Journée d’études : « Une histoire féminine de la violence : de l’aliénation à l’émancipation » (Paris, INHA, 12 janvier 2017)

Flyer_Journée_d'études_Amazones_repro.inddFemmes kamikazes, combattantes de tous horizons, militantes ou activistes radicales, bandes de filles… La violence manifestée par certaines femmes fait retour
au sein de notre actualité mondialisée, au risque d’éclipser parfois la violence faite aux femmes, pourtant bien plus fréquente et durable. Preuve qu’elle marque les esprits et frappe les imaginaires, aujourd’hui comme hier. De victimes expiatoires, elles deviennent bourreaux désignés. Cette violence pratiquée et revendiquée a pourtant été longtemps occultée par une histoire, majoritairement écrite par des hommes, soucieuse avant tout de perpétuer un mythe de l’innocence féminine considéré comme le socle du modèle patriarcal. Car il permettait notamment de reléguer les femmes dans les tâches domestiques et subalternes. Si les violences domestiques (infanticide, crime passionnel, violence conjugale), secrètes (empoisonneuse, traitresse, usurpatrice) ou déviantes (sorcière, criminelle, violeuse, meurtrière, veuve noire, prostituée) à travers l’histoire sont aujourd’hui mieux connues, il semble que la violence politique, qu’elle ait ou non une visée émancipatrice, le soit moins. Elle s’exprime pourtant au grand jour, activant un ensemble de stéréotypes dépréciatifs tenaces (vénéneuse, poissarde, tricoteuse, émeutière, incendiaire, virago, pétroleuse, vitrioleuse). Ils sont destinés, le plus souvent, à évacuer la « femme publique » d’une sphère publique où sa place n’est décidément pas considérée comme acquise. C’est à l’analyse des constructions sociales et symboliques de la violence des femmes que sont consacrées ces rencontres destinées à mettre en évidence un puissant inconscient culturel à l’oeuvre dans nos représentations collectives : on cherchera à en identifier les origines antiques, les mutations au cours de l’histoire et la résurgence au sein de notre monde contemporain. L’enjeu de cette journée, sollicitant des historiens issus de différents domaines et périodes, sera donc d’interroger la violence des femmes, qu’il s’agisse de violence entre femmes ou à l’égard d’hommes, afin de porter à nouveaux frais une question qui embarrasse le féminisme et interroge notre modernité politique.

Journée d’étude Jeudi 12 janvier 2017
Sous la direction de Martial Poirson (Université Paris VIII) et Jean-Marie Guinebert (Directeur des affaires culturelles de Versailles)
Institut National d’histoire de l’art (salle Vasari)
2 rue Vivienne – 75002 Paris
Consulter le programme

Cette journée d’études est organisée à l’occasion de l’exposition Amazones de la Révolution – Des femmes dans la tourmente de 1789 présentée au Musée Lambinet de Versailles du 5 novembre 2016 au 5 mars 2017.

Renseignements et inscription
01 30 97 28 74 – marion.schaack-millet@versailles.fr
Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *