Appel à contributions : « Regards portés sur la petite enfance en Europe (Moyen Âge-XVIIIe siècle) » (Revue « Histoire culturelle de l’Europe », automne 2017 ; limite : 28 février 2017)

Le propos de ce dossier thématique sera d’explorer, dans un cadre chronologique large (du Moyen Âge à la fin du XVIIIe siècle), les conceptions et les représentations que l’on se fait des très jeunes enfants dans différents espaces européens. Si la définition de la petite enfance, selon les époques et les lieux, peut donner lieu à des interprétations diverses, on retiendra – sauf cas particulier qui pourra alors faire l’objet d’une étude au titre d’exception révélatrice – la période qui va de la naissance à environ sept ans, soit l’âge dit de raison et surtout d’entrée, pour les catégories populaires, dans le monde du travail ou de début d’une éducation clairement différenciée en fonction du genre pour les catégories sociales plus aisées. Ainsi, c’est la période charnière qui va de la naissance à l’acquisition d’une certaine autonomie qui sera préférentiellement abordée, en tant que période de grande fragilité, mais aussi de construction d’un être social, dont le rôle futur peut parfois être déjà tout tracé. Pourront, par exemple, être retenus des travaux portant sur les conceptions philosophiques, religieuses ou politiques de la petite enfance, sur la place dévolue à ces très jeunes enfants au sein du groupe familial ou de la société au sens large, ainsi que sur les rites et rituels en lien avec cette période de la vie. De même, l’intérêt que les contemporains ont pu porter ou non à la prise en charge des nourrissons et très jeunes enfants, par le biais d’institutions, de structures, de réseaux d’accueil ou de métiers dédiés (nourrices, gouvernantes, pédagogues…), la diffusion de conseils médicaux spécifiques ou d’ouvrages pédiatriques, ainsi que les limites, limitations ou dérives liées à cette prise en charge pourront faire l’objet de contributions soit centrées sur une aire géographique ou une époque précise, soit comparatives entre époques ou espaces distincts. On pourra également envisager d’aborder cette thématique sous l’angle des mentalités, des attitudes ou sensibilités, ou encore en mettant en évidence la/les image(s) et représentation(s) de la petite enfance dans la littérature ou l’iconographie.

Même si des travaux ont été consacrés à la naissance et à l’enfance, apportant une attention toute particulière à l’espace curial, l’originalité de ce dossier thématique résidera dans la multiplicité des angles d’approche – tous les domaines de recherche étant acceptés à condition de respecter les bornes chronologiques – des méthodologies, des espaces – géographiques comme sociaux – et des sources traitées. Le fait d’inscrire ce dossier dans une perspective pluridisciplinaire et sur la longue durée, nous paraît le plus sûr moyen d’avoir la vue d’ensemble à la fois la plus large et la plus fine, avec les nuances que chaque champ de recherche pourra révéler de ces regards portés sur la petite enfance en Europe du Moyen Âge à la fin du XVIIIe siècle.

Les articles qui formeront le numéro peuvent porter sur l’Espagne, la France, l’Italie, le Portugal, l’espace germanique ou l’Angleterre. Comme précisé ci-dessus, toutes les spécialités de recherche sont les bienvenues, à condition de respecter les bornes chronologiques. La revue Histoire culturelle de l’Europe se voulant non seulement pluridisciplinaire mais aussi plurilingue, des contributions en langues étrangères sont acceptées, à condition d’être accompagnées d’un résumé en français.

Modalités pratiques d’envoi des propositions

Les articles (40000 à 60000 signes maximum) devront être remis pour le 30 juin 2017,

et seront soumis à une double expertise anonyme, pour laquelle il sera fait appel aux membres du comité scientifique et du comité de lecture de la revue et éventuellement à des experts extérieurs.

Pour l’heure, les propositions de contributions (titre et résumé d’une quinzaine de lignes), accompagnées d’un bref CV, doivent être adressées pour le 28 février 2017 à :

  • – Sarah Pech-Pelletier sarah.pelletier@univ-paris13.fr
  • – Alexandra Merle alexandra.merle@unicaen.fr
  • – et Eric Leroy du Cardonnoy ducardonnoy@gmail.com

Comité scientifique

  • Jean-François BOTREL (Professeur émérite Université de Rennes II, Espagne contemporaine)
  • Peter BURKE (Professor Emeritus of Cultural History and Fellow of Emmanuel College, Cambridge University)
  • Antonio CASTILLO GÓMEZ (Professeur Universidad de Alcalá de Henares, Histoire culturelle de l’Espagne moderne et contemporaine)
  • Massimo CASTOLDI (Direttore Fondazione Memoria della Deportazione, Milano)
  • Christophe CHARLE (Professeur Université Paris I- ENS Ulm, Histoire contemporaine)
  • Heinrich DETERING (Professeur Universität Göttingen, germaniste et scandinaviste)
  • Catherine DUMAS (Professeur émérite Université Sorbonne-Nouvelle, lusiste)
  • Anne DUPRAT (Professeur Université de Picardie, Littérature comparée)
  • Jean-Louis FOURNEL (Professeur Université Paris VIII, Histoire politique et culturelle de l’Italie fin Moyen Age-XVIe)
  • Luis GÓMEZ CANSECO (Professeur Universidad de Huelva, Littérature Espagne moderne)
  • Susanne KNALLER (Professeur Universität Graz, Institut für Romanistik)
  • Ulrik LANGEN (Professeur Universitet København, Saxo-Instituttet, Histoire danoise et européenne XVIIIe-XIXe)
  • Wolfgang MÜLLER-FUNK (Professeur Universität Wien, Institut für Germanistik)
  • Thomas NICKLAS (Professeur Université de Champagne, germaniste)
  • Pierluigi PELLINI (Professeur Università di Siena 1240, Letterature comparate)
  • Susanne RAU (Professeur Universität Erfurt, Institut für Geschichte und Kulturen der Räume in der Neuzeit)
  • Sara THORNTON (Professeur Université Paris VII, Littérature et culture britannique XIXe)
  • Leona TOKER (Professeur The Hebrew University of Jerusalem, Littérature anglaise)
  • Laure TROUBETZKOY (Professeur Université Paris-Sorbonne, Études slaves)
  • Jorge URIÁ GONZÁLEZ (Professeur Universidad de Oviedo, Histoire contemporaine)

Comité de lecture

  • Mikkel BOLT (Maître de conférences Universitet København, histoire de l’art)
  • Anne CHALARD-FILLAUDEAU (Maître de conférences Université Paris VIII, germaniste, sciences de la culture)
  • Juan Carlos D’AMICO (Professeur Université de Caen, italianiste, XVIe)
  • Gilles DARRAS (Maître de conférences Université Paris-Sorbonne, germaniste)
  • Philippe FLEURY (Professeur Université de Caen, latiniste)
  • Laura FOURNIER (Professeur Université Paris VIII, italianiste)
  • Laure GAUTHIER (Maître de conférences Université de Champagne, germaniste, histoire culturelle époque moderne)
  • Alicia OïFFER-BOMSEL (Maître de conférences Université de Reims, Espagne moderne)
  • Mateo RESIDORI (Maître de conférences Université Sorbonne-Nouvelle, italianiste)
  • Dan RINGGAARD (Maître de conférences Universitet Aarhus, littérature scandinave moderne)
  • Marie SALGUES (Maître de conférences Université Paris VIII, Espagne contemporaine)
  • Giuseppe SANGIRARDI (Professeur Université de Bourgogne, italianiste)
  • Hélène THIEULIN-PARDO (Professeur Université Paris Sorbonne, Espagne Moyen Age)
  • Isabelle TOUTON (Maître de conférences Université de Bordeaux, littérature Espagne contemporaine)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *