Publication : Isabelle Tillerot, « Jean de Jullienne et les collectionneurs de son temps – Un regard singulier sur le tableau » (éditions de la MSH, 2011)

d480bcc6ebIsabelle Tillerot

Éditions de la Maison des sciences de l’homme, Paris
2010
collection Passages/Passagen vol n°37,
ISBN : 978-2-7351-1253-1
48,00 EUR
 

Fils d’un marchand de draps que rien ne prédisposait à devenir l’une des figures emblématiques de son époque, Jean de Jullienne (1686-1766) occupe une place à part dans le monde des collectionneurs au XVIIIème siècle. Si sa collection, riche de près de cinq cents tableaux, rassemble, parmi des peintres des écoles nordique, française et italienne, des noms comme ceux de Poussin, Rembrandt ou Titien, elle se distingue de celles de la comtesse de Verrue, du prince de Carignan ou d’autres grands collectionneurs de son temps par le fait qu’elle accorde aux peintres vivants un statut nouveau. Selon Mariette, Jullienne posséda un temps presque tous les tableaux de Watteau. Entreprise unique au XVIIIe siècle, il fait graver son œuvre peint et dessiné. Au-delà du choix des tableaux, Jullienne apporte un soin tout particulier à l’accrochage.

Tournant le dos à la mode des galeries richement décorées où les peintures ne sont que des ornements parmi d’autres, il fait construire dans sa maison des Gobelins une galerie aux murs nus où le tableau règne en maître. Le catalogue illustré de son cabinet, document inédit, témoigne de ce nouveau regard et permet de récuser l’idée d’une collection immuable. L’histoire de Jullienne est en effet celle d’un homme qui, s’il ne cesse d’aimer Watteau, continue d’aimer la peinture après lui et fait entrer jusqu’à la fin de sa vie de nouvelles œuvres dans sa collection, privilégiant les beautés des tableaux par rapport à leur ancienneté. Fait sans précédent, sa collection est dispersée au Louvre après sa mort. Amateur ?  Connaisseur ? Isabelle Tillerot interroge ces notions essentielles au XVIIIème siècle et montre comment Jullienne, au travers d’un savoir acquis et ressenti, parvient au statut de paradigme du collectionneur.

 

Sommaire

Introduction
Première partie : Collectionner au XVIIIe siècle

I Les collections en présence au début du siècle
Faire du roi un collectionneur
Le Régent
Pierre Crozat ou le modèle immuable de l’Italie

II Jean de Jullienne, un itinéraire singulier
Une stratégie de promotion familiale
De l’apprenti teinturier au manufacturier anobli, histoire d’une ascension sociale
Alliances et mésalliances

III Un groupe atypique
La comtesse de Verrue, une figure-clé
Les réseaux d’amitié
Les chemins de lecture
La formation d’un autodidacte

IV Les moyens de la collection
La collection ostensible
La collection spéculative
La collection élective

Conclusion de la première partie

Deuxième partie : Les mécanismes de la collection

V La motilité de la collection
Recueillir
Acquérir
Se dessaisir

VI Des fauteurs d’art moderne
Les modes d’intervention
Les commandes extrinsèques de Jullienne
Les tableaux « modernes » dans les collections

VII Le lieu de la collection, aménité et savoir
La construction d’un passé
La présentation matérielle de la collection
Tableaux d’une exposition

Conclusion de la deuxième partie

Troisième partie : Ce que collectionner signifie

VIII Les enjeux de la collection
Les enjeux sociaux et théoriques
La collection didactique
La question de l’imitation

IX Le paradigme du collectionneur
Graver Watteau
Le choix de ne pas faire graver sa collection
Le temps de la renommée

X Les fins de la collection
La distinction entre le curieux, l’amateur et le connaisseur
L’éloge du présent
L’amour du tableau

Conclusion de la troisième partie

Conclusion générale
L’instauration du tableau

 

Acheter le livre.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *