. Le corpus des savoirs nécessaires était insuffisant. Les structures étatiques archaïques, que ce soit dans le domaine diplomatique, militaire ou administratif, ne lui permettaient pas d’affronter les problèmes d’actualité. L’état obsolète de la technique – artillerie, armement, fortifications, mines et métallurgie – freinait les ambitions géopolitiques du monarque. D’autres infrastructures, la marine de guerre par exemple, n’existaient pas. Il manquait également un système d’enseignement et des structures de production scientifiques. Deux décennies durant, Pierre Ier s’efforça à esquiver ou à parer les coups en les anticipant dans la mesure du possible. Il travailla ainsi dans l’improvisation, au gré des nécessités militaires, politiques et sociales. Vers la fin des années 1710, la guerre du Nord touchant à sa fin, il prit conscience d’avoir accumulé suffisamment d’expérience en matière d’appropriation des connaissances européennes ; ses réformes devinrent de plus en plus réfléchies et systématiques. Dans ce nouveau paradigme, les savoirs artistiques, scientifiques et administratifs changèrent de signification et rejoignirent, à titre d’égalité, le transfert des connaissances techniques. Le pragmatisme de Pierre Ier répondait au principe de l’utilité, à une forme d’utilitarisme moral et économique destiné à réaliser un projet sociétal. C’est l’axe majeur de cette rencontre internationale. Les études qui se proposent d’examiner globalement le phénomène de transfert et son impact sur la Russie et l’Europe occidentale restent rares. Dans le cadre de ce colloque, nous nous proposons d’affronter un défi, en réunissant autour de ces grands axes de réflexion des chercheurs ayant mené, depuis une vingtaine d’années, des enquêtes originales et souvent inédites sur les divers aspects des relations entre la Russie et l’Occident à l’époque pétrovienne.

28 et 29 mars 2013
Fondation Singer-Polignac
43 avenue Georges Mandel
75116 Paris

Confirmation indispensable avant le 20 mars 2013 : pierrelegrand@singer-polignac.org
Consulter le programme sur le site de la Fondation Singer-Polignac.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *