Recherche – État d’avancement du programme (janvier 2021)

Base « Visiteurs de Versailles »

Le mois de janvier a été marqué par la recherche de nouvelles sources à ajouter dans la base. Ont dans cette perspective été consultés les anthologies et bibliographies des ouvrages suivants :

  • Corpus électronique « Descriptions imprimées de Versailles de Louis XIV à Louis XVI » et « Descriptions et guides de Versailles, de 1800 à 1900 », réalisés par Benjamin Ringot et disponibles sur le portail de ressources du CRCV.
  • Chabaud Gilles, Cohen Évelyne, Coquery Natacha et Penez Jérôme (éd.), Les guides imprimés du XVIe au XXe siècle. Villes, paysages, voyages, 2000.
  • Dumolin Maurice, « Notes sur les vieux guides de Paris », Mémoires de la Société de l’histoire de Paris et l’Île-de-France, tome XLVII, 1924, p. 209-285 (en ligne).
  • Stagl Justin et Orda Klaus, Eine räsonnierte Bibliographie der reisetheoretischen Literatur des 16., 17., und 18. Jahrhunderts, 1983.
  • Stowe William W., Going Abroad: European Travel in Nineteenth-Century American Culture, 1994.
  • Wuthenow Ralph-Rainer, Die erfahrene Welt: Europäische Reiseliteratur im Zeitalter der Aufklärung, 1980.

Ce travail bibliographique a permis d’ajouter 22 nouvelles notices à la base ce mois-ci, relatives en premier lieu à des guides de voyage pour la plupart anonymes :

  • Le Curieux antiquaire, écrit par un dénommé L. Berkenmeyer, qui présente Marly et Versailles sous Louis XV avec émerveillement : « on dit que ses seules écuries sont plus magnifiques que les palais de plusieurs princes d’Europe ».
  • The Indispensable English Vade Mecum; Or, Pocket Companion to Paris, édité pour la première fois en 1838, qui comporte une notice sur Marly et une notice sur Versailles sous la Monarchie de Juillet. La version éditée l’année suivante, en 1839, comporte quelques variations.
  • What I Saw in Paris During Easter 1849. Forming a Complete Guide for the English Excursionist to the Sights of Paris, Versailles qui, après plusieurs conseils de visite, conclut : « aucun Anglais visitant Paris […] ne doit partir sans avoir passé une journée à Versailles ».
  • Également sous la Deuxième République, The Excursionist’s Guide; Or, Three Days in Paris, qui présente Versailles avec admiration, y voyant « sans conteste le premier des palais européens ».
  • A Hand-Book for American Travellers in Europe, dans lequel Roswell Park propose un itinéraire au jour le jour pour découvrir l’Europe dont, le 18 avril 1853, Versailles.
  • Practical Paris Guide, écrit par Alexander Tighe Gregory qui, au milieu des années 1850, donne des conseils pour découvrir le musée et les jardins de Versailles.
  • Norton’s Hand-book to Europe, du journaliste Joachim Hayward Stocqueler, dit J. H. Siddons, qui recommande tout particulièrement la visite à Versailles car « il n’y a pas dans le monde de palais aussi vaste et de jardins aussi étendus, non plus qu’une collection aussi extraordinaire de si grandes œuvres d’art » (1859 ou 1860).
  • Eight Days in Paris, Or Paris in the Hand, paru en 1866, qui délivre des informations pratiques pour visiter Versailles et assister aux grandes eaux.
  • The Imperial Paris Guide par Charles Augustus Cole, commissaire adjoint de l’Exposition universelle de 1851 à Londres, qui se rend France pour le même événement en 1867. Son guide comporte de nombreux détails sur l’accès aux grandes eaux, l’organisation du musée et la visite du domaine.
  • The Economical European Tourist. A Journalist Three Months Abroad for $430, d’un Américain du nom de William Hemstreet, qui replace Versailles et le Louvre dans le système des palais européens au milieu des années 1870.

D’autres notices ajoutées dernièrement concernent une période jusqu’alors peu représentée : la Deuxième République. Parmi elles,

  • Celle consacrée à l’Américain James Freeman Clarke qui découvre Versailles le 27 août 1849 à l’occasion du Congrès international de la Paix universelle. Il estime que le château « vaut vraiment la peine d’être visité, étant le plus magnifique bâtiment de la sorte qui fut jamais érigé et qui, peut-être, ne le sera jamais ».
  • Venu également des États-Unis, le journaliste Horace Greeley, fondateur du New York Tribune, qui dans une lettre du 16 juin 1851 délivre ses réflexions critiques sur les palais royaux français dont Versailles, « un monument marquant de la prodigalité égoïste de la royauté et de la souffrance patiente des nations ».
  • La femme de lettres, également Américaine, Grace Greenwood, exprime quant à elle le « plaisir intense » ressenti lors de sa visite de Versailles, qu’elle qualifie de « merveille royale du monde » le 26 octobre 1852.
  • Enfin un récit de voyage anonyme, Notes at Paris: Particularly on the State and Prospects of Religion: l’auteur, qui date son témoignage du 6 septembre 1853, trouve Versailles « très triste dans sa grandeur ».

Les dernières notices saisies en janvier concernent presque exclusivement des voyageurs du XIXsiècle, venus entre 1841 et 1889 :

  • La poétesse américaine Lydia Howard Sigourney, qui au début des années 1840 considère Versailles comme une « grande Babylone, créée pour la fierté et la louange d’hommes aujourd’hui retournés à la poussière ».
  • Le prédicateur également venu des États-Unis Samuel Wheelock Fiske, dit Dunn Browne, qui mentionne Versailles parmi les musées à voir autour de Paris, en 1855.
  • Le journaliste James Edmund Scripps, fondateur de l’empire médiatique Scripps-Howard, qui découvre le musée et les jardins en 1881 avec grand intérêt.
  • Le professeur espagnol Miguel de Unamuno qui, le 24 juillet 1889, voit Versailles au prisme du Grand Siècle et porte un regard assez critique : des « pièces toutes ennuyeuses », une « pompe lourde et artificielle », mais de « beaux » jardins.
  • À la fin du XIXe siècle, l’Italien Edmondo Romagnoli raconte passer une nuit dans les jardins de Versailles et délivre ses réflexions sur Louis XIV, l’Ancien régime et la Révolution.

Enfin, la dernière des notices ajoutées en janvier concerne le témoignage du magnat polonais Michal Zdzislaw Zamoyski, relatant la cérémonie des chevaliers du Saint-Esprit du 1er janvier 1699 durant laquelle le duc d’Anjou fut adoubé. Ce texte est issu d’un manuscrit inédit conservé à la Bibliothèque nationale de Varsovie, généreusement mis à disposition et traduit par Joanna Orzeł (maître de conférences à l’université de Lodz).

Base bibliographique

Ce mois-ci, 16 notices en lien avec le programme de recherche ont été ajoutées à la Base bibliographique.

La moitié concerne les contributions au collectif Récits de voyages à Versailles, XVIIe-XIXe siècles, paru dans le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles en décembre dernier, sous la direction de Mathieu da Vinha, Flavie Leroux et Gérard Sabatier :

  • Sabatier (Gérard), « Le mythe de Versailles et l’Europe des cours, xviie-xxe siècles. Présentation du programme de recherche et premiers résultats » (en ligne).
  • Fogelberg Rota (Stefano), « Versailles Through Swedish Eyes in the Eighteenth Century » (en ligne).
  • Giménez (Enric-Eduard), « Les voyageurs espagnols à Versailles : entre l’absence et la fascination » (en ligne).
  • Göbel (Angela), « Entre admiration et critique : Johann Friedrich Armand von Uffenbach à Versailles (1715) » (en ligne).
  • Griffin (Stephen), « “Nothing in the World is Finer”: Diplomatic Correspondence as a Record of Versailles, 1670–1715 » (en ligne).
  • Orzeł (Joanna), « Le château de Versailles à travers le regard de jeunes voyageurs, futurs rois de Pologne : Auguste III et Stanislas-Auguste Poniatowski » (en ligne).
  • Mansel (Philip), « Admiration to Intimacy: Versailles and the English, from Louis XIV to Louis XVI » (en ligne).

Les autres références ajoutées à la Base bibliographique concernent des articles parus dans des revues scientifiques, intéressant le programme de recherche sur le plan méthodologique ou documentaire :

  • Diezinger (Sabine), « Paris in deutschen Reisebeschreibungen des 18. Jahrhunderts (bis 1789) », Francia, n°14, 1986, p. 263-329 (en ligne).
  • Espagne (Michel) et Werner (Michaël), « La construction d’une référence culturelle allemande en France : genèse et histoire (1750-1914) », Économies, Sociétés, Civilisations, n°4, 1987, p. 969-992 (en ligne).
  • Gordon (Daniel), « The Canonization of Norbert Elias in France: A Critical Perspective », French Politics, Culture & Society, vol. 20, n°1, printemps 2002, p. 68-94.
  • Mandon (L.), « De l’influence française en Espagne sous Philippe V, 1700-1713 », Mémoires de l’Académie des sciences et lettres de Montpellier, t. Ve, 1870, p. 623-661 (en ligne).
  • Polleross (Friedrich), « Tradition und Recreation. Die Residenzen der österreichischen Habsburger in der frühen Neuzeit (1490-1780) », Majestas, vol. 6, 1988, p. 91-148.
  • Polleross (Friedrich), « Sonnenkönig und österreichische Sonne. Kunst und Wissenschaft als Fortsetzung des Krieges mit anderen Mitteln », Wiener Jahrbuch für Kunstgeschichte, bd. 40, 1987, p. 239-256 et p. 391-394.
  • Struck (Bernhard), « De l’affinité sociale à la différence culturelle. La France vue par les voyageurs allemands au XVIIIe siècle », Francia, n°2, bd. 28, 2001, p. 17-34 (en ligne).
  • Werner (Michaël) et Zimmermann (Bénédicte), « Penser l’histoire croisée : entre empirie et réflexivité », Histoire, Sciences sociales, 58e année, n°1, 2003, p. 7-36 (en ligne).

Versailles et la Pologne

Le travail éditorial autour du collectif Versailles et la Pologne s’est accéléré en janvier. Le volume vérifié par les directeurs de publication a pu être transmis dans son entier à Alexandra Pioch, responsable des éditions au CRCV.

L’ouvrage compte à ce jour 14 contributions, en français (langue originale ou traduites du polonais pour la plupart), près de 550 000 signes (espaces compris), 22 annexes (dont 20 images et 2 tableaux). La publication dans le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est prévue courant avril. 

Flavie Leroux

Attachée de recherche au CRCV et coordinatrice du programme "Identités curiales et le mythe de Versailles en Europe : perceptions, adhésions et rejets (XVIIIe-XIXe siècles)", sous la direction de Gérard Sabatier et Mathieu da Vinha.

More Posts


Flavie Leroux

Attachée de recherche au CRCV et coordinatrice du programme "Identités curiales et le mythe de Versailles en Europe : perceptions, adhésions et rejets (XVIIIe-XIXe siècles)", sous la direction de Gérard Sabatier et Mathieu da Vinha.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search