Recherche – État d’avancement du programme (octobre 2021)

Séminaire « Versailles : art et histoire »

Le comité s’est tenu le jeudi 7 octobre pour sélectionner les participants au séminaire. Sur le total de 20 candidats, 12 ont été retenus avec le souci de conserver un équilibre entre les institutions, les diplômes et les disciplines représentés.

Après consultation des conférenciers et confirmation du titre de leur intervention, le programme a pu être définitivement établi et envoyé aux candidats retenus.

Base « Visiteurs de Versailles »

Au cours du dernier mois, 34 notices ont été saisies dans la base « Visiteurs de Versailles ».

La grande majorité concerne les derniers voyageurs nord-américains que j’ai pu repérer, venus durant la deuxième moitié du XIXe siècle :

  • Un professeur du nom d’Alonzo Tripp, qui découvre avec enchantement la ville, le musée et les jardins de Versailles, probablement le 7 février 1848 : « la splendeur de ce que j’avais vu auparavant au Louvre et au Luxembourg n’était rien comparée à la magnificence de ce palais ».
  • Le journaliste George Wilkes, qui suite à son passage en juillet 1851 émet un avis radical : « de tels monuments du luxe royal ne devraient pas être autorisés à exister au milieu d’une république ».
  • Un autre journaliste, Aaron Smith Willington, évoque dans une lettre du 9 septembre 1851 les grandes eaux et la foule dans les Galeries historiques.
  • Thomas Cogswell Upham, professeur de philosophie, se contente lui aussi de simplement mentionner son passage à Versailles dans une lettre du 3 décembre 1852.
  • Un anonyme, dont le récit de voyage est publié dans un journal local, partage son intérêt pour les salles d’Afrique et le Grand Trianon, visités le 10 novembre 1853.
  • Ferdinand De Wilton Ward qui évoque deux jours passés à Versailles entre 1854 et 1856, lieu où selon lui se « réalisent les contes du pays des fées ».
  • Erastus Cornelius Benedict, avocat, conseiller municipal puis régent de l’université de New York, fasciné par le musée, entre 1854 et 1860 : « quelle éducation historique et française cela donne au peuple ! ».
  • Un dénommé Charles Williams, qui découvre les lieux avec émerveillement en 1862 ou 1863 : « le plus beau parc et l’un des plus élégants palais de France ».
  • Levina Buoncuore, épouse Urbino, femme de lettres, qui suite à sa visite le 17 octobre 1866 exprime un avis dépréciatif : « nous prenons la liberté de dire que c’est un endroit très ennuyeux et stupide ».
  • Adeline Trafton, aussi femme de lettres, fille d’un homme d’Église lui-même venu à Versailles en 1850 (voir la notice Mark Trafton), ressort mitigée de sa visite en 1869 : elle y voit « seulement un lieu d’exposition ».
  • Le militaire William Babcock Hazen, envoyé comme observateur aux côtés de l’armée prussienne lors de la guerre de 1870, qui témoigne de la transformation de Versailles en hôpital pendant le siège.
  • George Buckham qui évoque sa visite des jardins et des Trianons le 17 juin 1872.
  • Samuel Watson, qui voyage en groupe et s’arrête le 14 août 1873 avec admiration devant le musée, la chapelle, le Grand Trianon et les jardins, « les plus grands et magnifiques que j’ai jamais vus » mais dont la statuaire est « négligée ».
  • Mary H. Wills, qui vers 1875 assiste aux grandes eaux jouées pour le sultan de Zanzibar et voit dans le domaine un « paradis sur terre ».
  • Mary Elizabeth Wieting, qui à l’occasion d’un tour du monde avec son mari passe par Versailles et s’intéresse notamment à Napoléon Ier, en 1875 ou 1876.
  • George H. Heffner, qui réalise de même en 1875 ou 1876 deux visites successives d’abord pour voir le musée, « sans équivalent en Europe », ensuite pour assister aux grandes eaux.
  • Horatio King, Postmaster General (littéralement « maître général des Postes ») des États-Unis puis avocat, d’abord déçu de ne pouvoir assister aux séances de l’assemblée le 30 mars 1876. Cette première impression est vite « compensée » par une découverte admirative des lieux.
  • Annie S. Wolf, qui dans une lettre de mai 1878 regarde Versailles au prisme de ses protagonistes féminines.
  • Le pasteur Charles Wood, « étonné par l’immensité de tout » vers 1878 : pour lui, le château est le « monument de la grandeur et de la folie de Louis XIV ».
  • Luther Loud Holden, qui dans le cadre d’un voyage de groupe fait une excursion à Versailles, également en 1878. Il visite les Trianons, les jardins, le musée qu’il trouve « intensément intéressant ».
  • Le consul américain en Allemagne Morton Bryan Wharton, qui se rend sur place en 1882 et voit « un magnifique édifice palatial », où « beaucoup d’événements intéressants se sont déroulés ».
  • L’homme d’affaires James Frothingham Hunnewell, qui vers 1883 fait le bilan de plusieurs visites à Versailles. Il livre un historique et une description admirative du château, du musée, des jardins, « non seulement parmi les merveilles du pays, mais du monde ».
  • Benjamin Walker, journaliste, qui dans une lettre du 14 juin 1889 remarque qu’« il y avait tout ce que l’argent et la royauté pouvaient suggérer ».
  • A une date indéterminée, dans les années 1870-1880, le pasteur Henry Clay Holloway retient du lieu son histoire récente : il qualifie le musée de « napoléonique », « riche de son intérêt historique ».
  • Thomas Wallace Knox, correspondant pour le New York Herald, évoque à la même période les « principales attractions de Versailles » : le château, le parc, les grandes eaux.
  • La professeur et pédagogue Lucy Langdon Williams redécouvre le lieu à peu près au même moment. Elle s’intéresse notamment au Hameau, même s’il « rend très triste, comme les jouets d’un enfant défunt ».
  • Josephine Tyler, également dans les années 1870-1880, porte un regard méditatif sur Versailles et ses liens avec l’histoire de France : « il n’est pas difficile de croire que les hommes peuvent être abusés et déroutés par la gloire et la pompe du pouvoir royal ».
  • Enfin, dernier témoignage d’un voyageur américain sous la Troisième République, celui de William Henry Bishop, écrivain, qui entre 1889 et 1893 passe un mois à Versailles avec un plaisir en particulier : se reposer dans le Grand parc.

Les six derniers témoignages ajoutés à la base ce mois-ci concernent des voyageurs d’autres nationalités, venus à d’autres périodes. Quatre sont hispanophones :

  • Bernardo José Olives de Nadal, aristocrate minorquin effectuant un Grand tour, qui le 5 novembre 1700 mentionne un passage à Versailles, sur la route de Fontainebleau à Paris.
  • Juan Bustamante, chef indigène péruvien, homme politique et écrivain, qui en 1848 ou 1849 évoque le musée et les jardins. Il rend un verdict sans appel : « l’édifice est supérieur en beauté et en majesté à tout ce que j’ai vu de ce type en Italie ».
  • Ignacio Martínez, docteur en médecine et général de la république mexicaine, qui découvre Versailles le 4 juillet 1875 : « il vous est difficile de vous convaincre que c’est la réalité et non un rêve ».
  • L’homme de lettres Martín García Mérou, secrétaire de la légation de la république d’Argentine, qui entre 1882 et 1884 décrit le lieu comme « muet, fatigué » : « l’âme [s’y] se sent opprimée par un sentiment de tristesse inexplicable ».

Enfin, deux visiteurs extra-européens voyageant dans la seconde moitié du XIXe siècle :

  • Idriss ibn Muhammad ibn Idriss al-Amraoui, envoyé du sultan du Maroc Mohamed IV, auquel l’on fait admirer les grandes eaux en 1860. Peu impressionné, il commente : « l’eau est plus abondante encore chez nous, et cette façon de jouer avec elle nous paraît bien inutile ».
  • Edmond Lambert, Canadien, qui livre un commentaire sur la machine de Marly après 1870.

Avec l’ajout de ces témoignages, la base a passé la barre des 1000 notices (1035 exactement au 22 octobre).

Au cours des prochaines semaines, seront ajoutés les derniers témoignages recensés : ceux de voyageurs anonymes, ceux de voyageurs italophones, germanophones (architectes du projet ARCHITRAVE et visiteurs du XIXe siècle), et guides de voyage en anglais, espagnol, allemand – soit un total de cinquante notices.

Article dans Les Carnets de Versailles

Le 21 octobre, est paru dans Les Carnets de Versailles en ligne l’article « Visiteurs : devant la façade côté jardins », revers du précédent de la série qui portait sur la façade orientale. Les témoignages ici analysés montrent que la façade occidentale suscite des réactions tout à fait opposées par rapport à celle côté ville, créant un effet de surprise qui ravit la plupart des visiteurs.

Base Bibliographique

Remplacement des PDF par des liens

Le mois dernier, j’ai continué à remplacer les PDF annexés par des liens lorsque les articles sont librement accessibles en ligne. Cela a notamment concerné la Revue de l’art ancien et moderne (35 notices), les Mémoires de la Société des sciences morales, des lettres et des arts de Seine-et-Oise (30 notices), la Revue de Paris (26 notices), le Bulletin de la Société de l’histoire de Paris et d’Île-de-France (16 notices), la Revue de l’art (une dizaine) et la revue Archives de l’art français. J’ai aussi engagé le travail sur la Revue de l’histoire de Versailles et de Seine-et-Oise. A ce jour, j’ai traité 80 des 213 notices concernées.

Notices sans lien disponible

J’ai en parallèle poursuivi l’examen des notices jusqu’alors « Sans lien disponible », c’est-à-dire sans document annexé ni lien. Sur les 258 concernées, 53 ont pu être complétées. Il en reste ainsi 205 à traiter, dont les scans seront réalisés et annexés au cours des prochains mois.

Saisie de nouvelles notices

Par ailleurs, j’ai terminé l’intégration à la base des articles jusqu’alors restés en attente de traitement (après contrôle de leur intérêt scientifique). Avec les articles récents récemment scannés, cela représente un total de 81 notices supplémentaires ajoutées ce mois-ci.

Il s’agit en premier lieu d’articles anciens qui n’avaient pas été traités, issus de trois revues :

  • Revue des Hautes Pyrénées, 1922 et 1924 (2 notices).
  • Chronique de Versailles, année 1954 (5 notices).
  • Bulletin de la Société des Amis de Meudon, puis Revue des amis de Meudon, 1937-2007 (48 notices).

J’ai ensuite ajouté les derniers articles parus dans le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles :

  • Coulon (Bastien), « Une visite nocturne dans la galerie de pierre : Auguste Vinchon ou les deux histoires du musée Louis-Philippe ».
  • Lemaigre-Gaffier (Pauline), « L’ambassadeur de famille, diplomate et courtisan au service des Bourbons. L’exemple du comte d’Aranda, ambassadeur d’Espagne en France (1773-1787) », Jean-François Dubost (dir.), Le théâtre des Nations : courtisans étrangers à la cour de France au temps des Bourbons (1594-1789).
  • Les sept contributions au collectif « Les galeries historiques de Versailles au XIXe siècle : origine, organisation, réception », (éd. Bastien Coulon), actes de la journée d’études (Versailles, auditorium du château, 9 octobre 2019).

Enfin, la base compte désormais les articles du dernier numéro de la revue Château de Versailles de l’ancien régime à nos jours (n°43, octobre-décembre 2021).

Toutes les dernières entrées de la base seront prochainement indiquées dans un article du Carnet consacré à cette question.

Veille documentaire

Ayant achevé le traitement des notices restées en attente, j’ai pu engager la veille documentaire. J’ai ainsi examiné les derniers numéros de la Revue des amis de Meudon (2017-2018) et de la Revue de l’histoire de Versailles et des Yvelines (t.99-102, 2017-2020). J’ai ensuite relevé la liste des articles pouvant prendre place dans la base. Nous allons nous organiser avec Gérard Robaut pour procéder aux scans de ces articles.

Bibliographie générale

Comme les semaines précédentes, j’ai poursuivi l’enrichissement de la bibliographie générale sur l’histoire de Versailles et de la cour, à l’aide des bibliographies thématiques composées par Marie-Laëtitia Lachèvre et généreusement mises à notre disposition.

Avec les références déjà relevées les mois passés, nous atteignons à ce jour un total de 707 entrées pour les ouvrages (monographies et collectifs), 407 pour les articles ou contributions à des collectifs, 75 pour les catalogues d’exposition et 23 pour les thèses ou mémoires.

Appel à publication

Le 22 octobre, a été publié dans le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles un article de Gérard Sabatier intitulé « Un lieu polémique : Versailles dans les manuels d’enseignement primaire de la IIIe République ». Cette publication a été annoncée dans le Carnet du Centre et relayée sur les réseaux sociaux.

Autres

Les 26 et 27 octobre, s’est tenu en Sorbonne le colloque « Conjugalités et extraconjugalités à la cour de France, du Moyen Âge au XIXe siècle » que j’ai co-organisé avec Pauline Ferrier-Viaud. La préparation de cette rencontre a occupé une partie de mon temps le mois passé, notamment pour la commande des programmes, les échanges avec les participants et l’organisation des deux déjeuners. Le travail se poursuivra dans les mois à venir avec la publication des actes.



Citer ce billet
Flavie Leroux (2021, 9 novembre). Recherche – État d’avancement du programme (octobre 2021). CRCV. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nbf9

Flavie Leroux

Attachée de recherche au CRCV et coordinatrice du programme "Identités curiales et le mythe de Versailles en Europe : perceptions, adhésions et rejets (XVIIIe-XIXe siècles)", sous la direction de Gérard Sabatier et Mathieu da Vinha.

More Posts

Flavie Leroux

Attachée de recherche au CRCV et coordinatrice du programme "Identités curiales et le mythe de Versailles en Europe : perceptions, adhésions et rejets (XVIIIe-XIXe siècles)", sous la direction de Gérard Sabatier et Mathieu da Vinha.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search