Réédition : Nicolas Le Roux, « La faveur du roi : mignons et courtisans au temps des derniers Valois (vers 1547-vers1589) » (Champ Vallon, 2013)

indexLa faveur du roi : Mignons et courtisans au temps des derniers Valois (vers 1547-vers1589)
Nicolas Le Roux

 

Dans la France de la Renaissance, la cour s’impose comme un outil de gouvernement. À la fois instrument et reflet de sa puissance, l’entourage du prince joue un rôle politique majeur. C’est dans ce monde aux contours mouvants qu’un cercle privilégié de familiers acquiert une position dominante: les mignons. Ce livre s’attache à ces personnages mal connus, à la réputation sulfureuse.
Jusqu’au milieu du XVIe siècle, seuls quelques grands barons jouent à la cour le rôle d’intermédiaires obligés entre les élites et le souverain. Avec les guerres de Religion (1562-1598), les conflits pour l’accès aux ressources de l’État et à la faveur du roi deviennent de plus en plus violents. Tandis que la reine mère Catherine de Médicis tente de rétablir l’unité du royaume, le futur Henri III prend la tête d’un groupe de jeunes gens soudé notamment par l’expérience des combats. Les mignons accèdent donc au pouvoir avec leur maître en 1574. Ils forment alors l’écrin qui magnifie la majesté du souverain. Les ducs de Joyeuse et d’Épernon émergent de cette nébuleuse, épurée par les assassinats, les duels et les disgrâces. Après la mort du premier et la mise à l’écart du second, la politique de la faveur s’éteint, obligeant le roi à reprendre lui- même en main le fonctionnement de la cour.
Cette histoire de la faveur propose une approche renouvelée de la formation de l’État royal: elle démontre que les figures du courtisan et du favori participent pleinement à la construction du pouvoir monarchique.

 

Sommaire

 Introduction
  Première partie LA FAVEUR ET LA CONCORDE 15
 Chapitre 1: Une économie humaniste de la faveur 20
 L’entourage du prince dans les représentations du bon gouvernement 20
Le modèle domestique du gouvernement – La faveur et la grâce – Les cercles de l’entourage
Amitié et majesté 28
L’amitié comme lien de société – Le problème des amis du prince
Faveur et exercice de la souveraineté: le modèle Henri II 33
De la maison delphinale à l’entourage royal – «Le changement de la Cour» de 1547
Le favori comme parangon de la noblesse 39
Le modèle du favori – «Notre français Nestor»: Anne de Montmorency – Le «gallan de la court»: Jacques d’Albon de Saint-André
 
Chapitre 2: Le lieu de la faveur: la cour à l’épreuve des troubles 49
 Les bouleversements de la maison du roi 49
Les services de la maison – Les Gentilshommes de la chambre – La prise de contrôle de la reine mère sur la cour
Autour de Catherine de Médicis 57
Les chevaliers d’honneur – Les autres dignitaires de la maison de la reine mère – Le «grand favory» du roi: Albert de Gondi-Retz
Charles IX à la cour 68
L’idéal de la proximité – Le tuteur de la jeunesse du prince: Sipierre – Une solitude entourée
La concorde et les honneurs: les formes de la conciliation politique 75
Un outil de réintégration politique: l’Ordre de Saint-Michel – La composition avec les patrons locaux
Des conseillers du coup d’État aux compagnons de la curée 83
L’épreuve de la Saint-Barthélemy – Faveur et tyrannie
 
Chapitre 3: La construction de l’entourage 88
 Le monde de la jeunesse 89
La génération Henri III – Jeunesse et désordre
La maison ducale 94
Une structure ouverte – De l’entourage imposé à l’entourage choisi – La compagnie d’ordonnance et les gardes
Les premiers compagnons du duc d’Anjou 103
Le gouverneur de Monsieur: François de Carnavalet – René de Villequier: mentor ou compagnon? – Le premier favori: Lignerolles – L’anti-favori: Louis de Gonzague, duc de Nevers
La formation politique du prince 118
Les conseils du duc de Nevers – Le programme du duc d’Anjou
 
Chapitre 4: Les épreuves fondatrices du groupe de jeunesse 125
 Les premières expériences militaires 125
Les campagnes du lieutenant général du royaume – Un prince sous influence
Le siège de La Rochelle 129
Une épreuve collective – La formation du clan princier – Une situation d’urgence – Les prémisses de la crise de confiance entre l’héritier de la Couronne et la noblesse
L’élection polonaise 137
L’imaginaire du complot – Liberté et conseil: une image du parfait prince chrétien – Les préparatifs du départ – La maison du roi de Pologne – L’institutionnalisation de l’entourage dilectif
Une épreuve décisive 148
Le voyage – Les rivalités à la tête de l’entourage – Les derniers compagnons du premier règne – Les rescapés de Pologne
 
Chapitre 5: La naissance de la majesté 162
 Henri III chef de clan et souverain 163
L’affirmation de l’autorité à la cour – L’enjeu de la charge de Premier Gentilhomme – La marginalisation du duc de Nevers – La récompense des compagnons – La compétition entre les courtiers: Bellegarde et Le Guast
La sanctuarisation du cadre de la majesté 176
La restriction de l’accès au prince – La ritualisation du pouvoir – Le contrôle de la sécurité à la cour
Le resserrement des fidélités 192
La tête de la maison du roi – Le renouvellement des effectifs de la Chambre – «Un nouvel et plus étroit lien»: le renforcement de la sujétion
 
 Seconde partie LA COUR DANS LA COUR 205
 Chapitre 6: «Ma trouppe» 210
 Des lignages au service du prince: la faveur des héritiers 211
L’ascension de la noblesse seconde – Entraguet – Saint-Sulpice – Caylus – L’éducation à la cour – L’établissement de la faveur
Les prototypes des archimignons 222
Saint-Luc – D’O – Saint-Mégrin
Le court-circuit des réseaux concurrents 229
Maugiron – Livarot
Le second cercle 234
Gramont – Ribérac – Schomberg
Un système d’alliances 237
L’endogamie provinciale – Les nébuleuses de la cour
La nouvelle génération 244
Joyeuse – La Valette – Les trois enfants du roi
La cabale contraire 258
Châteauvieux – La Guiche – Beauvais-Nangis – Souvré
 
Chapitre 7: L’identité du groupe de faveur 263
 Les perceptions des mignons 263
L’identification d’un type – Les premières dénonciations
La culture réservée de l’entourage royal 270
Mimétisme et identification – Le travail de l’apparence – Les usages de la fête
Les pratiques identitaires du discours 278
La lettre comme monument d’estime – La rhétorique de l’amour – La rhétorique de l’amitié – La rhétorique du don de soi
La géographie parisienne des faveurs 288
L’investissement du quartier du Louvre – Rive gauche: locations passagères et nouveaux quartiers – Les hôtes du roi – L’attractivité de l’Île-de-France
Dépenses et consommations 301
Les consommations ordinaires – Le poids des dépenses somptuaires
Maisonnées et sociabilité 307
Les entourages domestiques – Les pratiques de la sociabilité courtisane – Affaires et investissements
 
Chapitre 8: Le service du prince 314
 Les mignons à la guerre 315
Les premières campagnes – Une dernière épreuve collective: le siège de La Fère
Le rajeunissement des réseaux de l’autorité provinciale 323
L’autorité en héritage? – Les difficultés des mignons à s’imposer localement
Le renouvellement des cadres provinciaux 330
Saint-Luc à Brouage – D’O en Normandie – Villequier en Île-de-France
Les conseillers du prince 337
La marginalisation du Conseil d’État – Le gouvernement du Cabinet – Le remaniement du Conseil secret – La gestion des finances
Les récompenses du service 353
Revenus et gratifications – Ouvrir sa bourse au prince
 
Chapitre 9: La factionnalisation de l’entourage 364
 Logiques conflictuelles et luttes de factions 366
Le règne des factions – La première victime: Le Guast – L’attentat de Blois: la mort de Saint-Sulpice
Affrontement médiatisé et cohabitation à la cour 376
Bussy ou la stratégie du défi – Vers la crise ouverte – Les justifications de la fuite de Monsieur – L’alliance objective de Monsieur et des Guise
Le moment critique du duel des mignons 388
L’écho de la rencontre – La crise du favoritisme royal – Le remboursement de la faveur dans un système d’échanges symboliques – Du mignon possédé au prince passionné: la première étape du procès de désacralisation de Henri III
L’assassinat de Saint-Mégrin: le sacrifice du champion du roi 405
Les monuments de la fidélité 407
De la pérennisation des sacrifices à la redéfinition des devoirs de la noblesse – Le panthéon des mignons
 
Chapitre 10: La pédagogie de la disgrâce 417
 De la disgrâce à la rébellion 418
Un mode de communication total – L’exemple du soulèvement de Bellegarde
Les victimes temporaires de la compétition pour l’accès au prince 427
La disgrâce passagère de Souvré – Les jalousies de Beauvais-Nangis – Le «congé à l’impourveu» de François d’O
Anatomie de la disgrâce de Saint-Luc 436
La griffe du diable, ou les subterfuges de Saint-Luc – Les maladresses politiques de Saint-Luc – La course pour Brouage – Le discours de la justification – L’installation dans la marginalité – L’échec de la rentrée en grâce
 
Troisième partie LE SYSTÈME DES FAVORIS 457
 Chapitre 11: Les archimignons 461
 L’officialisation de la position de courtiers du pouvoir 463
Les créatures du roi – La consécration sociale: les duchés-pairies – Le monopole de l’accès au prince
Les bénéfices de la faveur 471
Des revenus exceptionnels – Gestion et utilisation des libéralités
Les mignons et la politique matrimoniale de Henri III 479
Des alliances illustres – L’association des lignages
Le chef d’œuvre du prince: Anne de Joyeuse 484
Un fils spirituel – Les noces de Joyeuse: la fête du premier des favoris – La pédagogie de l’harmonie: le Ballet comique de la reine
Faveur et solidarité lignagère 492
La fratrie Joyeuse – La sociabilité familiale – La défense des intérêts du lignage – Le poids de la cour – Les liens entre les La Valette et les Joyeuse
 
Chapitre 12: La flotte des suivants 505
 L’entretien des clientèles 505
L’entourage d’un courtisan: les clients de Joyeuse 507
Domestiques et agents – Les protégés provinciaux – Les limites de l’intercession
Une clientèle provinciale: la suite d’Épernon 512
Les Gascons à la cour – La recommandation des clients – Les liens avec les élites
Des clients à tout faire: les Quarante-cinq 519
Les contre-Gentilshommes de la Chambre – Un courtisan et homme de main: Laugnac – Un cas limite d’ascension des clients à la cour: De Gast
Le contrôle de l’armée 525
La cavalerie – La marine – L’infanterie
 
Chapitre 13: L’instrumentalisation de la faveur 534
 Une implantation contestée: le Languedoc 535
Le lieutenant général contre le gouverneur – Une autorité locale limitée
Des affectations artificielles 541
La Normandie – Le Maine, l’Anjou et la Touraine
La porte du royaume: Metz 547
Un gouvernement stratégique très convoité – Les agents d’Épernon: des cousins – La gestion de la question religieuse et la résistance à la Ligue
Deux places de sûreté 555
Loches – Boulogne
L’ambition méridionale d’Épernon 558
Les places de Piémont – L’échec à Lyon – Le Dauphiné
Une mission de réintégration impossible: Épernon en Provence 564
Une province centrifuge ingouvernable – Le travail du gouverneur – La politique de conciliation – Les rivalités municipales: Marseille contre Aix
L’ultime échec: l’Angoumois 573
 
Chapitre 14: Les agents de la politique royale d’équilibre 577
 Les premières missions 577
L’entremetteur de la paix générale: le rôle politique d’Épernon 579
L’ambassade de 1584 – Le rapprochement tactique avec les huguenots
L’hostilité ouverte à la Ligue 584
L’agent de la résistance royale – Provocations et déstabilisation des adversaires – Épernon et la reconquête de la noblesse – Les tensions au sein du Conseil – La rivalité pour le monopole de la faveur
Les apôtres du roi-Christ:
les formes de la réintégration mystique du royaume 593
La fixation christocentrique – La politique de la pénitence – Le compagnon de piété: le comte du Bouchage
L’alternative dans le camp catholique: le rôle politique de Joyeuse 602
L’ambassade à Rome – La compétition pour le contrôle du parti catholique
Joyeuse chef de guerre 607
Les campagnes de Normandie et d’Anjou – L’entourage militaire – Les croisades de Joyeuse
Le raidissement politico-confessionnel 612
Le rapprochement avec la Ligue – L’escalade de la violence – La campagne de Coutras
 
Chapitre 15: Les procès de la faveur 621
 La généalogie des dénonciations du mauvais gouvernement 622
Le procès de privatisation de l’entourage – La phobie des créatures
Les représentations sociales de la faveur 629
La vertu contre la faveur – L’amitié à l’épreuve de la faveur
Les avatars de la Fortune 638
Faveur et Fortune – «O fortune inconstante, ô variable rouë»: la mort de Joyeuse, parangon de la foi – L’histoire paradoxe de la faveur d’Épernon
La cristallisation de l’opinion commune 647
Renommée et opinion: la sphère publique à la cour – Littérature pamphlétaire et action politique – La codification de l’imaginaire de l’altérité – Inversion, autorité et soumission
La diabolisation du prince et du mignon 660
Le nouveau Gaveston – Le démon du roi
 
 Chapitre 16: De la fidélité personnelle à la loyauté monarchique 671
 La Ligue et les motivations nobiliaires 671
Les envies et jalousies des Grands – Les Guise et la cour – L’échec de l’interventionnisme royal
La marginalisation d’Épernon 679
L’isolement politique – La résistance inutile – L’affaire d’Angoulême
La réorganisation de la cour 685
Le remaniement ministériel – Le dernier favori: Roger II de Bellegarde
La contre-offensive royale 689
La refidélisation de la noblesse – La recherche d’une voie moyenne: le duc de Nevers – La résistance des fidèles – Les complices du coup d’État – Le stoïcisme des politiques
Les derniers compagnons 701
Les agents de la réconciliation – L’épreuve de la succession – Épernon rebelle à contretemps – De l’abjuration à l’entrée dans Paris
La fin d’une génération 711
La reconstitution de la cour – La mort des anciens serviteurs – Les derniers dinosaures
 Conclusion
 
 Tableaux
Généalogies
Sources manuscrites
Sources imprimées
Bibliographie
RepÈres chronologiques
Index

 

Détails

Broché: 808 pages
Editeur : Editions Champ Vallon (5 septembre 2013)
Collection : Les classiques
Langue : Français
ISBN-10: 2876739070
ISBN-13: 978-2876739079
Dimensions du produit: 20 x 4,9 x 12,9 cm

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *