Recherche – État d’avancement du programme (février 2022)

 
Séminaire « Représenter l’histoire au musée : trajectoire commune et divergences entre le musée du Louvre et le château de Versailles (XIXe-XXIe siècles) »

Le mardi 15 février 2022 s’est tenue la troisième séance de notre séminaire organisé conjointement avec le Centre Dominique Vivant Denon et l’École du Louvre. La séance s’est déroulée au musée du Louvre dans les locaux du Centre. À cette occasion nous avons pu entendre les premières communications des doctorants. Chloé Monatte, qui mène actuellement une thèse à l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne intitulée « Les musées et le public : théorie et pratique dans la France de l’entre-deux guerres » a pu présenter ses recherches par le biais d’une communication intitulée « L’idée de “musée moderne” dans la revue Mouseion » en présence de ses directrices de recherche Marie Gispert (Paris 1) et Michela Passini (CNRS). Par la suite Paul Carbonnier, doctorant à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales pour une thèse intitulée « L’expérience muséale : perspective historique et philosophique » a présenté ses recherches autour d’une communication intitulée « Les interactions entre les musées du Louvre et de Versailles de 1796 à 1802 : rapports institutionnels, répartition des œuvres, enjeux historiographiques » en présence de son directeur de recherche Jean-Marie Schaeffer (EHESS). Les recherches et les communications des doctorants seront présentées en détail dans le futur carnet de l’atelier doctoral en cours de préparation.

 

Base de données

Après les œuvres de Couder sur les guerres de Louis XV le mois dernier, je reviens ce mois-ci sur une nouvelle œuvre des Galeries historiques qui a été ajoutée à la base de données en cours d’élaboration.

Louis Hersent, Louis XVI distribuant des secours aux pauvres pendant l’hiver de 1788, 1816-1817, huile sur toile, 180,5 x 197 cm, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 223.

Comme nous le savons, toutes les œuvres des Galeries historiques n’ont pas été commandées par Louis-Philippe et une partie d’entre elles proviennent donc des anciennes collections royales. Nombre d’entre elles proviennent par exemple des collections destinées au futur museum du Louvre autour des commandes du comte d’Angiviller à partir de la fin des années 1770 comme c’est le cas pour les cartons de tapisseries de l’histoire de France (Brenet, Honneurs rendus au connétable du Guesclin, 1777, MV 26) ou la série des hommes illustres (Bridan, Seigneur de Bayard, 1785-1790, MV 2795). Cependant, d’autres œuvres sont issues d’un passé plus récent comme c’est le cas avec l’œuvre qui nous intéresse aujourd’hui, peinte par Louis Hersent et intitulée Louis XVI distribuant des secours aux pauvres pendant l’hiver de 1788 (voir sur le site des collections). Le tableau fut commandé par Louis XVIII en 1816 pour la galerie de Diane aux Tuileries et livré l’année suivante. Après avoir été exposé aux Tuileries à partir de 1817, le tableau rejoint les Galeries historiques de Versailles dès 1837 où il sera exposé dans la salle nº15 (futur salle nº12 à partir de 1850) consacrée à l’histoire de la fin de l’Ancien Régime et de la Restauration. L’œuvre de Louis Hersent représente donc le roi Louis XVI vêtu d’un long manteau de velours et de fourrure qui rend visite à des paysans pauvres dans un décor hivernal non loin de Versailles, probablement vers Montreuil si l’on en croit la position du château dans le fond de l’œuvre. La scène fait référence au terrible hiver de 1788 où les températures furent particulièrement rudes dans tout le pays (-22° C à Paris le 31 décembre et une Seine gelée pour plusieurs semaines !). Louis XVI y est représenté en train de donner une bourse à une famille pauvre dont une jeune fille peine à soutenir une personne âgée. Ce tableau de Louis Hersent est représentatif des commandes passées sous la Restauration afin de fournir une nouvelle image de la fin de l’Ancien Régime et plus particulièrement de la politique de Louis XVI envers le peuple. Le roi apparaît dans un acte de charité, au plus proche de la population, tout en gardant ses attributs de monarque comme son habit le laisse deviner derrière le manteau de fourrure. Le peintre emprunte autant à la peinture d’histoire, avec son grand format (180 x 197 cm) et la position centrale de Louis XVI, qu’à la peinture de genre en forçant le trait pittoresque des maisons et l’aspect misérable des villageois – dans leur condition et leur gestuelle – qui semblent tout droit sortie d’une œuvre morale de Greuze.

René-Théodore Berthon, Trait de justice de Louis XVI, 1786, 1816-1817, huile sur toile, 172 x 268 cm, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 222.

 

Le tableau de Louis Hersent était exposé dans la même salle que le Trait de justice de Louis XVI, par René-Théodore Berthon peint la même année (voir sur le site des collections). Là aussi, cette commande de Louis XVIII devait montrer comment Louis XVI avait pu être un roi juste et magnanime selon la Restauration. En effet, cette scène qui se déroule en 1786 fait référence à ces habitants de Guyenne qui revendiquaient une terre récemment abandonnée par la mer – qui devait par la loi échoir à la Couronne – et que Louis XVI céda suite à leur réception. Le roi apparaît une nouvelle fois comme proche des besoins de son peuple et à l’écoute de ses revendications de justice en une période toujours proche de la Révolution. Nous remarquons d’ailleurs dans le fond une tapisserie représentant un Jugement de Salomon librement inspiré de l’œuvre de Nicolas Poussin, qui fait ici office d’allégorie à cet acte de justice royale.

La mémoire de Louis XVI était nécessaire pour Louis-Philippe, dont l’image publique était encore attachée à son histoire personnelle après avoir participé à l’effort révolutionnaire jusqu’à la fin de l’année 1792 comme lieutenant-général dans la Garde nationale mais également en tant que fils de Philippe-Égalité, ancien duc d’Orléans et député ayant voté la mort du roi en 1793. Ces œuvres commandées sous la Restauration entraient alors parfaitement dans l’entreprise politique et historique de Louis-Philippe qui voulait voir exposer à Versailles « toutes les gloires de la France » et faire valoir ce mouvement de réconciliation nationale qu’il appelait de ses vœux.



Citer ce billet
Bastien Coulon (2022, 10 mars). Recherche – État d’avancement du programme (février 2022). CRCV. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nbfs

Bastien Coulon

Bastien Coulon est attaché de recherche au Centre de recherche du château de Versailles. Il est coordinateur du programme "La représentation de l'histoire au sein des collections du musée de Versailles" sous la direction de Chantal Grell.

More Posts

Bastien Coulon

Bastien Coulon est attaché de recherche au Centre de recherche du château de Versailles. Il est coordinateur du programme "La représentation de l'histoire au sein des collections du musée de Versailles" sous la direction de Chantal Grell.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search