Recherche – État d’avancement du programme (novembre 2021)

Colloque « Le mythe de Versailles et l’Europe des cours, XVIIe-XXe siècles » (27-29 janvier 2022)

Une page web dédiée à la rencontre a été publiée sur le site du CRCV. Vous pourrez la retrouver à cette adresse, avec en illustration le visuel de l’événement : une aquarelle de Jobst Riegel, Schloss Versailles. Eingang zum Schloßhof, faisant partie d’un ensemble de vingt-deux vues de Versailles réalisées à la demande de Louis II de Bavière en 1876 (V.2017.11 © Château de Versailles).

Le programme définitif du colloque a été arrêté et sera diffusé courant décembre.

Base « Visiteurs de Versailles »

Au cours du dernier mois, 22 notices ont été saisies dans la base « Visiteurs de Versailles ».

Près de la moitié recensent les témoignages de six architectes et diplomates allemands, dont les écrits ont été traduits et publiés en ligne dans le cadre du projet ANR-DFG ARCHITRAVE :

  • Christoph Pitzler qui à l’occasion d’un voyage éducatif en Europe entre 1685 et 1687 s’arrête à Versailles. Il donne une description technique et abondamment illustrée (voir visuel en tête d’article) du château, des jardins, du domaine et de la machine de Marly.
  • Ferdinand Bonaventure, comte de Harrach, ambassadeur impérial en Espagne qui sur le retour d’une mission à l’automne 1698 prend le temps de visiter Versailles. Il découvre d’abord le château, le parc et le Grand Trianon le 9 novembre : « la première vue qu’on en a, arrivant en voiture, est moins belle qu’il y paraît sur les gravures ». Il s’arrête ensuite à Marly, le 11 novembre : des « appartements qui sont très proprement et joliment aménagés, mais pas aussi magnifiques que ce que l’on voit à Versailles ».
  • Lambert Friedrich Corfey, ingénieur militaire et architecte, qui commence par visiter Marly, petit paradis » et « une vraie merveille », le 25 septembre 1688. Il y retourne en avril 1699 et y admire notamment la machine : « Si le roi a jamais accompli une chose grandiose et extraordinaire, c’est assurément cette machine ».
  • Leonhard Christoph Sturm, théoricien de l’architecture civile et militaire, qui dans plusieurs lettres fictives fait le bilan d’une visite passée, probablement en 1699. Il décrit d’abord de la machine de Marly et la façade du château de Versailles, « navré par tant de mauvais goût » (lettre datée du 21 décembre 1716). Il se penche ensuite sur l’orangerie et les jardins de Versailles, ainsi que sur quelques outils destinés à leur entretien (lettre datée du 28 décembre 1716). Dans la lettre suivante (14 janvier 1717), il porte son regard sur le Grand Trianon, la ménagerie et les intérieurs du château de Versailles. Enfin, il s’arrête sur le château de Clagny et sur le domaine de Marly (lettre datée du 18 janvier 1717).
  • Christian Friedrich Gottlieb von dem Knesebeck, architecte autodidacte et conducteur de chantier, qui selon toute vraisemblance a mis au propre les notes de Sturm après avoir réalisé lui-même une voyage en France entre 1711 et 1713 : il voit à Versailles « un grand nombre de défauts assez importants » et propose un projet de galerie perfectionnée.
  • Balthasar Neumann, premier conseiller de la Commission princière des bâtiments de Wurtzbourg, qui dans ses lettres au prince-évêque relate ses impressions peu après la réinstallation de la cour à Versailles. Le 7 février 1723, il fait une première visite de Versailles et de Marly et relate le quotidien du roi. Le 15 février, il se rend à nouveau à Marly pour y admirer la machine. Enfin le 14 avril, il exprime son « grand plaisir » de voir pour la première fois les grandes eaux de Versailles.

Les autres notices ajoutées ce mois-ci concernent des voyageurs plus tardifs, de la fin du XVIIIe et du XIXe siècle, d’origine allemande ou néerlandaise :

  • Louise princesse d’Anhalt-Dessau, qui à la date du 12 octobre 1775 fait dans son journal de voyage une simple mention de son passage à Versailles.
  • Carl Theodor von Uklanski, écrivain prussien, qui découvre le parc, les Trianons et le Hameau en 1809, guidé par d’anciens officiers royaux : « je pensais, sous les décombres des splendeurs détruites, à la fragilité du bonheur humain ».
  • Ernst Merck, homme d’affaires hambourgeois, qui se dit « malchanceux » lors de sa visite en 1851. N’ayant pu accéder au château, il évoque les « grands moments historiques qui s’y rattachent » et profite du Petit Trianon.
  • Elise van Calcar, femme de lettres originaire des Pays-Bas, qui en 1857 ou 1858 voit le musée comme un « précieux livre d’images nationales », mais éprouve une grande lassitude due à l’étendue des collections : « il est terriblement barbare que dans ce palais sans fin, il n’y ait nulle part où se reposer ».
  • Mina Krüseman, cantatrice et actrice également néerlandaise, qui se dit « très déçue » par les grandes eaux, dans une lettre du 8 juillet 1870.

Enfin, les trois dernières notices relèvent un guide de voyage et deux témoignages de visiteurs étrangers d’autres nationalités :

  • D’abord celui d’un aristocrate de Vicence, près de Venise, Girolamo Egidio di Velo, qui se rend à Versailles lors d’un Grand tour d’Europe en 1812-1813. Le 9 août 1812, il recommande d’aller voir la machine de Marly, pour « connaître combien sa construction est compliquée et admirable ».
  • Ensuite un poème écrit par un Anglais du nom de Thomas Maude, qui rend hommage à Versailles et évoque le destin funeste de Marie-Antoinette, à l’occasion d’un voyage réalisé vers 1828.
  • Enfin, un guide de voyage en espagnol, préfacé par un certain « F. de Casa-Nova » et publié en 1867, qui consacre deux passages à Versailles : d’abord des recommandations de visite, ensuite un descriptif des principaux centres d’intérêt.

Avant de passer à l’analyse des données, me reste à intégrer au corpus quatre témoignages en allemand et un en italien. Resteront ensuite une quinzaine de notices à saisir, concernant des sources anonymes ou de nouveaux témoignages de visiteurs déjà recensés dans la base.

Article dans Les Carnets de Versailles

J’ai publié dans le dernier numéro papier des Carnets de Versailles un article intitulé « Par la grâce du roi », consacré à la fortune de la comtesse Du Barry. Ce texte vient en complément de celui d’Emmanuel Sarméo sur l’appartement de la comtesse, actuellement en travaux. 

L’abonnement au magazine papier, publié tous les semestres, est gratuit sur inscription.

Autres

  • Présentation en anglais de mon livre sur les maîtresses royales, devant le Centre for Privacy Studies de l’université de Copenhague qui m’a invitée sur place le 3 novembre.
  • Conférence « Presque reines ? L’avancement des maîtresses royales sous Henri IV et Louis XIV, de l’inclination à la distinction » devant l’Association des Amis du Domaine de Marly, à Louveciennes, le 13 novembre.
  • Enregistrement le 10 novembre d’un podcast sur le thème « Femmes et pouvoir à l’époque moderne » pour « Histoire en séries », diffusé le 22 novembre.
  • Publication d’un article dans le dernier numéro de la revue Marly, art et patrimoine (n°15), intitulé « Les dames de la faveur à Marly sous Louis XIV ».

Flavie Leroux

Attachée de recherche au CRCV et coordinatrice du programme "Identités curiales et le mythe de Versailles en Europe : perceptions, adhésions et rejets (XVIIIe-XIXe siècles)", sous la direction de Gérard Sabatier et Mathieu da Vinha.

More Posts


Flavie Leroux

Attachée de recherche au CRCV et coordinatrice du programme "Identités curiales et le mythe de Versailles en Europe : perceptions, adhésions et rejets (XVIIIe-XIXe siècles)", sous la direction de Gérard Sabatier et Mathieu da Vinha.

Vous aimerez aussi...