Appel à contributions : « Histoires matérielles du temps : objets et pratiques (XIVe-XVIIIe siècle) » (La Chaux-de-Fonds, Musée international d’horlogerie, 30 novembre-1er décembre 2017 ; limite 21 avril 2017)

L’historiographie de la mesure du temps se caractérise traditionnellement par une dichotomie entre des recherches consacrées à l’évolution des dispositifs techniques et d’autres qui concernent les cultures et les usages du temps. Les premières s’intéressent au perfectionnement des mouvements mécaniques des horloges, des pendules et des montres portatives, à la biographie des grands horlogers, à l’étude des savoirs techniques et de l’organisation de la production. Les secondes examinent les formes d’organisation et de coordination temporelles et leur intériorisation. Une des conséquences majeures de cette dichotomie est la rareté des études prenant en compte l’influence des facteurs sociaux et culturels sur la configuration des dispositifs techniques, ou interrogeant à l’inverse les cultures et les pratiques de la mesure du temps à partir de l’analyse des objets. L’étude de la consommation des montres de poche et des horloges s’est en outre développée autour de la question du luxe, tandis que les gestes, les pratiques et les interactions sociales inhérentes à l’usage de ces dispositifs matériels étaient généralement négligés.

Le colloque entend contribuer à réunir ces deux approches en prenant horloges de table, montres portatives, chronomètres de marine, montres de carrosse, réveils, montres à tact, sonneries et aiguilles, etc., comme point de départ d’une réflexion conjointe entre les spécialistes de l’histoire de l’horlogerie et ceux qui étudient l’histoire sociale et culturelle du temps.

Cette histoire du temps par l’objet est susceptible d’ouvrir de nouvelles perspectives à propos des processus d’innovation ou de coordination temporelle via la mise en relation de dispositifs matériels, d’individus, de savoirs et d’institutions. Il ne s’agit donc pas de restituer les étapes d’une marche modernisatrice du temps mécanique, mais d’interroger la diversité des temporalités. Les objets permettent de saisir concrètement comment la mesure du temps organise les pratiques quotidiennes de coordination temporelle et informe les modes d’observation des phénomènes naturels ; ils permettent de comprendre les rapports entre les horlogers et leurs clients à travers l’analyse des archives de la production et de la consommation, d’attirer l’attention sur les modes d’intériorisation et de communication du temps à travers l’étude des formes des boîtes, des images qui les ornent, et des dispositifs visuels, sonores et tactiles qui signalent l’heure.

Le colloque se propose d’aborder ces questions dans une perspective de longue durée, depuis l’apparition des premiers systèmes mécaniques de mesure du temps au Moyen Âge jusqu’aux prémisses de l’industrialisation au XVIIIe siècle. On explorera aussi la manière dont les dispositifs mécaniques cohabitent avec d’autres techniques de détermination du passage du temps, comme les cadrans solaires, avec lesquels ils peuvent entrer en tension ou générer des hybridations, et on adoptera une perspective globale permettant de saisir les interactions entre les différentes cultures et techniques de la mesure du temps.

Seront privilégiées les propositions associant les analyses techniques, culturelles et sociales des dispositifs de mesure du temps et de leur usage, par exemple autour des thèmes suivants :

  1. Production et valeurs d’usage : comment les valeurs d’usage sont-elles identifiées et intégrées par les horlogers dans la conception des montres ? Comment horlogers et consommateurs négocient-ils ? Comment les propriétés des montres et leurs usages sont-ils présentés dans les prospectus techniques et dans la littérature de consommation qui accompagnent la commercialisation des montres ?
  2. La montre, un objet sensible : comment formes, images, sonneries et modes de portage nous informent-ils sur les usages et la réception des montres ?
  3. Mesure du temps et pratiques quotidiennes : comment réveils, montres de poche et horloges de table ont-ils participé à la mise en place de coordinations temporelles ? Dans quelles pratiques remarque-t-on l’usage de dispositifs de mesure du temps (travail, cuisine, voyage, administration, etc.), et comment ces pratiques ont-elles contribué à l’élaboration des « complications » horlogères ?

Modalités de soumission

Les propositions (max. 1000 signes) accompagnées d’un CV devront être envoyées

au plus tard le 21 avril

à gianenrico.bernasconi@unine.ch et susanne.thuerigen@kunstgeschichte.uni-muenchen.de. Les communications et les discussions auront lieu en français ou en anglais. Les frais de voyage et d’hébergement seront pris en charge. Le colloque donnera lieu à une publication.

Organisateurs

  • Gianenrico Bernasconi (Université de Neuchâtel),
  • Susanne Thürigen (Groupe international de jeunes chercheurs « Objets prémodernes. Une archéologie de l’expérience », Elite Network of Bavaria / Ludwig Maximilian Universität of Munich)

Les organisateurs sont aussi responsables de la sélection des propositions.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *