Publication : M. Forycki, K. Kula et F. Leroux (dir.), « Versailles et la Pologne » (Bulletin du CRCV, avril 2021)

Le 26 avril 2021, a été publié dans le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles l’ouvrage collectif Versailles et la Pologne, dirigé par Maciej Forycki, Katarzyna Kula et Flavie Leroux. Ce volume rassemble quatorze contributions issues de la journée d’étude organisée le 5 mars 2019 au Centre parisien de l’Académie polonaise des sciences.

Français en Pologne

Un astrologue avait prédit à Marie-Louise de Gonzague-Nevers qu’elle épouserait un roi. Après plusieurs échecs, son mariage avec Ladislas IV Vasa en fait la « reine des Scythes ». La précieuse qui fréquentait l’hôtel de Rambouillet découvre un pays dont elle ne sait rien et où elle n’est pas attendue. Durant plus de vingt années, comme épouse de Ladislas IV (1646-1648), puis de Jean II Casimir (1648-1668), elle s’impose à la cour de Varsovie qui découvre la culture française. Elle meurt très impopulaire en 1667, après s’être épuisée à tenter d’imposer une réforme des institutions polonaises et la désignation d’un successeur français, Condé ou son fils, le duc d’Enghien.

François-Louis de Bourbon, prince de La Roche-sur-Yon puis de Conti (1664-1709), est un prince du sang français. En 1696, l’ambassadeur de France à Varsovie, Melchior de Polignac, insiste pour le présenter comme candidat au trône de Pologne et promet le succès des élections. Sans consulter le principal intéressé, le roi de France accepte. Les écrits politiques de cette époque émanant de Polignac présentent le prince comme un futur souverain idéal, tandis que les opposants, craignant de perdre leur liberté sous le régime français, le montrent comme une menace pour leur pays. Alors que le roi de France refuse de financer la recherche de partisans sur place, Polignac se met en quête du soutien des plus grands magnats de Pologne. L’élection se tient ainsi dans une atmosphère de lutte fervente. Les partisans du candidat français, hésitants, reprochent à l’ambassadeur de les tromper. Les mémorialistes français quant à eux accusent les Polonais de vouloir mettre le prince en échec, leur reprochant leur déloyauté et leur avidité. Il est justifié de douter de la victoire française, en dépit des quelques actions intentées : la Pologne risque alors de voir éclater une guerre civile et le prince de Conti ne veut pas recourir à tous les moyens pour parvenir à ses fins. Il perd finalement l’élection, pour des raisons assez complexes. Son attitude reste énigmatique et contraint les historiens à s’en tenir aux spéculations.

Polonais et Hongrois en France

L’influence des modèles provenant de la cour de France dans la République des Deux Nations s’est systématiquement accrue au cours des XVIIe et XVIIIe siècles. Les voyages des élites polonaises en France, notamment à Versailles, ont constitué une source importante de transferts culturels franco-polonais. Le présent article puise des témoignages émanant de représentants de grandes familles de magnats (Radziwiłł, Jabłonowski) et de représentants des élites intellectuelles (Bohusz), dont la fascination pour la culture française s’est traduite par la reprise de modèles et leur transposition dans la réalité de la culture sarmate. Quatre rois de Pologne régnant à la fin du XVIIe et au XVIIIe siècle ont participé à de telles expériences. On trouve des traces de l’influence française dans les pratiques curiales de ces souverains, en particulier les rois de la dynastie Wettin. Les magnats polonais qui ont voyagé en France ont également laissé des descriptions animées de leur participation aux cérémonies versaillaises. Dans leurs récits, on peut trouver de nombreuses informations sur l’étiquette de la cour, l’architecture du château ou l’aménagement des jardins. Ce type de transmissions culturelles comporte également des réflexions sur les cérémonies curiales, des opinions sur les dirigeants et leur famille, ainsi qu’une évaluation des différences entre les réalités polonaise et française. L’expérience des voyageurs polonais sera aussi analysée de point de vue des réceptions de souverains ou de diplomates étrangers en France (par exemple de l’ambassade du Siam), des cérémonies courantes de la cour (comme les repas royaux) et enfin des spectacles (carrousel à Versailles).

Le Grand Tour est l’un des éléments du système éducatif des nobles et des magnats de la République des Deux Nations. Avant le voyage, les parents rédigent des instructions pour leurs fils et les précepteurs. Ces instructions contiennent des conseils sur les lieux à visiter, notamment la cour française installée à Versailles, pour y apprendre l’étiquette, les bonnes manières, la danse, faire des connaissances, assister à des bals, à des audiences et à d’autres événements. L’article est divisé en deux parties. La première étudie les instructions des parents et des précepteurs de la noblesse et des magnats, en se focalisant sur les informations que l’on peut y trouver concernant Versailles. La seconde vise à examiner dans quelle mesure ces recommandations ont été mises en pratique, en analysant les extraits de deux journaux de voyage. Le premier document est particulièrement intéressant car contemporain de l’installation de la cour française à Versailles, mais a été écrit par un précepteur, Jan Michał Kossowicz. Le second journal de voyage est rédigé directement par un jeune noble, Józef Jerzy Hylzen, dans les années 1750. Il contient des descriptions extrêmement détaillées du cérémonial de la cour – laïc et religieux.

Marie Leszczyńska, fille de Stanislas Ier Leszczyński, roi de Pologne, et de Catherine Opalińska, est l’épouse de Louis XV, roi de France, entre 1725 et 1768. Le présent article se penche sur les différentes formes de présence des Polonais à la cour de la reine et dans son entourage immédiat. La reine ne peut pas compter sur un réel soutien de ses compatriotes au sein de sa maison, car les seuls Polonais qui font officiellement partie de sa cour sont des confesseurs et un cuisinier. Les résidents polonais liés à Versailles de façon plus étroite, tant par la fréquence des séjours que par le statut dont ils jouissent à la cour de Louis XV, sont tout aussi peu nombreux. Ce groupe comprend les parents de la reine et la princesse de Talmont. Les plus nombreux sont les voyageurs, les parents des Leszczyński et les nouveaux venus de Pologne qui rendent visite à la reine de France, guidés par la curiosité, le sens du devoir ou l’espoir de recevoir une aide leur permettant de faire face à une situation financière difficile. En règle générale, ils ont le privilège de rencontrer la reine, ils sont admis à certains honneurs de la cour mais, outre l’accès à un cercle restreint, Marie Leszczyńska n’offre pas aux étrangers venus de Pologne la possibilité de s’intégrer véritablement à la société de cour ou d’établir des contacts culturels plus profonds.

L’histoire des relations hungaro-polonaises à l’époque des Lumières connut une période particulièrement intensive pendant l’émigration des nobles polonais et hongrois en France. À partir de la fin du XVIIe siècle une partie des élites de ces deux pays était soutenue par la diplomatie française contre la monarchie des Habsbourg et la Russie. Des communautés hongroises et polonaises apparurent en France dès le début du XVIIIe siècle. L’émigration du prince François II Rákóczi et du roi Stanislas Leszczynski encouragea cette installation en France. Cette étude essaie de montrer le fonctionnement à la cour de France des réseaux de solidarité entre nobles polonais et hongrois qui bénéficiaient de l’appui des Leszczynski et des structures secrètes comme le secret du roi. L’amitié entre le roi Stanislas Leszczynski et le comte Ladislas Berchény, chef de l’immigration hongroise en France, symbolise bien cette coopération qui fonctionna jusqu’à leur mort et même après.

Après la défaite de l’Insurrection de novembre (1831), a commencé le grand exode patriotique et politique de plusieurs milliers d’insurgés polonais vers l’Europe occidentale et notamment vers la France. Le centre politique et culturel de la Grande Émigration était alors Paris, où l’on s’est efforcé de reconstruire les structures politiques, culturelles, scientifiques et éducatives, en créant un substitut de « Pologne indépendante » en exil. Les documents d’archives montrent qu’à proximité de Paris, un centre considérable de l’émigration polonaise s’est développé après 1831 à Versailles, ce qui n’avait pas été remarqué par les historiens jusqu’à présent. L’article tente de répondre à plusieurs questions : pourquoi les émigrés polonais ont-ils choisi Versailles, quelles institutions y ont-ils créées, quelle fonction la ville et le château ont-ils jouée dans leur vie ? Comment ces lieux ont-ils été perçus et décrits dans la première moitié du XIXe siècle ? L’analyse des journaux, des mémoires et des sources épistolaires polonais montre diverses stratégies de lecture et de description de la résidence et de la ville. S’y dessinent au moins quatre approches de Versailles. La cité-résidence serait une attraction touristique, mais aussi pour certains un lieu symbole d’une puissance révolue, pour d’autres un lieu témoin d’un cataclysme social (la Révolution) et enfin – dans le contexte de la création d’une galerie historique en 1837 – un lieu récit au service des politiques historiques, « emblème » des relations franco-polonaises.

Transferts culturels : politique, éducation, organisation curiale

La seconde moitié du XVIIe siècle en Europe fut marquée par la domination de la diplomatie française, qui toucha également l’État polono-lituanien et les nobles les plus éminents de cette région. Les rapports des diplomates français depuis le milieu du XVIIe siècle mentionnent des contacts avec les familles les plus importantes du grand-duché de Lituanie, à savoir les Sapieha et les Radziwiłł (qui étaient les plus puissants), mais aussi les Pac, les Wiśniowiecki, les Ogiński, etc. C’est par leur intermédiaire que Versailles entendait poursuivre sa politique dans la République des Deux Nations, en gagnant des alliés par le moyen de l’argent, promis – et le plus souvent versé. Le but était de soutenir le candidat français au trône polonais et de gagner des points politiques contre Vienne et Berlin dans le jeu des influences dans cette partie de l’Europe. Même si cette coopération avec les magnats ne fut pas toujours aisée, les Français ne pouvant pas toujours compter sur leur fidélité politique, la Lituanie ne cessa d’être, même au XVIIIe siècle, un domaine important de l’expansion politique de Versailles.

Au XVIIe siècle, aussi bien en France que dans le grand-duché de Lituanie, les rois formaient leurs propres partis pour les aider à gouverner l’État. Le but principal de cet article est de montrer comment les dirigeants du grand-duché de Lituanie et de la France choisissaient leurs favoris. Il est également important de savoir d’où ils venaient, pourquoi ils étaient choisis et comment ils pouvaient perdre ou conserver les faveurs du roi. Au XVIIe siècle, le système de sélection des favoris avait des éléments communs dans les deux pays considérés, mais force est de constater qu’en Pologne et en Lituanie, les rois appréciaient le maintien d’un certain équilibre des forces politiques, ce qui empêchait l’influence dominante d’un personnage sur le souverain, tandis qu’en France, on voyait se distinguer les grands favoris du monarque, tels que Richelieu ou Mazarin. Quand Louis XIV arriva au pouvoir, il instaura un gouvernement personnel et indépendant, tout en s’entourant de plusieurs favoris ; il tentait toutefois d’équilibrer leurs influences. En Lituanie, au fil du temps, la situation commença à se présenter différemment lorsque, dans la seconde moitié du XVIIe siècle, se dégagea l’hégémonie de deux familles : les Pac et les Sapieha qui pouvaient mener leur propre politique, indépendante de la cour de Varsovie et dont le roi devait tenir compte.

Cet article traite de la tentative de créer au collège Saint-Jean de Jarosław une école de mathématiques, qui devait par la suite être transformée en une académie de chevalerie (durant la période 1670-1680). L’auteur considère cette initiative d’introduire dans la République des Deux Nations un nouveau modèle éducatif, visant à préparer l’élite au service militaire et aux fonctions publiques, comme un reflet de la mode européenne inspirée par la domination culturelle et militaro-politique de Versailles. Le principal promoteur de cette innovation éducative à Jarosław fut Bartłomiej Nataniel Wąsowski qui, en voyageant en Europe, pouvait clairement témoigner de la popularité, de la demande et de la valeur pratique du modèle éducatif de l’académie de chevalerie en Europe occidentale. Le désir passionné de ce jésuite de moderniser l’enseignement a suscité peu d’enthousiasme parmi le personnel de la Compagnie de Jésus en Pologne et parmi l’élite sociale de la République des Deux Nations. Un autre facteur important de son échec fut le manque de ressources matérielles nécessaires, causé par l’absence de fonds et la destruction systématique des biens du collège Saint-Jean de Jarosław dans les années 1670-1680. En conséquence, l’école de mathématiques fut fermée et l’idée de fonder une académie de chevalerie abandonnée.

Selon l’historiographie contemporaine, les premières unités de gardes commencèrent à se former au XVe siècle, en même temps que les armées mercenaires. Elles s’épanouirent ensuite partout en Europe, sur le modèle de la France. Une fois transférée à Versailles, la cour développa un cérémonial grandiose qui façonna la garde royale dans sa forme la plus aboutie. Ses tâches étaient d’abord liées à la protection du roi, de la cour, des bâtiments publics, des assemblées importantes, des biens fonciers et des entreprises de production appartenant au monarque, mais également à la distribution du courrier royal et à de larges fonctions de représentation. En temps de guerre, en revanche, la garde remplissait les fonctions d’unité militaire d’élite, en rejoignant les troupes de terrain. Le modèle de la cour de Louis XIV, en termes de grandeur architecturale et de cérémonial mais aussi pour le rôle et les tâches assignés à la garde, fut adopté par la cour des Wettin – d’abord celle de Saxe puis celle de Dresde-Varsovie. Bien que les revenus des souverains de Saxe et de la République nobiliaire fussent nettement inférieurs, leurs unités de garde atteignirent des effectifs aussi importants qu’en France : plus de 6 000 soldats. En effet, la garde des Wettin, tout comme celle de la maison militaire de Louis XIV, joua un rôle important dans le processus de rapprochement entre l’aristocratie, le monarque et la cour, ainsi que dans la formation des cadres et officiers des armées de campagne.

Jardins et architecture résidentielle : Versailles, source d’inspiration ?

André Le Nôtre, « maître de l’illusion et de la splendeur », a laissé de grandes œuvres parmi lesquelles les jardins de Versailles. Ceux-ci avaient été conçus comme un acte créateur, considéré comme un symbole du pouvoir absolu et de la puissance du roi, qui avec le temps a perdu de son lustre en France. Toutefois, les principes généraux des jardins de Le Nôtre, souvent repris et imités, ont été très appréciés dans de nombreux pays européens, y compris en Pologne au milieu du XVIIIe siècle. L’objectif de cet article est de présenter le style du jardin à la française comme un reflet visuel et intemporel de la puissance aristocratique de la famille Potocki. Voulant conférer une certaine splendeur à son pouvoir nobiliaire, Franciszek Salezy Potocki, surnommé « le petit roi de Ruthénie », décida de se bâtir à Krystynopol, en Ruthénie, une nouvelle résidence consistant en un palais et un jardin parmi les plus raffinés de la République des Deux Nations au milieu du XVIIIe siècle. L’ensemble du projet, réalisé selon les plans de Pierre Ricaud de Tirregaille en 1757-1760, rappelle véritablement les palais royaux de type français, avec deux cours, un château, des ailes et des annexes à disposition axiale qui se prolongent dans la composition du jardin avec une cascade et des fontaines. La résidence de Potocki à Krystynopol avec ses jardins uniques, immortalisée par le dessin et l’aquarelle, joue en outre une fonction très importante dans la vie sociale et économique de son propriétaire.

Cet article est consacré à deux résidences de magnats du XVIIIe siècle dont l’architecture a fonctionné comme une manifestation politique s’appuyant sur des codes culturels enracinés dans la tradition antique et empruntés au modèle de Versailles. Les palais de Jan Klemens Branicki (1689-1771) à Białystok et d’Eustachy Potocki (1720-1768) à Radzyń ont été construits au milieu du XVIIIe siècle. L’analyse de leurs formes, de la conception de l’espace et des sculptures permet de comprendre leur fonction d’espace cérémoniel destiné à des fins politiques. Cette étude se focalise sur l’examen des portes d’entrée, des décors des façades, des sculptures situées dans les vestibules, jouant un rôle central dans les structures symboliques de la résidence, sans oublier les jardins avec leurs pavillons et leurs groupes sculptés. Tous ces éléments créaient le Gesamtkunstwerk (œuvre d’art totale) de l’univers spécifique de ces magnats rêvant d’être élus rois.

À partir de la seconde moitié du XVIIe siècle, l’architecture française a été une source d’inspiration pour des résidences dans toute l’Europe, y compris en Pologne. Notamment au XVIIIe siècle, le modèle du château de Versailles, avec son schéma « entre cour et jardin », devient dominant. Pour l’élite polonaise, l’imitation de l’architecture française est une question de mode, de stature sociale et de cosmopolitisme jusqu’au milieu du XIXe siècle. Outre l’aristocratie, le ziemiaństwo (la noblesse terrienne) et la haute bourgeoisie construisent aussi souvent leurs résidences « à la française ». L’on retrouve la même tendance partout dans le monde : en Allemagne (Bavière), au Royaume-Uni, en Autriche, en Russie et même aux États-Unis. Cependant, après 1870 en Pologne, le style français prend un sens supplémentaire : il s’impose progressivement comme un substitut au style national, alors que le pays tombe sous le joug étranger. Ainsi le style Henri IV, Louis XIII ou celui du Grand Siècle deviennent un manifeste politique, une démonstration de soutien à la France – alliée historique de la Pologne – contre la domination de la Prusse. Dans les territoires occupés par la Russie ou l’Autriche, il s’agit plutôt d’une déclaration d’européanité et de cosmopolitisme. Cette situation a duré jusqu’à la renaissance du style national polonais, au début du XXe siècle.

Flavie Leroux

Attachée de recherche au CRCV et coordinatrice du programme "Identités curiales et le mythe de Versailles en Europe : perceptions, adhésions et rejets (XVIIIe-XIXe siècles)", sous la direction de Gérard Sabatier et Mathieu da Vinha.

More Posts


Flavie Leroux

Attachée de recherche au CRCV et coordinatrice du programme "Identités curiales et le mythe de Versailles en Europe : perceptions, adhésions et rejets (XVIIIe-XIXe siècles)", sous la direction de Gérard Sabatier et Mathieu da Vinha.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search