Recherche – État d’avancement du programme (juin 2021)

Base « Visiteurs de Versailles »

Au cours du mois de juin, 20 nouvelles notices ont été saisies dans la base. La grande majorité concerne des voyageurs américains du XIXe siècle.

  • D’abord, sous le Premier empire, le sénateur Aaron Burr, alors en exil. À la date du 29 juillet 1810, il évoque son passage à la machine de Marly, après une occasion manquée d’aller à Versailles.
  • Il s’y rend finalement le 5 août 1810 et est particulièrement impressionné par les jardins. Il écrit dans son journal y avoir découvert « un style de magnificence surpassant tout ce que j’ai pu voir ».

Les témoignages suivants sont plus tardifs et émanent de voyageurs venus des États-Unis dans la seconde moitié du siècle :

  • Un homme d’Église du nom de John Overton Choules, qui en 1851 accompagne plusieurs de ses élèves en Europe. Il livre dans l’une de ses lettres un historique et une description du musée et du domaine de Versailles.
  • Revenu à l’été 1853 comme accompagnant de Mr Vanderbilt, il donne un récit plus circonstancié de sa visite du musée et des Trianons, qu’il a trouvés « plein d’intérêt ». Dans une autre notice, il fait état de sa première promenade dans les jardins et d’une revue militaire à laquelle il a pu assister.
  • Le médecin Walter Channing se fait plus critique en août 1852 : il relève que nombre de fontaines sont asséchées et que sont exposées des statues de soldats défunts.
  • Peu après, le 16 septembre 1852, même avis nuancé pour le pasteur George Duffield, qui constate que Versailles « n’est plus que l’ombre de sa grandeur passée ».
  • Un auteur anonyme, se faisant appeler « De Porte », décrit dans son journal sa visite du 14 juillet 1865. Il découvre notamment le musée des voitures et le Petit Trianon, au prisme du souvenir de Napoléon Ier.
  • En 1871, le journaliste Junius Henri Browne donne une vision plus générale sur le domaine et ses « objets d’intérêt », qui selon lui sont tels que Versailles « est l’un des premiers lieux que les étrangers visitent ».
  • Le récit de l’avocat Thomas Jefferson Clayton est plus bref. Dans une lettre d’août 1873, il évoque seulement ce qu’il a retenu de sa visite, à savoir « de belles peintures » et des « jardins et fontaines charmants ».
  • À l’inverse, l’éditeur Parsons Brainard Cogswell consacre plusieurs pages de sa lettre du 18 septembre 1878 au détail de sa visite, sans oublier d’émettre des critiques notamment sur les jardins, selon lui « d’une désagréable rigueur ». Déçu par le parc et même par le château, il s’étend dans une seconde lettre, du 5 octobre, sur les Trianons qu’il a davantage appréciés.
  • À la même période, Joel Cook, journaliste et membre de la Chambre des représentants, se fait plus enthousiaste : il voit en Versailles « l’un des plus beaux sites d’Europe » et admire la foule parisienne venue assister aux grandes eaux.
  • À une date indéterminée que l’on peut situer sous la Troisième République, Charles H. Collins fait part de son intérêt pour le musée des voitures, dont il retranscrit les collections en copiant probablement son guide de voyage. Un peu plus loin dans son récit, à l’occasion d’une visite des Trianons, il propose une réflexion sur l’opulence de l’Ancien Régime et du Premier Empire.
  • À l’occasion d’un voyage réalisé en 1886, l’éditeur Jesse Milton Emerson évoque par deux fois son passage à Versailles : dans une lettre du 25 février 1886 et dans son récit de voyage, notant qu’il s’agit d’un « lieu des environs de Paris d’un intérêt extrême ».
  • Enfin, dernière Nord-Américaine ajoutée ce mois-ci : Lucy Bronson Dudley, épouse d’un délégué du International Railway Congress qu’elle accompagne en Europe en juillet 1895. Elle se rend à Versailles en août.

Les deux dernières notices intégrées à la base concernent des voyageurs de la République des Deux Nations, dont les témoignages ont aimablement été suggérés et traduits par notre collègue de l’université de Lodz, Joanna Orzeł :

  • Grzegorz Piramowicz qui, au début de septembre 1780, rencontre la reine Marie-Antoinette, assiste au Grand couvert et profite d’une visite privée du Petit Trianon.
  • Anna Tyszkiewicz Potocka-Wasowiczow, aristocrate polonaise mariée en secondes noces à un lieutenant de Napoléon Ier qui, en 1809, voit en Versailles « un désert triste et merveilleux ».

MuseumWeek

La semaine du 7 au 13 juin a été l’occasion de mettre en avant les visiteurs de Versailles sur les réseaux sociaux. À l’occasion de la MuseumWeek, nous avons préparé avec Bastien Coulon et Benjamin Ringot plusieurs publications destinées à Twitter et qui, chacune, se devait de répondre à un thème quotidien imposé. Parmi celles issues de la base « Visiteurs de Versailles » :

Mot-dièse

Post

#ilEtaitUneFoisMW

Le #premier visiteur étranger à voir la Grande Galerie du @CVersailles, à la fin du chantier en 1684, est Pietro Guerrini, ingénieur de Côme III de Médicis : pour lui, c’est « la plus belle chose que l’on peut trouver dans cette grande résidence » !

#ilEtaitUneFoisMW

L’inauguration des Galeries historiques attire de nombreux visiteurs, invités du roi Louis-Philippe, Parisiens curieux, mais aussi voyageurs étrangers. Parmi eux, deux Britanniques, qui témoignent du succès de l’événement…

#ilEtaitUneFoisMW

« J’ai entendu que le banquet, de 1500 personnes pour le dîner, servi avec aisance et rapidité, fut miraculeux. La Salle de Spectacle [opéra] est au-delà de toute description ou imagination »

Comtesse Granville, lettre du juin 1837.

#ilEtaitUneFoisMW

« Nous avons fait notre chemin dans les galeries du Musée, mais la foule était tellement étouffante, et à certains égards tellement grossière et agitée, que nous nous réjouîmes de nous retirer »

Thomas Raikes, 11 juin 1837.

#CoulissesMW

Les coulisses du @CVersailles retiennent l’attention des visiteurs, et ce dès l’Ancien régime. Plusieurs voyageurs étrangers venus au XVIIIe siècle s’intéressent ainsi à l’envers du décor et nous en relèvent les éléments les plus frappants. Témoignages à suivre !

#CoulissesMW

L’Anglais Harry Peckham, en 1768, est d’abord frappé par le mauvais entretien des lieux : l’escalier de marbre est « sale comme une cuisine de taverne ».

#CoulissesMW

Thomas Bentley, visiteur anglais, note même quelques particularités : « il y a des boutiques de différentes sortes sur le grand escalier et dans les passages vers les principaux appartements » !

#CoulissesMW

Apercevoir le roi n’est pas une mince affaire : chaleur, foule, bousculades… Pour en savoir plus : « Visiteurs : attendre le roi » par Flavie Leroux, un article paru dans les #CarnetsDeVersailles

> http://lescarnetsdeversailles.fr/2020/06/visite

#EurekaMW

Le 19 septembre 1783 le premier vol aérostatique de l’histoire a lieu dans l’avant-cour du @CVersailles. L’Espagnol Antonio Pons, présent sur place, est impressionné : “Je ne saurais vous décrire… les acclamations des spectateurs lorsqu’ils ont vu [le ballon] se lever”

#EurekaMW

Célèbre pour ses expériences électriques, inventeur du paratonnerre, je suis l’un des premiers Nord-Américains venu à Versailles en septembre 1767. J’y ai été présenté au couple royal et ai assisté au Grand couvert #QuiSuisJe ?

Base Bibliographique

S’est achevée le mois passé la reprise des notices dont le champ « Type de texte » était jusqu’alors resté vide. Ainsi, toutes sont désormais classées comme « Article », « Revue », « Partie d’ouvrage », « Ouvrage » ou « Thèse – Mémoire » et, le cas échéant, « Actes de colloque », « Catalogue d’exposition » ou « Mélanges ».

J’ai aussi orienté ma reprise sur certains types de contenus :

  • Les articles parus dans des numéros spéciaux de revue, dont les normes de saisie ont été fixées par la nouvelle charte.
  • Les contributions à des actes de colloque ou journées d’études, que j’ai harmonisées en ajoutant les directeurs de publication et la date des rencontres notamment. Cela représente à ce jour 574 notices, notamment plusieurs publications du Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles et des Cahiers Saint-Simon.

J’ai en outre continué à enrichir la bibliographie générale sur l’histoire de Versailles et de la cour, en y ajoutant les références citées dans l’ouvrage de Pierre Verlet, Le château de Versailles, Paris, Fayard, 1985. Avec les références déjà relevées les mois passés, nous atteignons à ce jour un total de 538 entrées pour les ouvrages (monographies et collectifs), 250 pour les articles ou contributions à des collectifs, 61 pour les catalogues d’exposition et 19 pour les thèses ou mémoires.

Séminaire « Versailles : art et histoire »

Avec Bastien Coulon qui en a suggéré l’idée, nous nous sommes proposés d’organiser l’année prochaine un séminaire intitulé « Versailles : art et histoire ». Ce séminaire a pour but de proposer à un petit groupe de jeunes chercheurs en histoire et histoire de l’art une vue générale des recherches récentes sur Versailles, ses représentations et la société de cour sous l’Ancien Régime au travers de conférences et de visites. Les rencontres s’organiseront sur cinq journées au second semestre 2021/2022, entre le 17 janvier et le 14 février 2022. Nous accueillerons une quinzaine d’étudiants de Master 2 et de doctorat des institutions membres du GIP-CRCV.

Le nombre de places étant limité, nous avons lancé un appel à candidatures auprès des institutions concernées (Sorbonne Université, université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, École du Louvre, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et Institut national du patrimoine). La date butoir pour l’envoi des candidatures a été fixée au 30 septembre.

Autres

Le 29 juin dernier, j’ai donné dans l’auditorium du château une conférence pour les abonnés « 1 an à Versailles », intitulée « Monsieur et Madame : un couple en second ».



Citer ce billet
Flavie Leroux (2021, 12 juillet). Recherche – État d’avancement du programme (juin 2021). CRCV. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nbeq

Flavie Leroux

Attachée de recherche au CRCV et coordinatrice du programme "Identités curiales et le mythe de Versailles en Europe : perceptions, adhésions et rejets (XVIIIe-XIXe siècles)", sous la direction de Gérard Sabatier et Mathieu da Vinha.

More Posts

Flavie Leroux

Attachée de recherche au CRCV et coordinatrice du programme "Identités curiales et le mythe de Versailles en Europe : perceptions, adhésions et rejets (XVIIIe-XIXe siècles)", sous la direction de Gérard Sabatier et Mathieu da Vinha.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search