Publication : O. Ryckebusch « Les hôpitaux du Nord au siècle des Lumières (1737-1789) (Septentrion, sept. 2017)

L’obligation faite aux gens de loi de conduire les mendiants dans les prisons de la ville la plus proche soulève la question de l’enfermement dans les grandes cités des provinces du Nord. En France, l’État royal croit remédier à ces difficultés par l’édit de juin 1662 ordonnant la création d’un hôpital général dans chaque ville. Les provinces du Nord échappent à ce mouvement jusqu’au XVIIIe siècle. Depuis le XVIe siècle, l’assistance repose sur des institutions charitables placées sous la tutelle des villes. Après les guerres de Succession de Pologne et d’Autriche, sous l’effet d’une croissance démographique et du chômage, ces provinces sont confrontées à une recrudescence de la mendicité. La monarchie renforce d’un coup le cadre réglementaire répressif, les arrestations se multiplient et révèlent l’insuffisance des structures d’enfermement. Dès 1730, les autorités des principales villes du Nord appellent de leurs vœux une nouvelle prise en charge du paupérisme : Les hôpitaux généraux.

 

Source : site de l’éditeur.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *