Article en ligne : « André Cornu et la sauvegarde de Versailles », par Églantine Pasquier

André Cornu, 1932, photographie de presse, 13 × 18 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France.

André Cornu, 1932, photographie de presse, 13 × 18 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France.

L’article « André Cornu et la sauvegarde de Versailles » par Églantine Pasquier est en ligne sur le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles : http://crcv.revues.org/13234

Cet article est issu d’un mémoire d’étude (1ère année de 2nd cycle) de l’École du Louvre, réalisé sous la direction de Raphaël Masson et de Karine McGrath dans le cadre du groupe de recherche « Versailles » de l’École du Louvre en partenariat avec le Centre de recherche du château de Versailles (session 2013-2014).

Résumé : À la fin de la Seconde Guerre mondiale, le domaine de Versailles se trouve dans un état critique ; le montant des travaux à effectuer pour le sauver de la ruine est estimé à cinq milliards de francs. En 1952, André Cornu, secrétaire d’État aux Beaux-Arts, lance une souscription nationale par un appel radio et fonde un Comité national pour la sauvegarde du château de Versailles, chargé de trouver les ressources nécessaires à sa restauration. Des comités départementaux sont créés et, parallèlement, une action est menée auprès du gouvernement pour obtenir des crédits budgétaires. Le succès de ces actions permet de commencer les travaux, organisés en un plan quinquennal. Ils concernent principalement les services d’architecture, chargés du « clos et du couvert », mais les services de conservation profitent aussi des retombées médiatiques et financières de cette campagne pour commencer les restitutions intérieures et le remeublement du château. Cette période, appelée « sauvegarde de Versailles », a non seulement permis de sauver le domaine de la ruine, mais elle marque également le début d’un intérêt nouveau pour le patrimoine ainsi qu’une nouvelle façon d’envisager son financement, à la veille de la création du ministère des Affaires culturelles en 1959.

Abstract : At the end of World War II, the Domain of Versailles is in critical condition, the cost of the restoration work to save it from ruin is estimated at five billion francs. In 1952, Secretary of State for Fine Arts, André Cornu, initiates a national fundraising campaign with a radio broadcast and creates a “National Committee for the Safeguarding of the château of Versailles,” whose aim is to find resources to finance the restoration work. In each French department, local committees are created. Simultaneously, the Committee implores the Government to obtain budgetary funds. The success of those actions allows the five-year restoration plan to begin. The restoration work addresses mainly the architecture department in charge of the structural work. But, the conservation department, which also benefits from the media coverage and financial support of the campaign, can start the restitution and re-furnishing of the chateau. This period, known as “The Safeguarding of Versailles,” not only saved the domain from ruin, but also marked the beginning of a new interest in preservation and a new way to envision its funding; these and other efforts would eventually result in the creation of the Ministry of Cultural Affairs in 1959.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *