Recherche – État d’avancement du programme (janvier 2022)

Séminaire « Représenter l’histoire au musée : trajectoire commune et divergences entre le musée du Louvre et le château de Versailles (XIXe-XXIe siècles) »

Le mardi 25 janvier s’est tenue la deuxième séance du séminaire « Représenter l’histoire au musée : trajectoire commune et divergences entre le musée du Louvre et le château de Versailles (XIXe-XXIe siècles) » que nous organisons conjointement avec le Louvre (Centre Dominique Vivant Denon / Service Histoire du Louvre) et l’École du Louvre. Il s’agissait de la première des deux séances qui se dérouleront à Versailles. Avant la présentation des projets des doctorants qui commencera à partir du 15 février au Centre Dominique Vivant Denon, nous avons débuté par deux conférences portant sur les Galeries historiques de Versailles. Dans un premier temps Margot Renard, post-doctorante à l’université de Gand, est intervenue pour une conférence intitulée « Le musée historique de Versailles dans le livre, du livre illustré à la bande dessinée (XIXe-XXIe siècles) ». Cette intervention s’appuyait en partie sur une récente publication de Margot Renard pour notre Bulletin qui s’intéressait à la production, l’utilisation et la réception des livres illustrés dans le cadre du projet des Galeries historiques de Louis-Philippe à partir de 1837. Il a été l’occasion de revenir sur la manière dont Charles Gavard (Galeries historiques de Versailles, 1837-1844) ou Alexandre de Laborde (Versailles, ancien et moderne, 1839) notamment ont pu illustrer les Galeries historiques en mettant en valeur l’aspect hétéroclite des périodes et sujets représentés dans le musée. Margot Renard a également pris soin d’ouvrir ce sujet à une période plus récente en évoquant le regain d’intérêt récent autour de la présence du Versailles de la Révolution et du XIXe siècle dans la bande-dessinée (Révolution de Locard et Louazel, 2019 ; Les damnés de la Commune de Raphaël Meyssan, 2017 ; Le château de mon père, Maïté Labat, 2019). Cette incise contemporaine dans son corpus correspond à son travail actuel de post-doctorat à l’université de Gand intitulé «  Time-Travelling Boxes ? French History Comics as a New Way of Considering History ».

Dans un second temps Thomas Gaehtgens, ancien directeur du Getty Research Institute de Los Angeles, est intervenu pour une conférence intitulée « Versailles comme modèle ? Des ‘’Galeries historiques’’ en Allemagne ». Il s’agissait pour Thomas Gaehtgens d’établir un parallèle entre le projet de réconciliation nationale de Louis-Philippe qui s’est concrétisé au travers des Galeries historiques et la volonté d’unification de la nation allemande sur la même période dans le cadre de plusieurs projets monumentaux et muséaux à partir de 1840 en Allemagne. Il a notamment été question d’évoquer le Walhalla, édifié en 1842 près de Ratisbonne par Leo von Klenze pour le compte de Louis 1er de Bavière. Ce bâtiment présentait dans un temple d’architecture néoclassique colossale un ensemble de statues qui n’est pas sans rappeler les galeries de pierre de Versailles, sous la forme d’une collection de bustes de militaires, de penseurs et d’artistes allemands afin de donner l’illustration d’une unité du peuple allemand au travers d’une histoire commune. En outre, il a également été question de revenir sur les figures récurrentes de Charlemagne et de Barberousse au travers du travail du peintre Schnorr von Carolsfeld pour les fresques du Hofgarten de Munich (1835-1842) ou d’Alfred Rethel à l’hôtel de Ville d’Aix-la-Chapelle (1847-1851). Enfin, Thomas Gaehtgens a rappelé l’importance des travaux de Franz Kugler qui, après avoir étudié le cas des Galeries historiques de Versailles, avait participé à un projet similaire pour le palais du Kronprinz de Berlin dans les années 1840.

L’après-midi a été consacrée à une visite des salles des Croisades et de la galerie des Batailles en compagnie de Frédéric Lacaille, conservateur en chef, chargé des peintures du xixe siècle et des Galeries historiques au château de Versailles.

La prochaine séance du séminaire se déroulera le mardi 15 février au Centre Dominique Vivant Denon (Louvre).

Base de données

La base de données sur les collections des Galeries historiques de Versailles continue d’être alimentée en vue d’une production de celle-ci à la fin de cette année. Je vous présente ce mois-ci deux œuvres qui ont déjà été entrées dans la base : la Prise de Philippsbourg et Maurice de Saxe remet les clefs de la ville de Prague à l’électeur de Bavière d’Auguste Couder, peintes en 1838 (MV 180 et 181).

Ces deux œuvres ne seront envoyées à Versailles qu’en 1843 et seront exposées dans la salle no10 des Galeries historiques, au rez-de-chaussée de l’aile du Nord. Les deux tableaux sont aujourd’hui en dépôt au Sénat.

Ils se présentent dans un format identique en hauteur (227 x 125 cm), et présentent deux scènes issues du règne de Louis XV. La Prise de Philippsbourg, évènement s’étant déroulé en 1734 durant la guerre de Succession de Pologne (1733-1738), se déploie sur trois plans successifs. Au premier plan nous pouvons observer les maréchaux d’Asfeld et de Noailles à qui l’ont remet un officier prisonnier qui a les yeux bandés. Au second plan se trouve une église en ruines, marquée par la violence des affrontements récents et dont seul le clocher semble rester impassible. Dans un plan plus éloigné, Auguste Couder représente les combats qui se poursuivent autour de la ville de Philippsbourg comme en atteste l’épaisse fumée qui s’échappe de la ville. Les ruines, la fumée des combats et la précarité de l’église rappellent la tonalité de la Prise de la ville de Lérida que l’artiste réalise un an plus tôt, également pour les Galeries historiques. Dans une atmosphère lugubre, Auguste Couder avait représenté une scène de désolation où les combats se déployaient à la vue du spectateur dans la confusion des explosions, des assauts des troupes françaises et des cadavres qui jonchaient le sol.

Le deuxième tableau représente un évènement de la guerre de Succession d’Autriche (1740-1748) : les représentants de Prague remettent les clés de la ville à l’électeur de Bavière Charles-Albert, couronné Empereur du Saint-Empire un an plus tard sous le nom de Charles VII. La scène illustre le soutien apporté par Louis XV et le maréchal de Saxe à l’électeur de Bavière lors de la campagne de Bohême. Auguste Couder représente le maréchal de Saxe et Charles-Albert en position de vainqueurs, devant une porte de la ville dont le format en hauteur de l’œuvre permet au peintre d’appuyer le caractère colossal de l’édifice. Les armes de Charles-Albert, agrémentées de manière anachronique par son titre d’empereur du Saint-Empire, surmontent la porte de la ville et sont portées par des guirlandes de fleurs.

 

 



Citer ce billet
Bastien Coulon (2022, 4 février). Recherche – État d’avancement du programme (janvier 2022). CRCV. Consulté le 24 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nbfo

Bastien Coulon

Bastien Coulon est attaché de recherche au Centre de recherche du château de Versailles. Il est coordinateur du programme "La représentation de l'histoire au sein des collections du musée de Versailles" sous la direction de Chantal Grell.

More Posts

Bastien Coulon

Bastien Coulon est attaché de recherche au Centre de recherche du château de Versailles. Il est coordinateur du programme "La représentation de l'histoire au sein des collections du musée de Versailles" sous la direction de Chantal Grell.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search