Recherche – État d’avancement du programme (juillet-août 2021)

Base « Visiteurs de Versailles »

Au cours des deux derniers mois, 30 notices ont été saisies dans la base « Visiteurs de Versailles ».

Hormis celle rapportant le témoignage d’Anna Paulina Sapieha Jablonowska, reçue en audience par Madame Adélaïde le 15 avril 1771, toutes concernent des voyageurs nord-américains venus au XIXe siècle, en premier lieu sous la Monarchie de Juillet et la Deuxième République :

  • Le journaliste et éditeur James Grant, en admiration devant les collections du musée : le visiteur « est tellement submergé par l’étonnement et l’admiration qu’il ne peut exprimer ses pensées et ses sentiments ».
  • Un pasteur presbytérien ensuite devenu historien, Joel Tyler Headley, qui s’intéresse tout particulièrement aux Galeries historiques, vers 1842.
  • Le professeur de droit puis chargé d’affaires en Belgique Henry Washington Hilliard, émerveillé en 1845 : pour lui, Versailles « surpasse en magnificence tout ce que le goût royal et une dépense illimitée d’argent ont pu faire durant la période ancienne ou moderne ».
  • Un voyageur du nom de Henry Maney, également impressionné en mars 1852 : « aucun [des palais que nous avons vus] ne pouvait égaler l’imposante magnificence de ce majestueux bâtiment ».

Certains visitent Versailles sous le règne de Napoléon III :

  • Le pasteur John Ellis Edwards, qui le 27 mai 1856 trouve le musée, le parc et les Trianons « d’une beauté transcendante, grandioses, pittoresques et élaborés ».
  • Le marchand Robert Hosea, déçu par la fermeture du musée, mais émerveillé par les jardins en 1858 : « ils présentent une image de magnificence princière dont nous n’avons qu’une faible idée dans notre simple pays ».
  • William E. Kendall, pour qui « en étendue et en splendeur » Versailles « dépasse tous les autres » en juillet 1859. Il s’intéresse tout particulièrement aux portraits de ressortissants nord-américains exposés dans les Galeries historiques.
  • Mary L. Evans, attentive aux marbres, plafonds et collections de peinture lors de son passage en 1861 : « cela surpasse tout ce que nous avons jamais vu ».
  • Mrs Forbes, émue à la découverte d’un Versailles chargé d’histoire, le 10 octobre 1863 : « Si les murs de ce vieux palais pouvaient parler, quels contes de luxure […], de beauté, d’esprit, d’intrigue et de tyrannie raconteraient-ils ».
  • Le journaliste Curtis Guild, qui effectue un Grand tour après la guerre de Sécession et se rend à Versailles vers 1867 pour visiter le musée, le château, les jardins et le Grand Trianon.
  • Un autre journaliste devenu ensuite secrétaire du Sénat des États-Unis, John Wien Forney, qui dans une lettre du 10 juin 1867 donne un aperçu sur le spectacle des eaux nocturnes de Versailles (illustrées ci-dessus sur un mode onirique par Gaston La Touche, Fête de nuit, 1906, dépôt du musée d’Orsay). Il revient en janvier 1875 et assiste aux débats de l’Assemblée dans l’opéra du château.
  • Henry Martyn Harman, professeur de langues et littérature anciennes, va à Versailles fin 1869 pour « voir ses grandes peintures », avec un intérêt particulier pour les salles des Croisades.

Tous les autres voyageurs nord-américains recensés ces deux derniers mois ont visité Versailles sous la Troisième République :

  • Le journaliste Charles Carroll Fulton, qui mentionne son passage à Versailles avant de se rendre à Saint-Cloud pour une fête, en septembre 1873.
  • Un dénommé H. K. Godfrey, dont le regard admiratif est nuancé par les coûts de construction et d’entretien, en 1874 : « il n’est pas étonnant que les sommes nécessaires à l’établissement et à l’entretien d’une telle cour aient appauvri le pays et provoqué la Révolution de 1789 ».
  • Le pasteur Henry Martyn Field qui à l’occasion d’un tour du monde s’arrête à Versailles et assiste au « spectacle » de l’Assemblée dans l’opéra en 1875.
  • Marion Harland, femme de lettres, qui porte un regard attendri sur les espaces occupés par Marie-Antoinette et un regard critique sur le reste du domaine, en novembre 1877.
  • La romancière et traductrice Phebe Earle Gibbons, qui visite le musée et les jardins après avoir manqué les débats des assemblées, le 13 mai 1878.
  • James S. McClay rapporte les souvenirs centrés sur Napoléon Ier qu’il associe à deux journées passées à Versailles, entre 1879 et 1881.
  • Adelaide L. Harrington, admirative des lieux vers 1881 : « J’ai le sentiment d’avoir atteint ici le point culminant de la gloire humaine ».
  • Le médecin Rodney Glisan, délégué au Congrès médical international qui se tient à Londres en 1881. Il visite Versailles à plusieurs reprises entre 1881 et 1883. Il y admire les grandes eaux et exprime sa sympathie pour Marie-Antoinette, mais juge sévèrement les conséquences politiques attribuées à ce « monument de la fierté et de l’ambition royales ».
  • Le militaire William Clark Falkner se rend à Versailles le 11 août 1883. Il éprouve un « intérêt mélancolique » à la visite des Grand et Petit Trianons, dont le mobilier appelle le souvenir de Marie-Antoinette, de Joséphine et de Napoléon Ier.
  • Une jeune femme de vingt-cinq ans réalisant un tour du monde en solitaire, Lilian Leland, regrette que sa visite de Versailles, en mai 1885, ait été trop rapide : « nous n’avons eu qu’un aperçu du palais, du Grand Trianon et du Petit Trianon ».
  • Lenamay Green, jeune fille de dix-huit ans, réalise un voyage de douze mois en Europe, en Égypte et en Terre Sainte, après avoir obtenu son diplôme. Elle découvre Versailles, « le plus grand palais du monde », avec émerveillement vers 1887.
  • Anna P. Little, qui à l’occasion d’un voyage en famille visite les lieux pour la seconde fois, dans les années 1880. Elle en ressort déçue : « les parterres ont perdu beaucoup de leurs attraits ».
  • Un étudiant en droit et philosophie, Peter Joseph Hamilton, qui en 1891 émet un avis plus nuancé sur Versailles. Il y voit « un palais plat, monté sur une colline et donnant sur des parterres artificiels ».
  • La même année, autre regard, féministe cette fois, de la journaliste Barbara N. Galpin sur le Grand Trianon et les Galeries historiques.
  • Edgar Magness qui, lors de son excursion à Versailles pour voir les grandes eaux entre 1892 et 1895, s’arrête notamment devant la cour des ministres et le balcon de la chambre du roi.
  • Adelaide Susan Hall, présidente d’un club artistique de Chicago, qui à l’été 1896 porte un regard critique sur Versailles et son histoire, vue au prisme de ses protagonistes féminins.

Au cours des prochaines semaines, me reste encore à intégrer à la base environ 70 notices toujours relatives à des voyageurs américains du XIXe siècle. Pour rappel, leurs témoignages ont été relevés dans l’ouvrage American Travellers Abroad, de Harold F. Smith, examiné en mai dernier.

Base bibliographique

Après avoir complété les notices dont le champ « Type de texte » était vide, je me suis attelée ces deux derniers mois à celles qui n’avaient pas de mots-clés. J’en ai ajouté partout où cela était possible. Cela a également été l’occasion d’avancer dans la saisie des résumés manquants, même s’ils restent nombreux. Dans les semaines à venir, le travail de reprise de la base s’orientera dans trois directions :

  • Continuer à intégrer les résumés pour les notices qui n’en ont pas.
  • Annexer si possible un PDF ou un lien pour les notices qui n’ont actuellement « Pas de lien disponible ».
  • Remplacer l’accès réservé à un PDF par un lien pour les articles désormais librement accessibles en ligne (notamment ceux des revues Cahiers Saint-Simon et Versalia jusqu’en 2016 et 2018).

En parallèle, j’ai engagé l’intégration de nouvelles notices à la base, en commençant avec celles qui étaient restées en attente de traitement. Ces deux derniers mois, ce sont ainsi 153 références qui ont été ajoutées au corpus. Il s’agit d’abord d’articles issus des revues suivantes :

  • Bulletin de la Société de l’histoire de l’art français.
  • XVIIe siècle.
  • Marly, art et patrimoine (avec ajout des titres des dossiers spéciaux).
  • Revue de l’art.
  • Revue des musées de France. Revue du Louvre (La).
  • The Court Historian.
  • Revue de la Société des amis de Versailles (y compris le dernier numéro de 2021).

Les autres notices saisies dernièrement ont permis de compléter les actes de colloque ou ouvrages collectifs suivants :

  • Marie-France Auzépy et Joël Cornette (dir.), Palais et pouvoir de Constantinople à Versailles, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, 2003.
  • Marcello Fantoni (dir.), The Court in Europe, actes du colloque (auditorium du château de Versailles, 24-26 septembre 2009), Rome, Bulzoni, coll. « Europa delle Corti », 2012.
  • Monique Chatenet et Krista de Jonge (dir.), Le prince, la princesse et leurs logis. Manières d’habiter dans l’élite aristocratique européenne (1400-1700), actes des septièmes rencontres d’architecture européenne (Paris, centre André Chastel, 27-30 juin 2011), Paris, Picard, 2014.
  • Janine Barrier, Claire Ollagnier et Josiane Sartre (dir.), Les Arts réunis. Études offertes à Daniel Rabreau, Paris, Nouvelles Editions Latines, 2017.
  • Jean-Pierre Poussou et Isabelle Robin-Romero (dir.), Histoire des familles, de la démographie et des comportements, Mélanges en hommage à Jean-Pierre Bardet, Paris, Presses Paris Sorbonne, 2007.
  • Monique Certiat, Il était une fois Tarbes, Placide Massey (1777-1853), un botaniste, cat. exp. (Tarbes, Archives municipales, 14 septembre 2013-22 février 2014), Mairie de Tarbes, 2013.

J’ai en outre continué à enrichir la bibliographie générale sur l’histoire de Versailles et de la cour, en y ajoutant les références citées dans deux articles portant sur l’historiographie louis-quatorzienne :

  • Éric Suire, « Le tricentenaire de la mort de Louis XIV : un bilan historiographique fécond ? », Dix-septième siècle, 2016/3, n°272, p. 501-508.
  • Benjamin Ringot, « Le tricentenaire de la mort de Louis XIV : un bilan historiographique fécond ? (II) », Dix-septième siècle, 2016/4, n°273, p. 677-692.

Avec les références déjà relevées les mois passés, nous atteignons à ce jour un total de 593 entrées pour les ouvrages (monographies et collectifs), 299 pour les articles ou contributions à des collectifs, 63 pour les catalogues d’exposition et 17 pour les thèses ou mémoires.

Autres

En juillet dernier, est parue dans la revue en ligne H-France (vol. 21, n°124) une recension que j’ai faite sur l’ouvrage de Tracy Adams et Christine Adams, The Creation of the French Royal Mistress: From Agnès Sorel to Madame Du Barry (University Park, The Pennsylvania State University Press, 2020). Ce compte-rendu est disponible en ligne.

Flavie Leroux

Attachée de recherche au CRCV et coordinatrice du programme "Identités curiales et le mythe de Versailles en Europe : perceptions, adhésions et rejets (XVIIIe-XIXe siècles)", sous la direction de Gérard Sabatier et Mathieu da Vinha.

More Posts


Flavie Leroux

Attachée de recherche au CRCV et coordinatrice du programme "Identités curiales et le mythe de Versailles en Europe : perceptions, adhésions et rejets (XVIIIe-XIXe siècles)", sous la direction de Gérard Sabatier et Mathieu da Vinha.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search