Appel à publication thématique : « L’étiquette à la cour » (28 février 2017)

Deuxième appel à publication thématique : « L’étiquette à la cour : textes normatifs et usages » (programme de recherche 2014-2016)

Pour son programme triennal 2014-2016, le Centre de recherche du château de Versailles a lancé un axe de recherche sur « L’étiquette à la cour : textes normatif et usages » et souhaite publier des articles relatifs à cette thématique sur le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles.

Argumentaire

Si l’étiquette recouvre aujourd’hui une acception qui peut apparaître claire et bien délimitée, on s’aperçoit bien vite que cette notion est loin de relever d’une évidence. Outre le fait que l’on mélange souvent « cérémonial », « protocole » et « étiquette », ce dernier terme n’était que très rarement utilisé par les contemporains, et souvent dans des significations bien différentes. Que cela soit dans le dictionnaire de Richelet ou celui de Furetière, c’est essentiellement un sens juridique qui est retenu par les lexicographes. En effet, en France, le terme se rapportait à des pièces de procédures judiciaires. Cependant le dictionnaire de l’Académie française (à partir de son édition de 1718 et dans la dernière signification qu’il donne du mot) rappelle l’utilisation familière de ce terme en Espagne dans le sens « de ce qui se doit faire journellement dans la Maison du Roi, & dans les principales cérémonies ». L’absence de la définition actuelle du mot « étiquette » dans les dictionnaires contemporains ne signifie absolument pas que le terme n’était pas utilisé avec cette signification dans le langage. On en a pour preuve l’utilisation qu’en fait Madame Palatine dans une lettre du 3 février 1679 où la duchesse d’Orléans expliquait qu’elle n’avait jamais pu se faire à cette « insipide étiquette ».

Bernard Hours dans son étude sur la cour de Louis XV (Louis XV et sa Cour, Paris, PUF, coll. « Le nœud gordien », 2002, p. 77-98) a précisé l’historicité et les origines de l’étiquette française. Elle remonterait à la cour de Bourgogne de Philippe le Bon au xve siècle où « elle désignait un formulaire écrit fixant l’emploi du temps du prince et de sa cour » (ibid., p. 78.). Dès lors, on chercha à conserver les usages afin qu’ils se perpétuassent. Les situations évoluant, l’étiquette en fit de même et chaque nouveau code était consigné pour faire jurisprudence.

Cet axe de recherche a pour ambition de formaliser les usages non écrits de la cour de France. En effet, au contraire des nombreuses études systématiques qui ont été menées notamment pour les Habsbourg de la cour de Madrid ou ceux de la cour de Vienne, l’étiquette française a toujours été envisagée selon les usages et rituels de la cour et de façon globale. Il s’agira principalement ici de saisir l’évolution de l’étiquette à l’époque moderne entre développement, perfectionnement et/ou appauvrissement.

Axes thématiques (non exhaustif)

Les propositions d’articles pourront s’inscrire dans une ou plusieurs des thématiques et questions suivantes :

  • La définition de l’étiquette ;
  • Les origines et la naissance de l’étiquette ;
  • La caractérisation de l’étiquette par rapport aux rituels de cour ;
  • Les moyens d’application de l’étiquette (une maison nombreuse ?, le cérémonial, les rituels ?) et l’étiquette en fonction de la topographie et réciproquement ;
  • L’étiquette comme outil politique, de contrôle ou civilisationnel ? ;
  • Qui détermine/arbitre l’étiquette ? ;
  • Les courtisans sont-ils acteurs, moteurs, victimes de l’étiquette ? ;
  • Un élargissement de l’étiquette à l’échelle européenne.

Sources et bibliographie

Les auteurs pourront consulter une liste des sources manuscrites et imprimées ainsi qu’une bibliographie sur le sujet (toutes deux non exhaustive).

Base de données

Les auteurs pourront également s’appuyer sur la base « Étiquette » réalisée par les chercheurs du Centre de recherche du château de Versailles.

Mise en ligne sur le portail de ressources du Centre, elle rassemble des sources extraites de textes normatifs et/ou des mémorialistes de la cour de France à l’époque moderne.

Soumission et évaluation d’un article

Dans un premier temps, les propositions d’articles (sous forme de résumés d’environ 5 000 signes) devront être adressées à Mathieu da Vinha (mathieu.da-vinha@chateauversailles.fr) en français ou en anglais. Ces propositions seront examinées par le comité scientifique.

Si les propositions sont retenues par le comité scientifique, les articles complets seront évalués à la fois par ce dernier et par deux évaluateurs du comité de lecture du Centre de recherche du château de Versailles (ou par des personnalités extérieures désignées par le comité de lecture ou le comité scientifique le cas échéant).

Les articles doivent être soumis avant le 28 février 2017.

Les propositions pourront être présentées dans les langues suivantes : français, anglais, allemand, italien, espagnol.

Les articles définitifs seront d’environ 40 000 signes (bibliographie et notes de bas de pages comprises).

Les auteurs devront se conformer aux normes rédactionnelles du Bulletin.

Comités

Comité scientifique du programme de recherche « Étiquette »

Mathieu da Vinha (Centre de recherche du château de Versailles) ; Raphaël Masson (château de Versailles) ; Alice Camus (Centre de recherche du château de Versailles) ; Delphine Carrangeot (université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, centre de recherche ESR-DYPAC) ; Nicole Lallement (Centre de recherche du château de Versailles) ; Bénédicte Lecarpentier-Bertrand (université Paris-Est Créteil Val-de-Marne) ; Pauline Lemaigre-Gaffier (université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, centre de recherche ESR-DYPAC) ; Benjamin Ringot (Centre de recherche du château de Versailles).

Comité de lecture

Marc Bayard (Mobilier national) ; Monique Chatenet (université Paris-Sorbonne/École du Louvre) ; Anne Conchon (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) ; Claire Constans (conservateur général honoraire du patrimoine) ; Alexandre Gady (Centre André Chastel/université Paris-Sorbonne) ; Pauline Lemaigre-Gaffier (université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, centre de recherche ESR-DYPAC) ; Nicolas Le Roux (université Lumière – Lyon 2) ; Nicole Reinhardt (université de Durham, Grande-Bretagne) ; Thierry Sarmant (musée Carnavalet).
Voir la présentation détaillée du comité de lecture sur le site du Centre de recherche du château de Versailles.

Second thematic call for papers: “Court Etiquette: normative texts and customs” (2014-2016 research programme)

For its three-year research programme (2014-2016), the Centre de recherche du château de Versailles has launched a research axis on “Court Etiquette: normative texts and customs” and wishes to publish articles related to this subject on the Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles.

Argument

Although the word etiquette has today taken on an accepted meaning that might appear clear and well defined, it quickly becomes clear that this notion is far from self-evident. In addition to the fact that people often confuse “ceremonial”, “protocol” and “etiquette”, the latter term was only used rarely at the time, and often with very different meanings. Whether in Richelet’s dictionary or Furetière’s, the lexicographers took it in what was essentially a legal sense. In fact, in France, the word related to elements of judicial procedure. However, the dictionary of the Académie Française (starting with its 1718 edition and in the last definition it gives of the word) recalls the familiar use of this word in Spain in the sense of “what must be done daily in the King’s Household, and in the principal ceremonies”. The absence of the current definition of the word “etiquette” in contemporary dictionaries in no way means that the word was not used in this sense in the language. We have evidence of this in a letter by Madame Palatine dated 3 February 1679 in which the Duchess of Orléans explained that she had never been able to get used to this “insipid etiquette”.

Bernard Hours in his study on the court of Louis XV describes the historical authenticity and origins of French etiquette (Louis XV et Sa Cour, Paris, PUF, coll. “Le Nœud Gordien”, 2002, p. 77-98). It goes back to the Burgundian court of Philippe le Bon in the 15th century when “it referred to a written formula setting out the timetable of the prince and his court” (ibid., p. 78.). From then on, there was an effort to retain the customs in order to perpetuate them. As situations developed, so did etiquette and each new code was recorded to establish a precedent.

This line of research aims to formalise the unwritten customs of the French court. In fact, in contrast to the many systematic studies carried out particularly on the Hapsburg court in Madrid and those on the court in Vienna, French etiquette has always been universally viewed according to the customs and rituals of the court. The main objective here is to understand the evolution of etiquette as it developed, improved and declined.

Research themes (not exhaustive)

Article proposals can deal with one or several of the following themes and lines of enquiry:

  • The definition of etiquette;
  • The origins and emergence of etiquette;
  • The nature of etiquette in relation to court ritual;
  • The circumstances in which etiquette was applied (large household, ceremonial occasions, rituals) and etiquette according to topography, and vice versa;
  • Etiquette as a political tool, or a means to control or civilise;
  • Who determines or arbitrates on matters of etiquette?;
  • Are courtisans the protagonists, driving force or victims of etiquette?;
  • A Europe-wide expansion of etiquette.

Sources and bibliography

Authors can refer to a list of manuscript and printed sources and a bibliography on the subject (both non-exhaustive).

Database

Authors can use the « Etiquette » database compiled by the Centre de recherche du château de Versailles.

Publication of the Centre’s online ressources portal, which brings together sources taken from normative texts and/or memoirs from the French court in the modern era.

Submission guidelines and evaluation procedures

First, article proposals (abstracts of about 5 000 characters) should be adressed to Mathieu da Vinha (mathieu.da-vinha@chateauversailles.fr) in French or in English. These proposals will be reviewed by the scientific committee.

If the proposals are accepted by the scientific committee, the full articles will be examined both by the latter and by two members of the Centre de recherche du château de Versailles’s peer review committee (or by external scholars appointed by the scientific or peer review committee if necessary).

Articles must be submitted before 28 February 2017.

Proposals can be submitted in the following langages: French, English, German, Italian, Spanish.

The final articles will be 40 000 characters maximum (bibliography and footnotes included).

Authors should comply with the editorial guidelines of the Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles.

Teams

Scientific committee of the “Court Etiquette” research programme

Mathieu da Vinha (Centre de recherche du château de Versailles) ; Raphaël Masson (château de Versailles) ; Alice Camus (Centre de recherche du château de Versailles) ; Delphine Carrangeot (université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, centre de recherche ESR-DYPAC) ; Nicole Lallement (Centre de recherche du château de Versailles) ; Bénédicte Lecarpentier-Bertrand (université Paris-Est Créteil Val-de-Marne) ; Pauline Lemaigre-Gaffier (université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, centre de recherche ESR-DYPAC) ; Benjamin Ringot (Centre de recherche du château de Versailles).

Peer review committee

Marc Bayard (Mobilier national) ; Monique Chatenet (université Paris-Sorbonne/École du Louvre) ; Anne Conchon (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) ; Claire Constans (conservateur général honoraire du patrimoine) ; Alexandre Gady (Centre André Chastel/université Paris-Sorbonne) ; Pauline Lemaigre-Gaffier (université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, centre de recherche ESR-DYPAC) ; Nicolas Le Roux (université Lumière – Lyon 2) ; Nicole Reinhardt (université de Durham, Grande-Bretagne) ; Thierry Sarmant (musée Carnavalet).

See the full presentation of the peer review committee on the Centre de recherche du château de Versailles’s website.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *