Recherche – État d’avancement du programme (septembre 2021)

Base « Visiteurs de Versailles »

Dépouillement

Le mois passé, a été poursuivi (et presque achevé) le dépouillement des ouvrages qui doit permettre de relever de nouvelles sources à ajouter à la base. Ont ainsi été examinées les bibliographies des travaux suivants :

  • Babel Rainer, Paravicini Werner (éd.), Grand Tour : adeliges Reisen und europäische Kultur vom 14. bis zum 18. Jahrhundert : Akten der internationalen Kolloquien in der Villa Vigoni 1999 und im Deutschen Historischen Institut Paris 2000 (Stuttgart, Thorbecke, 2005).
  • Bracewell Wendy, Drace-Francis Alex (éd.), A Bibliography of East European Travel Writing on Europe (Budapest, Central European University Press, 2008).
  • Griep Wolfgang (éd.), Sehen und Beschreiben: europäische Reisen im 18. und frühen 19. Jahrhundert / Erstes Eutiner Symposion vom 14. bis 17. Februar 1990 in der Eutiner Landesbibliothek (Heide, Westholsteinische Verlagsanstalt Boyens & Co, 1991).
  • Krems Eva-Bettina, « Bourbon und Wittelsbach. Zu den Grenzen des Kulturtransfers und zum “Modell Frankreich”», dans Babel Rainer, Braun Guido et Nicklas Thomas (éd.), Bourbon und Wittelsbach. Neuere Forschungen zur Dynastiengeschichte (Münster, Aschendorff, 2010, p. 387-406).
  • Wiedemann Conrad (éd.), Rom – Paris – London: Erfahrung und Selbsterfahrung deutscher Schriftsteller und Künstler in den fremden Metropolen: ein Symposion (Stuttgart, J.B. Metzler, 1988).

Ce travail a notamment permis de repérer quelques voyageurs allemands supplémentaires venus au XIXe siècle et d’identifier des manuscrits susceptibles d’être consultés à l’avenir pour enrichir le corpus.

Nouvelles notices

Au cours du dernier mois, 48 notices ont été saisies dans la base « Visiteurs de Versailles ».

Deux concernent des voyageurs venus des États-Unis sous le règne de Louis XVI :

  • Abigail Adams, fille du futur président des États-Unis John Adams, alors diplomate, qu’elle accompagne en France puis en Angleterre. Elle se rend à Versailles le 15 mai 1785, se promène dans les jardins – « l’endroit le plus élégant que j’ai vu depuis que je suis dans ce pays », puis assiste à la cérémonie de l’Ordre du Saint-Esprit (pour un visuel, voir le tableau de Jean-Baptiste Van Loo ici en illustration, Louis XV remettant le cordon de l’ordre du Saint-Esprit au comte de Clermont dans la chapelle de Versailles, 1724).
  • Samuel Stearns, médecin, qui le 19 juillet 1790 voit en Versailles « un endroit plaisant ». Les bâtiments, les peintures, les sculptures : « tout cela offre une très belle perspective » selon lui.

Mais la grande majorité des témoignages relevés le mois passé émanent de Nord-Américains voyageant au XIXe siècle, en premier lieu sous la Monarchie de Juillet et la Deuxième République :

  • Willard Parker, étudiant en médecine, qui découvre Versailles en présence de la famille royale, le 11 juin 1837 : « c’est probablement le plus magnifique palais ou château d’Europe ».
  • Asa McFarland, imprimeur, qui mentionne Versailles dans son journal de voyage, à la date du 8 octobre 1850 : « aucun objet touristique à Paris ou dans ses environs ne mérite autant d’attention du voyageur ».
  • Nicholas Murray, Irlandais d’origine, émigré aux États-Unis, devenu pasteur, qui relève les « nombreuses et importantes leçons et instructions morales » à tirer de Versailles, au printemps 1851 : « sic transit gloria mundi ».
  • Benjamin Silliman, professeur, chimiste et minéralogiste, qui admire Versailles en avril 1851, même si le lieu est « négligé par le gouvernement actuel ». Il estime « regrettable qu’un établissement si splendide, monument des arts et des hommes d’une époque révolue, ne soit préservé de la destruction ».

Onze des voyageurs ajoutés le mois dernier sont venus sous le Second Empire :

  • Octavia Walton Le Vert, aristocrate du sud de l’Amérique, épouse d’un fils de médecin français, qui découvre Versailles avec enchantement le 17 juillet 1853. Elle assiste aux grandes eaux et visite le musée, les Trianons, les jardins avec en tête le souvenir ému de Marie-Antoinette.
  • Edward Thomson, président de l’Ohio Wesleyan University, qui évoque Versailles, notamment la Chapelle et les Galeries historiques, dans une réflexion générale sur l’histoire et les monuments français livrée dans une lettre de 1854.
  • Margaret Jane Mussey Sweat, femme de lettres, qui lors de sa découverte du château en 1855 en donne une description lyrique : « un monument accordé à la magnificence pompeuse de son fondateur ».
  • Olivier Gray Steele, homme d’affaires, qui à l’occasion d’un voyage de santé visite et admire Versailles. Dans une lettre du 31 juillet 1858, il dit y voir « une concentration de splendeur luxueuse qui jette tout à fait dans l’ombre toute expérience antérieure de ce type de visite ».
  • Joel Edson Rockwell, pasteur se rendant en Europe également pour raisons de santé, qui en 1859 livre un long commentaire sur Versailles, entre admiration et condamnation : « il y a une leçon solennelle à tirer de cette scène – la vanité de la grandeur et de la gloire humaines ».
  • Sylvanus Dryden Phelps, qui à l’occasion d’un voyage pour la Terre Sainte s’arrête à Versailles et y voit les Galeries historiques : elles « doivent être des plus grandes du monde ».
  • James Newson Matthews qui, dans une lettre du 6 août 1866, commente la Prise de la Smalah d’Abd-el-Kader, « une œuvre d’un pouvoir extraordinaire ».
  • James Eglinton Montgomery, officier de l’US Navy, qui en juillet 1867 fait le récit d’une visite où il accompagne son amiral. Il découvre Versailles, « vaste monument de la gloire disparue », avec le « sentiment que toute l’atmosphère est imprégnée d’une essence royale ».
  • Loretta J. Post, qui se rend sur place également en 1867. Elle évoque le souvenir de Marie-Antoinette au Petit Trianon et voit dans le musée de l’Histoire de France une « école d’histoire et d’art, meilleure que la lecture de nombreux livres ».
  • Charles Debrille Poston, industriel, avocat, entre temps délégué à la Chambre des représentants, qui vient en France la même année pour voir l’Exposition universelle. À ses yeux, Versailles est une « création magique de Louis XIV ».
  • Enfin Sinclair Tousey, qui assiste aussi en 1867 à une illumination nocturne et aux grandes eaux, pour lui « la plus belle vue imaginable ».

Les vingt-neuf autres notices saisies le mois dernier couvrent toute la période de la Troisième République :

  • Olive Risley Seward, fille adoptive du secrétaire d’État des États-Unis, qui le 31 août 1871 assiste à l’assemblée et évoque sa visite du « Versailles royal ».
  • Caspar Morris, médecin, qui dans une lettre du 2 juin 1872 fait état d’un passage durant lequel « rien ne [l’]a autant captivé que le jardin du Petit Trianon ».
  • Elizabeth Peake, qui par deux fois se rend à Versailles en juin 1872 : la première pour visiter le musée des Voitures et les jardins, la seconde pour voir le château et se rappeler son histoire.
  • Ella Williams Thompson, qui en 1873 découvre Versailles au prisme de ce qu’elle appelle ses « secrets féminins », à savoir l’histoire des grandes figures féminines qui y ont vécu (Louise de La Vallière, Mme de Maintenon, Marie-Antoinette, Marie-Louise).
  • Enoch Mather Marvin, missionnaire de l’Église méthodiste, qui en 1876 ou 1877 ne sait comment juger les lieux, « à une échelle de magnificence au-delà de tout ce que j’ai pu voir dans le monde », mais « une stupéfiante folie ».
  • Evelyn R. Stetson, qui s’arrête à Versailles le 24 août 1878, à l’occasion d’un voyage de trois mois en Europe.
  • L. Rees, femme anonyme aux sentiments mitigés : lors de sa visite le 22 juillet 1878, elle est déçue par la façade côté ville mais devient admirative lorsqu’elle découvre les intérieurs et le domaine. En somme, pour elle, « Versailles vaut bien de traverser l’océan ».
  • Burr J. Polk, qui se rend sur place dans le cadre d’un voyage de groupe en septembre 1879, avec un intérêt particulier pour les « attributs royaux » et la réception de la reine Victoria.
  • Mrs William Parker, originaire de Philadelphie, très impressionnée lors de sa visite des lieux, entre 1870 et 1880 : « L’effet de toute cette profusion d’immensité, de grandeur, de beauté, du trésor décoratif, mobilier et artistique est presque écrasant ».
  • Frank Richard Stockton, journaliste, qui dans les années 1880 considère Versailles comme le « premier » des « endroits célèbres à voir absolument ».
  • John E. Ray, dont l’intérêt porte plutôt sur l’histoire du château, « si somptueusement beau et si élégamment meublé », en juin ou juillet 1880.
  • William Stevenson, qui en 1881 propose un récit détaillé d’une visite du Grand Trianon, du musée des Voitures et des Galeries historiques.
  • Clement Pearson, médecin, dont la découverte de Versailles le 13 septembre 1881 est interrompue par le malaise d’un visiteur.
  • George Edward Raum, qui en 1882 donne un bref historique des lieux et exprime son intérêt particulier pour les œuvres relatives à Napoléon Ier.
  • Salon Otis Thacher, qui dans deux de ses lettres relate sa découverte émerveillée de Versailles : le 24 mai 1883, les jardins et les collections du château ; le 13 août 1883, le Grand et le Petit Trianon.
  • Ellwood Haines Stokes, pasteur, qui porte un regard cynique sur le Musée, le Grand Trianon et la Galerie des Carrosses, vus en mars 1884 : « ainsi est la royauté – une ombre onirique, un fantôme, rien ! ».
  • Carrie Frances Butler Thwing, qui est impressionnée par le Musée aussi bien que par le château, à la fin de 1885 : « la magnificence des peintures éclipse presque la magnificence des pièces elles-mêmes ».
  • Sans lien avec la précédente mais portant le même nom de famille, Edward Payson Thwing, pasteur, qui en quelques lignes évoque son passage à Versailles en 1886 : « associations éveillées dans l’esprit du rêveur d’histoire ».
  • George Madison Brown Maughs, également venu en 1886, dont la visite émerveillée occasionne une réflexion sur les événements révolutionnaires.
  • Margaret Junkin Preston, poétesse, qui évoque son passage à Versailles avant 1886, « trouvant dans ses splendeurs insouciantes une excuse presque complète pour la Révolution française ».
  • Zachary Taylor Sweeney, pasteur en route pour la Terre Sainte, qui en 1887 oriente sa visite vers les Galeries historiques.
  • Leonard Allison Morrison, généalogiste sur les traces de ses ancêtres, qui visite le château et le parc avant 1887 : « il serait difficile à n’importe quelle plume de rendre justice à toute la beauté des peintures, toute l’élégance de la statuaire, et toute la grandeur du château et des jardins de Versailles ».
  • Louise B. Robinson, qui dans une lettre du 1er juillet 1888 livre ses impressions sur les jardins, le château, les Trianons et le musée des Voitures.
  • Milton Spenser Terry, théologien, qui porte un regard moraliste bien qu’admiratif sur le parc et le château, « pleins d’objets d’un extraordinaire intérêt », vers 1889.
  • Clara Moyse Tadlock, Anglaise d’origine, émigrée aux États-Unis, qui entre 1886 et 1889 raconte sa visite de Versailles en convoquant l’histoire des lieux.
  • Edward Lowe Temple, qui en 1893 ou 1898 suit une visite guidée en anglais. Pour lui, Versailles incarne le passé monarchique comme l’histoire récente, tandis que le parc est « aussi fascinant qu’étrange ».
  • William A. Smith, pasteur, qui évoque brièvement sa visite vers 1896 : « la plus belle et la plus intéressante des villes de la banlieue de Paris ».
  • William L. Terhune, éditeur, qui à l’été 1897 découvre Versailles avec admiration : « l’endroit le plus intéressant de France », « énorme en étendue, en grandeur et en beauté, et un paradis en tout ».
  • Charles Maus Taylor, membre de sociétés savantes de géographie, qui mentionne son passage entre 1896 et 1899 : « nous répugnons à quitter ces vues enchanteresses ».

Dans les prochaines semaines, s’achèvera la saisie de toutes ces notices relatives aux voyageurs américains du XIXe siècle – une trentaine restant à traiter. S’y ajouteront les témoignages des architectes mis à disposition sur le site ARCHITRAVE, ainsi que les dernières sources allemandes et italiennes relevées grâce au dépouillement (une quarantaine).

Base bibliographique

Remplacement des PDF par des liens

Le travail de reprise de la Base bibliographique a d’abord consisté, ces dernières semaines, à remplacer les PDF (souvent en accès limité) par des liens vers les articles en ligne lorsque cela était possible. Le but est ainsi de rendre nos notices et les documents qui y sont référencés accessibles publiquement donc au plus grand nombre. Ont notamment été traités les articles des revues Versalia (207 notices, jusqu’au n°21, 2018), Cahiers Saint-Simon (53 notices, jusqu’au n°43, 2015), la Revue d’histoire moderne et contemporaine (13 notices), mais aussi plus ponctuellement Livraisons de l’histoire de l’architecture, Le Vieux Marly, Revue de l’art français ancien et moderne, Nouvelles archives de l’art français : recueil de documents inédits et les Mémoires de la Société de l’histoire de Paris et de l’Île-de-France.

NB : lorsque l’article est entièrement accessible en ligne, le PDF est remplacé par un lien vers le texte ; mais lorsque certaines illustrations restent en accès limité, le PDF est conservé et le lien est indiqué dans les remarques.

Notices sans lien disponible

Par ailleurs, j’ai établi la liste des notices « vides », qui n’avaient ni PDF annexé, ni lien renvoyant vers l’article : elles étaient au nombre de 258. J’en ai commencé l’examen pour compléter celles qui pouvaient l’être (38 à ce jour). Pour les autres (182 examinées à ce jour), il me faudra trouver le document soit en bibliothèque, soit en ligne, de manière à le mettre à disposition avec la notice correspondante, en « accès réservé ».

Saisie de nouvelles notices

Par ailleurs, j’ai poursuivi l’intégration à la base de nouvelles notices, parmi celles restées jusqu’alors en attente de traitement. Depuis début septembre, ce sont ainsi 92 notices supplémentaires qui sont venues s’ajouter au corpus, notamment des articles provenant des revues suivantes :

  • The Burlington Magazine.
  • The Court Historian.
  • Monuments historiques de la France.
  • Dossier de l’art.
  • Bulletin de la Société de l’histoire de l’art français.
  • Revue des musées de France. Revue du Louvre (La).
  • Réunion des sociétés des Beaux-Arts des départements à la Sorbonne.
  • Château de Versailles de l’ancien régime à nos jours: n°38 (juillet-septembre 2020), n°39 (octobre-décembre 2020), n°40 (janvier-mars 2021), n°41 (avril-juin 2021), n°42 (juillet-septembre 2021).

Ou encore des contributions aux collectifs suivants :

  • Frédéric d’Agay (dir.), D’encre et de lumières. Itinéraires secrets dans la bibliothèque du Sénat, Paris, La Martinière, 2005.
  • Olivier Ferret et Anne-Marie Mercier-Faivre (dir.), Biographie & politique. Vie publique, vie privée, de l’Ancien Régime à la Restauration, Lyon, Presses universitaires de Lyon, coll. « Littérature & idéologies ».
  • Jean-Philippe Genêt (éd.), L’État moderne, genèse : bilans et perspectives, actes du colloque (Paris, 19-20 septembre 1988), Paris, Éd. du CNRS.
  • Maurice Messiez et Christian Sorrel (éd.), La deuxième campagne d’Italie et les conséquences de la bataille de Marengo, actes du colloque (Chambéry, 9-10 novembre 2000), Chambéry, Société savoisienne d’histoire et d’archéologie
  • Laura Sabrina Pelissetti, Lionella Scazzosi (dir.), Giardini storici, a 25 anni dalle Carte di Firenze : esperienze e prospettive, actes du colloque (Centro di Documentazione Storica del Comune di Cinisello Balsamo, 9-10 novembre 2006), Florence, Leo S. Olschki, coll. « Giardini e Paesaggio », 2009.

Ce travail a également été l’occasion de terminer la saisie des références relatives au programme « Identités curiales et le mythe de Versailles en Europe ».

Projets d’enrichissement de la base

Comme les semaines précédentes, j’ai poursuivi l’enrichissement de la bibliographie générale sur l’histoire de Versailles et de la cour, en y ajoutant les références issues des deux articles suivants :

  • Joël Cornette, « L’histoire au travail. Le nouveau “Siècle de Louis XIV” : un bilan historiographique depuis vingt ans (1980-2000) », Histoire, économie et société, 19e année, n°4, 2000, p. 561-605, en ligne.
  • Flavie Leroux, « Les historiens et le mythe de Versailles en Europe, des années 1960 à nos jours », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles, 2020, en ligne.

Avec les références déjà relevées les mois passés, nous atteignons à ce jour un total de 622 entrées pour les ouvrages (monographies et collectifs), 317 pour les articles ou contributions à des collectifs, 65 pour les catalogues d’exposition et 18 pour les thèses ou mémoires. Je me suis en outre assurée que cette bibliographie comportait bien tous les ouvrages édités par le Centre (ou avec son soutien).

Communication

La page de présentation de la Base sur le site du Centre a été mise à jour avec l’aide d’Isabelle Pluvieux (lien).

Par ailleurs, un billet de synthèse a été consacré aux travaux en cours dans notre Carnet (lien).

Autres

  • En septembre dernier, est paru le numéro spécial « Revêtir des idées » de la revue Parlement[s] (n°34), sous la direction de Catherine Lanoë, dans lequel j’ai publié un article intitulé « Un uniforme de la faveur au service du pouvoir royal ? Usages politiques de la parure chez les maîtresses d’Henri IV et de Louis XIV ».
  • A également été publié chez Routledge l’ouvrage collectif Significant Others, Aspects of Deviance and Difference in Premodern Court Cultures, dirigé par Jonathan Spangler et Zita Rohr, auquel j’ai contribué par un article sur « “Normalising” Louis XIV’s natural daughters: from bastardy to princeliness (1666-1749) ».
  • Les 26 et 27 octobre prochains, aura lieu en Sorbonne le colloque « Conjugalités et extraconjugalités à la cour de France, Moyen Âge-XIXe siècle », organisé avec notamment le soutien du Centre par Pauline Ferrier-Viaud et Flavie Leroux. Les inscriptions pour y assister sont ouvertes jusqu’au 21 octobre.

Flavie Leroux

Attachée de recherche au CRCV et coordinatrice du programme "Identités curiales et le mythe de Versailles en Europe : perceptions, adhésions et rejets (XVIIIe-XIXe siècles)", sous la direction de Gérard Sabatier et Mathieu da Vinha.

More Posts


Flavie Leroux

Attachée de recherche au CRCV et coordinatrice du programme "Identités curiales et le mythe de Versailles en Europe : perceptions, adhésions et rejets (XVIIIe-XIXe siècles)", sous la direction de Gérard Sabatier et Mathieu da Vinha.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search