Article en ligne : « L’étiquette et la distribution des appartements officiels dans les palais baroques », par Hugh Murray Baillie

L’article de Hugh Murray Baillie, « L’étiquette et la distribution des appartements officiels dans les palais baroques », traduit de l’anglais par Cédric Michon, est en ligne sur le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles : http://crcv.revues.org/12137
Etiquette and the Planning of the State Apartments in Baroque Palaces

Plan de l’appartement du roi à Versailles, premier étage (1676-1678). Stockholm, Nationalmuseum, CC74 (lettres ajoutées).

Le texte que nous proposons ici est la traduction d’un article novateur de l’historien anglais Hugh Murray Baillie paru en 1967. Il présente en cela nécessairement quelques erreurs ou imprécisions qui, depuis les nombreuses recherches menées sur la cour et ses espaces ces dernières décennies, peuvent désormais être corrigées. C’est la raison pour laquelle, sans toucher à la teneur intrinsèque du texte, le Centre de recherche du château de Versailles a souhaité ajouter quelques notes d’éditeur apportant des précisions voire des corrections qui s’appuient sur les travaux parus depuis la rédaction de cet article. Malgré ces menues incorrections, cette étude exemplaire sur la distribution intérieure dans les résidences européennes demeure incontournable pour comprendre, par le biais d’une approche comparative, la topographie des appartements princiers et apporte des conclusions qui restent toujours valables aujourd’hui.

Résumé : L’origine de cette étude remonte à l’époque où, après la guerre, je travaillais en Allemagne dans l’équipe engagée pour le programme de sauvegarde des Monuments, beaux-arts et archives. À l’occasion de l’inspection que je fis alors, en compagnie d’un collègue allemand, d’un vaste palais du xviiie siècle dont nous avions la charge, ce dernier, peut-être frappé par le terrible voire le scandaleux contraste entre ces splendeurs ternies et la désolation qui les entourait, me dit d’un air presque contrit : « Après tout, ce palais n’est qu’une imitation de Versailles. »

Abstract : The origins of this inquiry lie in my work after the war as a Monuments, Fine Arts, and Archives Officer in Germany when, during a joint inspection of a large eighteenth-century palace under our care, a German colleague, struck perhaps by the realization of the ugly, indeed the insolent, contrast between its battered splendours and the surrounding desolation, said to me almost apologetically: ‘After all, it was built in imitation of Versailles!’


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *