Publication : M. da Vinha, F. Leroux et G. Sabatier (dir.) « Récits de voyages à Versailles, XVIIe-XIXe siècles » (Bulletin du CRCV, décembre 2020)

Le 8 décembre dernier, a été publié dans le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles l’ouvrage collectif Récits de voyages à Versailles, XVIIe-XIXe siècles, dirigé par Mathieu da Vinha, Flavie Leroux et Gérard Sabatier. Ce volume rassemble sept contributions issues de la journée d’étude prévue le 23 mars 2020 et annulée en raison du contexte sanitaire :

Parmi les réalisations curiales de son temps, Versailles acquit rapidement le statut d’un mythe, c’est-à-dire d’un imaginaire dont il convient d’étudier la formation et la diffusion dans le public, mais aussi les effets concrets sur l’identité des cours contemporaines, voire postérieures. Le Centre de recherche du château de Versailles a décidé de reprendre sous cette perspective la question traditionnelle des « influences » de Versailles en Europe avec le programme « Identités curiales et le mythe de Versailles en Europe : perceptions, adhésions et rejets (XVIIe-XIXe siècles) ». L’élaboration du mythe est recherchée en analysant les écrits laissés par les visiteurs étrangers qui se sont pressés à Versailles, dont la recension a donné lieu à une banque de données analytique. Une prospection iconographique doit suivre. Le second axe de recherche interroge l’articulation de cet imaginaire curial avec les formulations identitaires des cours européennes contemporaines ou postérieures au Versailles royal, organisation spatiale, sociabilité, pratique du pouvoir… entre emprunts, réserves ou rejets.

Au XVIIIe siècle, les descriptions de Versailles émanant de Suédois sont aussi riches et variées que les relations culturelles et politiques unissant leur royaume à la France. Cet article revient sur les témoignages de trois de ces voyageurs : le scientifique Bengt Ferrner (1724-1802), l’aristocrate Gustaf Mauritz Armfelt (1757-1814) et le poète Frans Michael Franzén (1772-1847). Alors que le premier associe Paris aux opéras et spectacles de théâtre, sa réaction face à Versailles relève plutôt de l’indifférence. La relation avec la capitale est également fondamentale pour apprécier le journal du baron Gustaf Mauritz Armfelt, qui accompagne le roi Gustave III en 1784. Sa position de favori lui permet d’accéder à des cercles sociaux et culturels dont Ferrner était exclu. Armfelt décrit ainsi avec enthousiasme la vie de cour et fournit un rapport détaillé des cérémonies qui la ponctuent. Les deux villes sont donc présentées soit en opposition, comme chez Ferrner, soit se renforçant mutuellement, comme chez Armfelt. Enfin, le poète Frans Michael Franzén décrit Versailles dans son état postrévolutionnaire, au début de l’année 1795. Sensible aux idées révolutionnaires, il projette son aversion de l’absolutisme sur le château de Versailles qui, privé de la cour, avait perdu son rôle central. Bien qu’il soit difficile de dégager des tendances générales à partir de ces trois témoignages, nous pouvons ainsi remarquer une réprobation croissante vis-à-vis du cérémonial et de la glorification de la monarchie absolue, alors incarnée par Versailles.

Combien de voyageurs espagnols ayant visité Versailles ont consigné par écrit leurs impressions ? Très peu, de fait : aucun n’a laissé de récit de voyage entre le XVIIe et le début du XVIIIe. À quoi cela est-il dû ? Les Espagnols ne voyageaient-ils pas ? N’écrivaient-ils pas ? Ne s’intéressaient-ils pas à Versailles ? Ces questions contiennent peut-être une part de vérité, mais si rien n’a été publié, cela ne veut pas dire que rien n’ait été écrit. En dépit de cette absence, nous trouvons à partir de la fin du XVIIIe siècle un remarquable ensemble d’écrits de voyage. Imprégnés de l’esprit des Lumières, les académiciens et dilettantes espagnols découvrent l’Europe, Versailles et ses merveilles étant une étape obligée à laquelle ils consacrent souvent de longues descriptions. Les voyageurs sont submergés par ce qu’ils voient et s’efforcent de le décrire avec assez de détails, tout en étant conscients de l’impossibilité de tout raconter. Que ce soit la résidence royale des Bourbons ou le musée louis-philippin, le palais monopolise toujours la plupart des pages. La description du jardin est plus inégale, souvent plus sommaire, et les avis sont également plus critiques.

En 1715, l’Allemand Johann Friedrich von Uffenbach, issu d’une famille bourgeoise de Francfort, entreprend un voyage de quatre ans dont les derniers mois se passent à Paris où il séjourne du 11 septembre 1715 au 11 avril 1716. Pendant cette période, il fait deux excursions d’une journée à Versailles, une première fois le 17 septembre 1715 et une deuxième peu après, le 21. Ces petites visites sont marquées par de longues promenades dans le domaine royal en compagnie d’autres voyageurs d’origine germanophone. Dans son journal de voyage, non destiné à la publication, il en décrit en détail le déroulement. Ses notes suivent précisément la chronologie de ses déplacements à Versailles. D’un ton admiratif et critique à la fois, son récit est riche d’informations sur l’état de Versailles quelques jours après le décès de Louis XIV, mais offre en même temps un aperçu sur l’accueil des étrangers ainsi que sur la communication entre voyageurs allemands.

Les dépêches et les rapports ont toujours été au cœur des pratiques diplomatiques. Cependant, les papiers ministériels sont rarement intégrés au genre de la littérature de voyage. Les diplomates se placent généralement eux-mêmes au centre de l’attention dans leurs relations, en décrivant leurs interactions à la cour plus que les villes et les palais qu’ils ont l’occasion de visiter. Dans leurs correspondances officielles, ils commentent souvent brièvement l’architecture et les comportements des habitants des pays qu’ils visitent ; ils peuvent néanmoins en dire davantage dans les lettres adressées à leurs amis et à leur famille. Les diplomates anglais peuvent ainsi donner parfois leurs impressions sur les fêtes, les bâtiments et les lieux qu’ils découvrent dans le cadre d’une ambassade. Cet article retrace la présence de Versailles, de sa cour et de ses visiteurs dans les correspondances de ces ministres envoyés par le roi d’Angleterre (plus tard de Grande-Bretagne). L’objectif est de rendre compte et d’examiner la place tenue par le palais dans les sources diplomatiques, tout en soulignant à la fois les similitudes et les différences d’un ministre à l’autre.

Versailles – perçu comme un espace physique (château et jardins) et comme un lieu réunissant les personnalités les plus importantes de la politique européenne – était une étape obligatoire du grand tour. Parmi les visiteurs que l’on peut recenser, se trouvent de jeunes hommes qui ont été ultérieurement élus rois polonais, comme Jean III Sobieski, Auguste II, Auguste III, Stanislas Leszczyński et Stanislas-Auguste Poniatowski. Dans la majorité des cas, il existe des sources confirmant leur visite à la cour française. Ces relations ont été écrites par eux-mêmes ou par leurs précepteurs, tout au long de leur voyage ou des années plus tard. L’article se concentre sur deux de ces récits, datant du XVIIIe siècle. Le premier est une relation du voyage de Frédéric-Auguste, futur Auguste III, écrite par son précepteur Jan Kos ; pour le deuxième, en revanche, il s’agit des mémoires du dernier roi de Pologne, Stanislas-Auguste Poniatowski, écrits des années après. L’analyse des deux sources se focalise sur la description du château et des jardins de Versailles, ainsi que des personnes rencontrées à la cour. Il est également utile de comparer la narration. Le premier récit se caractérise par une description baroque et détaillée, le rapport étant destiné au père du jeune voyageur, le roi Auguste II le Fort. Le second est quant à lui issu de la réflexion d’un homme plus âgé, qui met l’accent sur les relations humaines et révèle un sens artistique beaucoup plus marqué.

Les Anglais étaient parmi les visiteurs les plus admiratifs de Versailles. Près de la moitié des livres sur Versailles publiés à l’étranger avant 1789 étaient écrits en anglais. Martin Lister, en 1698, le décrit comme le palais « le plus magnifique de l’Europe ». Selon lui, le jardin, « avec ses statues, canaux, bosquets, grottes, fontaines, machines d’eau et tout ce qui est agréable, est de loin supérieur à tous les jardins de l’Italie ». Versailles fut l’un des modèles (mais pas le seul) de Greenwich, Hampton Court, Boughton et d’autres palais anglais. Les Britanniques possédaient aussi les meilleures collections de Sèvres et des Gobelins en dehors de la France. Mais le véritable Versailles anglais était Versailles lui-même. Lord Chesterfield écrit en 1751 qu’une heure à Versailles valait mieux que trois heures dans son cabinet avec les meilleurs livres. La francophilie est finalement aussi anglaise que la francophobie.

Flavie Leroux

Attachée de recherche au CRCV et coordinatrice du programme "Identités curiales et le mythe de Versailles en Europe : perceptions, adhésions et rejets (XVIIIe-XIXe siècles)", sous la direction de Gérard Sabatier et Mathieu da Vinha.

More Posts


Flavie Leroux

Attachée de recherche au CRCV et coordinatrice du programme "Identités curiales et le mythe de Versailles en Europe : perceptions, adhésions et rejets (XVIIIe-XIXe siècles)", sous la direction de Gérard Sabatier et Mathieu da Vinha.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search