Bulletin du CRCV : mise en ligne de deux articles historiographiques, par Flavie Leroux et Gérard Sabatier

Dans le cadre du programme de recherche CRCV « Identités curiales et le mythe de Versailles en Europe : perceptions, adhésions et rejets (XVIIIe-XIXe siècles) », deux articles de synthèse historiographique ont été publiés le 16 octobre dernier dans le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles :

  • Gérard Sabatier, « La recherche française récente sur Versailles et la cour. Problématiques et orientations » (à retrouver ici)

Durant les trente dernières années, la recherche française sur Versailles et la cour a ouvert une nouvelle époque dans la connaissance de l’ingénierie de la monarchie bourbonienne en France. Le Versailles royal était devenu, au XIXe siècle, un musée de l’histoire de France par l’opération de Louis-Philippe, tandis que l’histoire de la cour relevait du romanesque. La résurrection du Versailles royal commença la première avec les conservateurs du château. La genèse des bâtiments, l’étude, l’inventaire, la restauration des mobiliers, des décors peints, de la sculpture, des jardins, l’archéologie des ensembles disparus (Marly…) ont mobilisé les historiens d’art, les corps de métier spécialisés, les importantes dotations de l’État et des mécènes. La promotion de la cour comme objet d’histoire est plus récente. L’impulsion est venue des sociologues, des anthropologues ; les historiens ont suivi, dans un contexte largement européen. Le Centre de recherche du château de Versailles, fondé en 2006, est essentiellement consacré à l’étude des « courtisans ». Ses travaux, ainsi que ceux des universitaires français ou étrangers, associent étroitement l’histoire des institutions, des personnes et des pratiques aux lieux de leur exercice. Les expositions annuelles organisées par le château de Versailles assurent la visibilité des différentes orientations de la recherche, convergeant ainsi à la connaissance de l’objet global constitué par le Versailles royal.

  • Flavie Leroux, « Les historiens et le mythe de Versailles en Europe, des années 1960 à nos jours » (à retrouver ici)

« Le rayonnement de Versailles », dans l’Europe voire dans le monde, a longtemps été considéré comme acquis dans l’historiographie. Cette idée est étayée par les travaux des historiens, notamment français (Louis Réau, au premier chef), et relayée par plusieurs de leurs homologues à l’étranger, jusqu’au milieu, au moins, du XXe siècle. Elle participe à ériger Versailles en modèle pour les autres cours d’Europe et, ce faisant, contribue à sa mythification. L’enjeu de cet article est de revenir sur cette construction idéelle et scientifique : dans quelle mesure l’historiographie s’est-elle appuyée sur une idée fantasmée de Versailles et, inversement, comment a-t-elle contribué à l’entretenir ? Il s’agit également de restituer les évolutions de ce paradigme, en particulier ses remises en cause, afin de saisir comment les historiens l’ont progressivement disqualifié. Des premières critiques empiriques des années 1960-1970 à l’histoire des représentations, en passant par les transferts culturels et les Court Studies, retour sur plus d’un demi-siècle de réflexion scientifique pour mieux éclairer la recherche présente et à venir.

Flavie Leroux

Attachée de recherche au CRCV et coordinatrice du programme "Identités curiales et le mythe de Versailles en Europe : perceptions, adhésions et rejets (XVIIIe-XIXe siècles)", sous la direction de Gérard Sabatier et Mathieu da Vinha.

More Posts


Flavie Leroux

Attachée de recherche au CRCV et coordinatrice du programme "Identités curiales et le mythe de Versailles en Europe : perceptions, adhésions et rejets (XVIIIe-XIXe siècles)", sous la direction de Gérard Sabatier et Mathieu da Vinha.

Vous aimerez aussi...