Fouille archéologique programmée au parc national de Marly : la Rivière et les Nappes (15 avril-juin 2013)

Abandonné en 1810 après mise à nu du terrain par démolition des bâtis et récupération des marbres, pierres et tuyauteries des bassins, le domaine de Marly n’a fait l’objet d’aucun projet de réutilisation. Il est donc resté pratiquement en l’état.

Plusieurs campagnes de fouilles archéologiques ont été réalisées, notamment dans les années 1930, par Maurice Hanotte, et 1980-1990, par Bruno Bentz. Ces actions ont mis en évidence toute la richesse des vestiges enfouis qui viennent parfaitement compléter la masse documentaire, très abondante. Elles ont démontré que le terrain a conservé une grande partie des substructures de l’ancien château, mais aussi le témoignage d’une vie quotidienne à ce jour méconnue. Elles ont prouvé tout l’intérêt de poursuivre l’exploration du site.

Or, le domaine de Marly a été récemment rattaché à celui de Versailles, et l’Établissement public du château de Versailles a décidé de reprendre ces recherches. L’intervention de fouille programmée en 2013 se situe dans la continuité des actions précédentes ; elle doit confirmer toute la plus-value qu’apporte l’archéologie, pour une meilleure connaissance du site, qu’il s’agisse des bâtis disparus, des jardins, des fontaines ou du système hydraulique.

Deux anciennes fontaines du parc vont ainsi être à l’étude : la « Grande cascade » ou « Rivière » et les « Nappes », situées aux deux extrémités de l’axe principal.

La Rivière

Fig. 1 : « Partie haute de la Rivière ». État postérieur à 1707. Archives nationales O1 1472 n°9

Fig. 1 : « Partie haute de la Rivière ». État postérieur à 1707. Archives nationales O1 1472 n°9

Le 14 décembre 1696, le marquis de Dangeau rapporte la décision de Louis XIV de réaliser une cascade à Marly, réalisation que permettait la machine de Marly et inenvisageable à Versailles. Les travaux débutèrent l’année suivante.

Dans son premier état, cette cascade mesurait environ deux cents mètres de long et était constituée de cinquante-deux degrés bordés de rocaille, un degré en anse de panier alternant avec deux degrés droits. Les matériaux utilisés conféraient un aspect « naturel » à cette construction qui était alimentée par une grosse gerbe. Deux lances ponctuaient le bassin terminal encadré de deux vases de marbre blanc. Cependant, les eaux gâtaient les corrois de glaise et l’ensemble demandait un l’entretien constant. Une première modification survint en juin 1701 : le roi demanda la taille de toutes les marches en ligne droite.

Les jardins de Marly connurent une phase d’embellissement en 1703-1704, au cours de laquelle la Rivière fut refaite avec des gradins maçonnés. Le front des marches fut plaqué de compartiments de marbre rouge, vert et blanc, décoration plus classique qui remplaça la rocaille. L’étude de la partie basse de la cascade avait été confiée à Jules Hardouin-Mansart le 9 mai 1702, mais ce n’est qu’en mars 1703 que le projet définitif fut adopté. L’architecte conçu un bassin en fer à cheval, dont les jeux d’eaux recherchés comprenait trois paliers, décorés notamment d’allégories de Vents qui lui donneront son nom, la pièce des Vents.

Cependant, en janvier 1727, le duc d’Antin argua de la mauvaise construction, du manque d’entretien des marbres et de la somme énorme nécessaire à la remise en état de la Rivière, pour proposer de la remplacer par un Tapis vert. La cascade fut donc comblée et gazonnée en 1728, à l’exception du bassin haut et de la pièce des Vents. Celle-ci disparut avec le reste du domaine au début du XIXe siècle puis fut fouillée et reconstruite en 1937.

Les Nappes

Fig. 2 : « Les Napes ». État postérieur à 1702. Archives nationales O1 1472 n°35

Fig. 2 : « Les Napes ». État postérieur à 1702. Archives nationales O1 1472 n°35

Un bassin fut creusé en 1683 au nord du Miroir, terminant, dans le parc, l’enfilade de l’axe médian. Le 5 décembre 1692, Louis XIV ordonna la réalisation d’une cascade à l’emplacement des marches qui descendaient au niveau du bassin. Achevée seulement en 1696, cette petite cascade était composée de nombreuses nappes alimentées par de petits jets. Une bordure de rocaille, soulignée de gazon, l’encadrait.

En février 1699, Louis XIV demanda à Jules Hardouin-Mansart d’augmenter les Nappes, projet qui fut réalisé en mai. L’escalier d’eau fut alors étendu, se jetant directement dans le bassin. Le 6 avril 1700, Louis XIV fit supprimer tous les bouillons des nappes et le jet central du bassin. Les autres jets semblent avoir été supprimés en 1702.

La cascade fut simplifiée de novembre 1734 à septembre 1740. Dans ce dernier état, deux vasques octogonales animées chacune d’un jet encadraient une cascade rectiligne de quatre degrés, qui ne dépassaient pas le glacis de gazon. Les margelles et les vasques furent de nouveau habillées de rocailles. Arasé au début du XIXe siècle avec les autres structures bâties du domaine, le bassin des Nappes a été peu à peu enseveli et sa dépression reste encore très marquée sur le terrain.

Appel à participation

Le chantier de fouilles archéologiques programmées, qui aura lieu dans le parc de Marly à partir du 15 avril 2013, est ouvert à la participation pour les personnes majeures déjà expérimentées en archéologie (niveau L3).

Contact : Annick Heitzmann – château de Versailles – RP 834 – 78008 Versailles cedex – annick.heitzmann@chateauversailles.fr


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *