Journée d’études : « Planifier, combattre occuper : Nouvelles perspectives de l’Histoire des opérations militaires (XIIIe-XXe siècles) » (SHD, 26 septembre 2017)

Profondément renouvelée ces cinquante dernières années, l’histoire militaire n’en souffre pas moins de la place ambiguë que lui conférèrent les Annales. Désavouant à la suite de Marc Bloch l’histoire-bataille, ce courant fondateur de la recherche historique jeta en France un durable discrédit sur la discipline. Soupçonnée de se cantonner à la description d’événements sortis de leur contexte[1], l’histoire des opérations militaires se heurtait à un double présupposé : elle servait d’exutoire aux historiens qui refusaient toute réflexion épistémologique et toute prise de distance avec leur objet d’étude, quand elle n’était pas simplement perçue comme l’expression de la réaction[2].

Pourtant, l’histoire du fait militaire et guerrier a considérablement évolué en quelques décennies, autant par le recours à des approches et méthodologies nouvelles que par l’analyse de sources tardivement ouvertes ou (re)découvertes. Elle a bénéficié de l’apport conceptuel d’autres sciences humaines aussi bien que d’autres champs de la recherche historique ou de sciences plus éloignées, comme la médecine et la psychiatrie. L’ensemble de ces démarches ouvre la voie d’une histoire totale et multiscalaire.

S’inscrivant dans cette perspective, cette journée d’étude organisée par les doctorants du Service historique de la Défense, sous la direction scientifique de Hervé Drévillon et de Thierry Widemann,  entend mettre à l’honneur l’actualité de la recherche en histoire des opérations militaires. Les thématiques et la chronologie choisies sont volontairement larges : la journée s’articulera autour des renouvellements portés par les travaux des intervenants. Au-delà des questions historiographiques, cette rencontre vise ainsi à mettre en évidence le renouveau des études dans cette branche de l’histoire militaire.

 Trois thématiques principales ont été retenues, qui décomposent le déroulement des opérations militaires : leur planification, la phase de combat et les modalités des occupations qui ont pu les suivre, ces trois temps étant perçus tant du point de vue des vainqueurs que des vaincus. Elles pourront être traitées de front, dans une perspective globale, ou au contraire séparément, pour faire l’histoire de tel ou tel moment du processus. Bien des éléments sont ainsi ouverts à l’étude, depuis la formation des hommes et les prises de décisions – militaires, politiques, diplomatiques – au sommet jusqu’à leurs conséquences concrètes sur la marche de la guerre et sur les individus pris dans les combats ou impliqués dans les occupations.

La planification des opérations militaires s’entend ici aussi bien au niveau de leur préparation concrète qu’en amont, dans la constitution d’une armée puissante et entraînée en vue de parvenir à la réussite d’un objectif précis. Il s’agit donc de s’intéresser aux armées et à leurs opérations depuis la formation des troupes jusqu’à leur mobilisation en vue de la guerre, en intégrant l’établissement d’objectifs stratégiques et les moyens mis en œuvre pour les réaliser. À la veille d’une nouvelle campagne, la mise en place d’une stratégie globale représente également un enjeu à définir.

Le second thème, « combattre », vise à observer les troupes en action : comment se déroule un combat, tant du point de vue du commandement que des hommes sur le terrain ? Il s’agit ainsi d’étudier ces batailles et sièges à différentes échelles, aussi bien dans leur globalité qu’au niveau des expériences combattantes. Les questions tactiques auront toute leur part dans cette étude.

Enfin, le dernier thème, qui concerne les occupations, cherche à comprendre l’après-combat et l’après-guerre, aussi bien sur le temps court que sur le long terme, du point de vue du vainqueur comme du vaincu, et ce aussi bien sur le champ de bataille après le combat que dans un territoire occupé ou annexé. Dans quelle mesure une armée victorieuse tire-t-elle profit du terrain gagné et en quoi cet espace acquis permet-il d’influer sur la suite de la campagne ? Une occupation militaire implique le contrôle territorial du champ de bataille ou des États du vaincu, et donc la création d’un dispositif militaire de défense et de présence marquée de la part du conquérant. Il s’agit ainsi d’étudier l’occupation à toutes les échelles, tant l’occupation du champ de bataille après les combats que l’occupation du territoire du vaincu et sa réaction défensive face à cette manœuvre.

Le thème de cette journée d’étude demeure ample à dessein afin d’englober toute nouvelle recherche fondée sur des sources de première main.

Informations pratiques

Date : Mardi 26 septembre 2017, dès 9h

Lieu : Château de Vincennes, Pavillon du roi, Salle des Cartes

Inscription préalable obligatoire après du lieutenant Morgane Barey : morgane.barey@intradef.gouv.fr

Contacts et organisation

  • Raphaële Balu (Université de Caen) : raph.balu@wanadoo.fr
  • Alexandre Husson (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : nekrassovtsy@gmail.com
  • Julien Wilmart (Universités Paris-Sorbonne et Saint-Louis de Bruxelles) : julien_wilmart@yahoo.fr

Responsable scientifique

  • Prof. Hervé Drévillon (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – SHD)

Références

[1] Le Goff, Jacques, « Les  ‘’retours’’ dans l’historiographie française actuelle », Les Cahiers du Centre de Recherches Historiques [En ligne], 22 | 1999, mis en ligne le 17 janvier 2009, consulté le 30 décembre 2016. URL : http://ccrh.revues.org/2322 ; DOI : 10.4000/ccrh.2322

[2] Henninger, Laurent, « La nouvelle histoire-bataille » in Espaces Temps, 71-73, 1999. De la guerre. Un objet pour les sciences sociales, sous la direction de Jacques Lévy et Jean-Claude Ruano-Borbalan, p. 35-46.

Sources : et calenda.org


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *