Recherche – État d’avancement du programme (septembre 2020)

Colloque (2021)

L’appel à communication pour le colloque « Le mythe de Versailles et l’Europe des cours, XVIIe-XXe siècles » est ouvert jusqu’au 31 octobre prochain. Pour rappel, deux axes principaux de recherche sont proposés :

  • La production du mythe, du réel à l’imaginaire : création, mutations, contestations (XVIIe-XIXe siècles)
  • Les applications du mythe, de l’imaginaire au réel : réception et aléas du paradigme de Versailles (XVIIIe-XXe siècles)

Ainsi, l’enjeu sera à la fois de cerner comment les différents aspects propres à l’identité de Versailles ont pu nourrir un imaginaire, mais aussi de saisir la manière dont cet imaginaire a pu susciter d’autres réalisations – architecturales, rituelles, politiques – dans l’Europe monarchique des XVIIIe, XIXe et XXe siècles. Vous pourrez retrouver le détail des axes et thématiques de recherche dans l’appel disponible en français, en anglais et en espagnol sur le site du CRCV ou sur Calenda.

Le comité scientifique doit se réunir à Versailles le 14 décembre pour sélectionner les propositions.

Base « Visiteurs de Versailles »

Le mois de septembre a été marqué par plusieurs visites à la Bibliothèque nationale de France et à la bibliothèque de l’Institut Historique Allemand de Paris, afin de scanner des sources pour la base et poursuivre le dépouillement. Plusieurs ouvrages ont ainsi pu être examinés en vue d’y repérer de nouveaux témoignages de visiteurs venus à Versailles, notamment :

  • Ayme Olivia, La cour et la ville au regard des étrangers (1661-1715), thèse sous la direction de Liliane Picciola, université Paris X-Nanterre, 2005.
  • Cascón Antonio, Colinas Antonio, Garcia Marquina Francisco, Viajeros españoles : cuatro viajes insólitos de los siglos IV al XIX, Bilbao, Banco Bilbao Vizcaya Argentaria, 1999.
  • Faitrop-Porta Anne-Christine, Parigi vista dagli italiani : 1850-1914, [Turin], Centro interuniversitario di ricerche sul voyage in Italia, 1995.
  • Gopnik Adam, Americans in Paris: a Literary Anthology, New York, The Library of America, 2004.
  • Hester Nathalie, Literature and identity in Italian baroque travel writing, Aldershot, Ashgate, 2008.
  • Schneider Pablo, « Die Kraft der Augenzeugenschaft. Die Schloß- und Gartenanlage von Versailles im Spie¬gel ausgewählter Beschreibungen », Frühneuzeit-Info 15, éd. par l’Institut für die Erforschung der Frühen Neuzeit, Vienne, 2004, cahiers 1 et 2, p. 29-41, en ligne.

Ont également été dépouillés les catalogues des bibliothèques nationales d’Allemagne, de Florence et de Rome. Cette recherche documentaire a en outre bénéficié de l’aide de Quitterie Pruvost, de la Bibliothèque de la Conversation, qui a obtenu plusieurs prêts auprès d’autres bibliothèques.

Nouvelles notices

22 nouvelles notices ont ainsi pu être ajoutées à la base le mois passé. Il s’agit tout d’abord de trois témoignages en polonais, aimablement envoyés par Joanna Orzeł (maître de conférences à l’université de Lodz) :

  • Celui de Teodor Billewicz, qui accompagne le magnat Michal Kazimierz Radziwill dans son voyage. Il s’arrête à Versailles le 12 août 1678 et y découvre avec admiration le château, les jardins et la ménagerie (ici illustrée par une gravure aquarellée du début des années 1770).
  • Ceux de Julian Ursyn Niemcewicz, aristocrate et aide de camp d’Adam Kazimierz Czartoryski, avec qui il voyage en Europe. Il relate dans ses mémoires deux visites à Versailles, réalisées à presque vingt ans d’intervalle : la première pendant l’Ancien Régime, le 15 mai 1785 précisément, à l’occasion de laquelle il a pu voir la cérémonie des chevaliers de l’Ordre du Saint-Esprit ; la seconde après les événements révolutionnaires, le 27 juin 1804, durant laquelle il découvre un Versailles où « partout, [c’est] la ruine et le vide ».

Les visites en bibliothèques ont également permis de repérer sept nouveaux témoignages de voyageurs d’une nationalité jusqu’alors sous-représentée – les Italiens, en l’occurrence :

  • Giovanni Battista Pacichelli, représentant pontifical venu à Versailles au début des années 1680 qui mentionne notamment la ménagerie, le Trianon de porcelaine et la grotte de Thétis.
  • Niccolò Madrisio, déjà cité dans la base pour une visite à la fin du XVIIe siècle, décrit cette fois dans une lettre du 30 octobre 1698 les appartements et les jardins, qu’il voit « comme un enchantement, tant a fait de prodiges la magie de l’or ».
  • Luigi Valentino Brugnatelli, professeur à l’université de Pavie, qui évoque brièvement une visite à Versailles le 3 octobre 1801.
  • Michele Tenore, médecin napolitain passionné de botanique, qui d’abord visite le château, les jardins et les Trianons avec un guide, s’intéressant particulièrement à l’orangerie et au potager du roi (8 août 1824) et qui, ensuite, assiste au « spectacle surprenant » des grandes eaux (29 août 1824).
  • Francesco Lanza, professeur d’histoire naturelle, qui découvre Versailles en 1855 ou 1856 et en fait « une villa de délices, qui n’a pas d’égal dans le monde ».
  • Francesco Bettoni-Cazzago, maire de Brescia et historien de la ville, qui le 16 novembre 1877 voit dans Versailles un « emblème du faste, de la puissance et de l’arrogance » de Louis XIV.

Enfin, la base compte douze notices supplémentaires relatives à des visiteurs suisses, allemands, espagnols ou encore américains :

  • Un anonyme écrivant en français livre une description dithyrambique de Versailles dans les années 1690, dans un guide intitulé Le gentilhomme étranger voyageant en France.
  • Simon Grynäus, originaire des cantons suisses, découvre Versailles le jour de la Saint-Louis, 25 août 1749.
  • Un autre Suisse, Isaak Iselin, suit quant à lui le 21 mai 1752 une journée de la famille royale et exprime sa préférence pour Marly et Trianon.
  • Karl Eugen, duc de Wurtemberg, mentionne à deux reprises dans son journal de voyage une visite à Versailles : la première le 16 février 1787, la seconde le 26 avril 1791, l’invitant à réfléchir sur le devenir de la France, « si complètement changée en l’espace de deux années ».
  • Un autre Allemand, l’architecte et artiste peintre Karl Friedrich Schinkel, venu lui le 7 mai 1826, donne une brève description du château et des jardins, « grandioses mais monotones ».
  • Un dernier témoignage germanique émane de Theodor Mommsen, professeur de droit et d’histoire, secrétaire de l’Académie des sciences de Prusse et député au Reichstag. Il voit Versailles le 6 octobre 1844 comme un « temple de la mémoire » et un « palais enchanté ».
  • Trois notices concernent les passages à Versailles de l’Américain James Gallatin, secrétaire de son père qui était diplomate en France. Il vient une première fois le 30 juin 1814 et relate une anecdote sur Sophie de Hanovre ; il revient une seconde fois en février 1817 pour admirer les grandes eaux ; enfin, il mentionne sa présence à une fête donnée le 20 avril 1821.
  • Le journaliste Theodor Dreiser, lui aussi originaire des États-Unis, mentionne une visite faite à Versailles en 1911 (il s’agit là du témoignage le plus tardif recensé dans la base).
  • Enfin, dernière notice ajoutée : celle relative à l’Espagnol Emílio Castelar, chef de l’exécutif après la chute de la monarchie dans son pays. Il assiste au début des années 1870 à une séance du parlement français dans l’opéra royal de Versailles.

L’analyse de la documentation déjà repérée en bibliothèque se poursuivra dans les prochaines semaines, probablement jusque fin octobre/début novembre (les conditions actuelles ne permettant d’accéder qu’à cinq documents à la fois). Cela devrait permettre d’examiner les dernières anthologies et de vérifier les dernières sources disponibles uniquement en format papier.

Publications

L’article historiographique de Gérard Sabatier (« La recherche française récente sur Versailles et la cour. Problématiques et orientations ») et le mien (« Les historiens et le mythe de Versailles en Europe, des années 60 à nos jours ») ont été expertisés par un correcteur professionnel. Ils bénéficieront prochainement d’une dernière relecture, en vue d’une publication avant fin 2020.

Versailles et la Pologne

Le travail sur l’ouvrage collectif Versailles et la Pologne, en collaboration avec Maciej Forycki et Katarzyna Kula, a repris activement durant ce mois de septembre. Le volume comportera un total de quinze contributions.

À ce jour, quatre de ces textes ont été relus et validés :

  • Chantal Grell, « Amarille, Reine des Scythes : une princesse française à la cour de Pologne (1646-1667) ».
  • Katarzyna Kuras, « Les Polonais à la cour de Marie Leszczynska ».
  • Joanna Orzeł, « Versailles dans le système éducatif des nobles et des magnats de la République des Deux Nations ».
  • Ferenc Tóth, « Nobles hongrois polonophiles et la cour de France sous l’Ancien Régime ».

Les autres articles sont en cours de relecture et de reprise par leurs auteurs. La publication est prévue en 2021 dans le Bulletin du CRCV.

Flavie Leroux

Attachée de recherche au CRCV et coordinatrice du programme "Identités curiales et le mythe de Versailles en Europe : perceptions, adhésions et rejets (XVIIIe-XIXe siècles)", sous la direction de Gérard Sabatier et Mathieu da Vinha.

More Posts


Flavie Leroux

Attachée de recherche au CRCV et coordinatrice du programme "Identités curiales et le mythe de Versailles en Europe : perceptions, adhésions et rejets (XVIIIe-XIXe siècles)", sous la direction de Gérard Sabatier et Mathieu da Vinha.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search