Parution : Grégory Quenet, « Versailles, une histoire naturelle » (La Découverte, 2015)

70718494_000_CV_1_000Versailles, une histoire naturelle
Grégory Quenet

On croit bien connaître Versailles – son château, ses perspectives étudiées et ses jardins au cordeau -, ce lieu du pouvoir qui se met majestueusement en scène et incarne à lui seul la France et son histoire.
Le domaine actuel de Versailles ne représente pourtant que le dixième de celui d’autrefois. Au sein de l’immense Grand Parc, dynamique, vivant et giboyeux, les habitants des villages enclavés comme la nature devaient se soumettre au bon vouloir du roi. Car, à Versailles, le monarque veut chasser en toute saison, voir jaillir les grandes eaux sur un site austère. Rien n’est trop grand pour faire plier la nature : on convoque la science pour construire un réseau hydraulique pharaonique, des murs d’enceinte pour parquer le gibier, dont l’abondance nuit aux cultures. Mais la nature et les hommes résistent : les animaux s’échappent ou se multiplient, incontrôlables, les paysans se jouent des contraintes, braconnent, volent du bois, détériorent les réseaux. On renforce les frontières, règles, contrôles et sanctions. Souvent en vain.
C’est à la découverte de cet autre Versailles, animal, organique, que nous convie Grégory Quenet, loin du stéréotype d’une nature aménagée, rationalisée et contrôlée, « à la française ». Une visite passionnante qui prend à revers l’histoire officielle du rapport entre pouvoir et nature en France.

 

Table des matières

Introduction. Une autre histoire
I / Naissance. Le château dans son environnement
1. L’animal Versailles

Un site pauvre en eau
Port-Royal et Versailles, ou l’austérité
Au commencement était la chasse
Abondance du gibier et sédentarité
2. Conservation de la nature et cohabitation au sein du Grand Parc
Un domaine de chasse singulier, où les cultures dominent
Le fantasme de l’absolutisme environnemental
Le pouvoir sur la nature est brouillé par la nature du pouvoir
Dynamiques des changements environnementaux, sociaux et culturels
II / Croissance. Flux de matières et réseaux
3. De l’emprise hydraulique

Le territoire des eaux en expansion
L’espace social résiste
Le prisme technique ou l’absence de conciliation
Grand voyer, contrôleur, inspecteurs, gardes des étangs et rigoles : la police des flux
Des eaux aussi indomptables que les hommes
4. Diviser pour (tenter de) mieux régner
Tensions entre les Bâtiments et le Domaine, entre le privé et le public
Purifier les eaux, écarter les miasmes pour mieux gouverner le territoire
Rapports de force et délits hydrauliques
Désordres, empiètements, dégradations, vols, inertie, refus d’obéir
Le problème écologique est né
II / Régénération. Parquer et conserver
5. Le gouvernement de la nature

La privatisation progressive des communs
Un écosystème sous contrainte
De l’incontrôlable circulation des animaux
Où il est question d’abondance et de cascade trophique
Une microgestion des environnements
6. Des inégalités sociales et environnementales
Une stratification sociale bouleversée
Les aumônes et la tolérance de pratiques illégales atténuent les tensions
Le Roy, chasseur et philosophe
De la dignité et de l’intelligence animales
La « nature » factice du Grand Parc, ou comment les politiques de conservation modifient le comportement animal
Une nouvelle hiérarchie entre les hommes
III / Mort. Versailles, oeuvre d’art et musée
7. Révolution au domaine

Les tensions montent face au pouvoir arbitraire
Le peuple réclame la limitation du gibier
Du critiquable usage du territoire
Le divorce final
8. De l’agonie du Grand Parc à la création du musée national
Versailles, lieu sépulcral
Discours sur la domination de la nature
Une oeuvre d’art à la gloire de la nation
Une nature devenue culture
Conclusion. Pour une histoire environnementale de la France.

Détails

Collection : Sciences humaines
Parution : janvier 2015
Prix : 19 €
ISBN : 9782707184948
Dimensions : 135 * 220 mm
Nb de pages : 220
 
Page de l’ouvrage chez l’éditeur.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *