Publication : M. da Vinha, F. Leroux et G. Sabatier (dir.), « Le mythe de Versailles et l’Europe des cours, XVIIe-XXe siècles » (Bulletin du CRCV, mai 2023)

Le 3 mai 2023, a été publié dans le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles l’ouvrage collectif Le mythe de Versailles et l’Europe des cours, XVIIe-XXe siècles, dirigé par Mathieu da Vinha, Flavie Leroux et Gérard Sabatier. Ce volume rassemble quatorze contributions issues du colloque organisé les 27, 28 et 29 janvier 2022 à l’auditorium du château de Versailles.

Versailles fut pendant les XVIIIe et XIXe siècles le phare de l’Europe des cours. Non un paradigme, mais un mythe, élaboré par des strates successives de visiteurs étrangers, originaires principalement des mondes britanniques et germaniques. Se constitua ainsi un imaginaire fait de déférence envers un style de pouvoir, un mode de sociabilité, une esthétique du cadre de vie, puis peu à peu d’une recherche du temps perdu, nostalgie, ou simple curiosité. Le mythe ne fut pas uniquement construction mentale, il eut des effets concrets. L’instrumentalisation se retrouve dans le costume de cour espagnol comme dans la distribution des appartements palatiaux en Lorraine. Il peut enfin « se retourner », et passer d’une acception à son contraire, du positif au négatif si, comme dans l’exemple italien, on en suit le devenir sur le long terme. Abordé de l’extérieur, le mythe de Versailles fait la preuve de sa grande plasticité.

Constitution : naissance et évolutions du mythe

Cet article présente les premiers résultats issus de l’analyse du corpus documentaire rassemblé dans la base « Visiteurs de Versailles », publiée en 2019 par le Centre de recherche du château de Versailles. Les témoignages de voyageurs étrangers qui y sont recensés – plus de six cents auteurs – permettent de saisir les impressions laissées par Versailles à l’occasion de visites effectuées sur une période longue, allant du milieu du XVIIe siècle au début du XXe siècle. Au prisme d’une étude quantitative qui détermine qui vient, quand, d’où et pourquoi, peuvent d’abord être retracées la fréquentation du lieu et la typologie des visiteurs. Le but est ensuite de restituer les regards que ces derniers portent sur le domaine, son histoire, ses acteurs afin de reconstituer un certain imaginaire collectif de Versailles. Entre le réel et l’image construite et retranscrite dans les sources (récits de voyages, correspondances, journaux, mémoires), se dessinent ainsi les contours du mythe dans ses nuances, ses particularités, ses évolutions – qui pour beaucoup résonnent encore jusqu’à nos jours.

La quasi-totalité des textes du XVIIe siècle compilés dans la base « Visiteurs de Versailles » du Centre de recherche du château de Versailles est dithyrambique. À de très rares exceptions, les récits de voyages à Versailles des visiteurs étrangers relèvent d’un genre viatique encomiastique convenu qu’il s’agit d’interroger, afin de comprendre comment se façonnent la mythographie et le « Songe de Versailles ». La « fabrique des fables » passe par des éloges viatiques paradoxaux et leur analyse littéraire aide à saisir le laboratoire scriptural de la fabula versaillaise. L’étude se déroule en trois points : d’abord la fabrique du Songe dithyrambique, puis l’envers du décor, Versailles comme singularité à blâmer, et enfin la fabula versaillaise, conçue comme une mythographie dialectique. La fabrique de la mythographie versaillaise entrelace les points de vue et les discours à la fois exotiques laudatifs et endotiques satiriques, mais aussi, vice versa, exotiques satiriques et endotiques émerveillés, ainsi que les discours encomiastiques, anti-encomiastiques et pseudo-encomiastiques ironiques. Le récit de voyage européen à Versailles est un genre viatique complexe : l’interroger génériquement permet d’affiner la fabrique d’une machine enchantée, l’étudier stylistiquement permet de découvrir un subtil système de duplicité ironique, chercher à le comprendre politiquement permet de débusquer un jeu diplomatique, entre flagorneries dithyrambiques, contemptions idéologiques et parallèles exotiques à effet de miroirs dissonants.

Connaissant un succès considérable dans l’Europe de la seconde moitié du XVIIIe siècle, la vue d’optique a contribué à la diffusion et à l’enracinement d’un imaginaire visuel partagé des espaces urbains. Ces estampes à caractère topographique, destinées à être visualisées dans un dispositif optique qui accentue l’effet perspectif du paysage gravé, forment à la fois un divertissement de salon et une attraction de rue, par l’intermédiaire de montreurs d’optique itinérants. On étudiera ici la façon dont le palais et les jardins de Versailles ont été représentés dans ce genre particulier d’estampes, en questionnant au préalable les modalités de production propres à la vue d’optique, notamment dans leurs dimensions économiques et formelles. Il apparaît que les schémas iconographiques employés sont de seconde main, et reprennent des compositions gravées antérieures, inventées par les Perelle, Pierre Aveline et Jacques Rigaud. La fiabilité documentaire n’apparaît pas comme un critère déterminant dans la sélection des sources : l’effet visuel et spectaculaire prévaut. Plutôt que de façonner une représentation nouvelle ou originale de Versailles, la vue d’optique cristallise une image canonique et stéréotypée du palais et de ses jardins, participant d’une normativité du regard.

Parcours : des impressions aux réalisations

La présente contribution a pour but d’interroger les attitudes que les aristocrates polonais adoptent vis-à-vis de Versailles, depuis leurs impressions à la découverte du lieu, jusqu’à la façon dont ils se l’approprient dans leur vie quotidienne et le fonctionnement de leurs résidences en Pologne. Une attention toute particulière est accordée aux séjours de Józef Aleksander Jabłonowski qui se rend à Versailles à plusieurs reprises (1729–1730, 1748, 1756, 1763). Il appartient à une famille polonaise dont les représentants cultivent la tradition du voyage éducatif, ou Grand Tour, en Europe. Pendant ses visites, Józef Aleksander Jabłonowski relate volontiers ses impressions. Il s’intéresse cependant peu au château et semble plutôt utiliser Versailles pour magnifier sa propre image sur la scène politique et sociale en Pologne. Ses séjours à la cour de France et sa proximité avec la famille royale (il est cousin de la reine Marie Leszczyńska) lui confèrent en effet un certain prestige et montrent sa place parmi les représentants de l’élite européenne. Il s’avère néanmoins très difficile de constater une influence directe de Versailles sur le cérémonial ayant cours dans ses résidences, notamment à Lachowice. Les sources disponibles ne permettent pas à ce niveau de tirer des conclusions définitives.

Au début du XVIIIe siècle, quelques membres de la haute noblesse hongroise se réfugièrent en France après l’échec des luttes d’indépendance et certains furent bien accueillis à la cour de Versailles. Le prince François II Rákóczi fut certainement le plus éminent d’entre eux. Ses témoignages (surtout dans sa Confession d’un pêcheur) ou ceux de son entourage (comme le Journal d’Ádám Szathmári Király) nous montrent un émerveillement devant un centre de pouvoir dont ils espéraient un concours pour leurs projets. Le château de Versailles attirait de nombreux voyageurs de la haute noblesse hongroise qui le visitèrent avec curiosité. Le cas de Joseph Teleki illustre bien la découverte d’un monde différent à travers les yeux d’un noble protestant hongrois. Il nous a laissé un récit de voyage très captivant qui traduit à la fois l’émerveillement et la désillusion. De retour dans leur pays natal, ces aristocrates s’inspirèrent des modèles français lors de l’édification de leurs résidences. L’exemple le plus connu fut le château d’Eszterháza, surnommé par les historiens le « Versailles hongrois », qui fut célèbre pour ses constructions prestigieuses et ses fêtes splendides.

Au-delà des lieux communs sur l’oubli dans lequel Versailles serait tombé après 1789, de nombreux témoignages montrent que le château a continué à attirer les voyageurs français ou étrangers. D’un récit à l’autre, les regards changent toutefois. Certains cherchaient les vestiges d’un monde disparu ou à alimenter leur nostalgie, d’autres au contraire considéraient déjà le château comme un musée de l’art français ou un lieu de mémoire dédié à la gloire de Louis XIV. Pour les plus rares, Versailles et son domaine, en particulier Trianon, demeurait en revanche un lieu vivant, appelé à servir d’habitation à la cour de l’Empereur ou à celle des Bourbons restaurés. Les autobiographies publiées ou manuscrites, les correspondances privées et familiales, les cartons de la série O des Archives nationales et les témoignages parus dans la presse permettent de mieux comprendre qui visitait Versailles entre 1800 et 1830, dans quelles conditions se faisaient les visites, mais aussi pourquoi le lieu était toujours fréquenté, laissant entrevoir la muséification précoce du château, parallèle à celle en cours au même moment dans les palais effectivement habités par la cour.

Né fils d’un paysan suédois, Claes Lagergren suit une formation de commerçant à Paris au début des années 1870. Un héritage inattendu le rend financièrement indépendant et lui permet d’effectuer plusieurs voyages en Europe. Pendant son séjour à Rome, il décide de se convertir à la foi catholique romaine, une étape importante dans une carrière sociale qui l’introduit rapidement dans les cercles de la noblesse romaine – et en particulier dans les familles restées fidèles au pape au lendemain de l’unification de l’Italie. Lagergren est présenté à la cour pontificale et au pape Léon XII qui le protège. Il est alors honoré du titre de marquis et devient l’un des chambellans du pape. Il est aussi chroniqueur et publie ses mémoires en neuf volumes dans les années 1920. Ses écrits sont une source presque inexplorée révélant ses opinions politiques et culturelles – mais aussi son amour pour Versailles. Au cours de ses nombreuses visites au palais, éclairé par sa lecture de guides et de mémoires, il relate ses sensations et ses expériences de l’ancien site royal. Politiquement, Lagergren se considérait comme un légitimiste qui honorait les valeurs de l’Ancien Régime et il chérissait la Restauration. Dans cette optique, Versailles et son palais constituaient un symbole fort et un lieu de mémoire de l’Europe prérévolutionnaire. Au début des années 1880, Lagergren épouse la riche américaine Caroline Russell. Le couple achète le château de Tyresö, datant du XVIIe siècle et situé à l’extérieur de Stockholm – une maison que Lagergren lèguera finalement au musée Nordiska après sa mort en 1930. Tyresö est devenu un lieu d’exposition de collections, en particulier des portraits des membres de la dynastie française des Bourbons que Lagergren avait vus à Versailles.

Confrontations et ambiguïtés

La fascination que les Anglais ont pour Versailles et la cour de France se reflète à travers la présence de nombreux visiteurs britanniques au château. Cette fascination s’observe aussi en Angleterre à travers l’art des jardins, l’architecture, la décoration intérieure et même dans les mœurs. Parmi les voyageurs qui ont rapporté dans leur pays le fruit de leur expérience à Versailles, se distinguent des diplomates comme Ralph Montagu, qui deviendra grand maître de la Garde-Robe en Angleterre, des artisans tel Daniel Marot, réfugié huguenot ayant travaillé pour Louis XIV. Versailles fut l’un des modèles (mais pas le seul) qui servit pour les résidences de Hampton Court, Boughton et Chatsworth, entre autres, en particulier avec les décors peints sur le thème de la monarchie et avec l’ameublement de l’imposante chambre du Roi. Les travaux récents d’Anna Keay, Simon Thurley et d’autres confirment que certains rituels et usages à Versailles ont influencé la cour d’Angleterre. Ainsi Charles II fut le premier roi anglais à instaurer le lever et le coucher. Guillaume III, quant à lui, projeta de faire édifier son propre Trianon à côté de Hampton Court, tandis que le futur George IV aménagea Carlton House avec du mobilier inspiré de celui de Versailles. L’influence de Versailles en Angleterre montre comment la culture de cour a pu l’emporter sur les guerres et les rivalités entre les deux pays.

Hormis quelques expositions et publications pionnières récentes, les historiens de l’art qui étudient les règnes d’Auguste le Fort et d’Auguste III ont tendance à se focaliser sur la cour électorale de Dresde, sans vraiment s’intéresser à l’ensemble plus vaste de la Saxe et du royaume de Pologne ou à la cour royale de Varsovie. En outre,les chercheurs voient souvent dans la résidence du Roi-Soleil à Versailles le principal modèle de la cour d’Auguste le Fort à Dresde. Ils marginalisent voire ignorent l’influence qu’auraient pu exercer d’autres résidences royales en France ou en Europe – notamment celles fréquentées par les princes de Saxe à l’occasion de leur Grand Tour ou de visites d’État (Auguste le Fort, par exemple, se rend à la cour de Prusse en 1709 et 1728). Si certains ont jugé démodés – contraires à la modernité – les meubles d’argent acquis par la Saxe, il semble qu’on ait pris conscience du pouvoir de représentation qu’offrait ce type de mobilier, qu’il soit d’origine française ou allemande, l’argent conférant à ces objets un caractère intemporel et non plus obsolète. Ce matériau était emblématique de la richesse de la Saxe : c’est ainsi que les mineurs étaient conviés et célébrés lors de festivités à la cour, comme lors de la fête de Saturne qui clôt le mariage du futur Auguste III avec Marie-Josèphe d’Autriche en 1719.

Pour les Espagnols, le début du XVIIIe siècle marque l’avènement d’une nouvelle dynastie sur le trône d’Espagne, celle des Bourbons. L’arrivée du duc d’Anjou entraîne un changement dans le cérémonial et l’étiquette de la Maison royale, ainsi que le transfert culturel de l’habit à la française. Interprétée comme une initiation, une assimilation ou même une adoption, la question vestimentaire intéresse depuis des années l’historiographie, qui voit dans le sacre du premier Bourbon un jalon dans la modernisation du fonctionnement et des apparences de la cour espagnole. Cette étude analyse l’arrivée et l’influence de ce modèle vestimentaire à la cour de Philippe V. Le costume versaillais fait polémique et divise la noblesse. En nous appuyant sur les archives royales et nationales espagnoles, nous verrons comment, après l’intronisation du premier Bourbon, cette tenue est devenue un élément déterminant pour accéder au monarque et à ses faveurs. Elle incarnait, à l’instar des usages en vigueur à Versailles, une forme de distinction réservée à une certaine élite au sein du palais.

Dès le XVIIIe siècle, le château de Lunéville est considéré comme le « Versailles » de la Lorraine, duché alors indépendant de son voisin le royaume de France, auquel il sera officiellement rattaché en 1766, à la mort du dernier duc, Stanislas Leszczyński (1677-1766), ancien roi de Pologne et beau-père de Louis XV. Pourtant, l’étude des chantiers des résidences reconstruites par ses prédécesseurs conduit à nuancer l’idée d’une copie servile du modèle français. Le duc Léopold (1679-1729), formé à la cour impériale à Vienne, et son épouse la duchesse Élisabeth-Charlotte d’Orléans (1676-1744), nièce de Louis XIV qui a grandi à Versailles, ont uni ces références culturelles dans leurs aspirations pratiques, matérialisées dans leurs appartements des palais de Nancy et plus encore de Lunéville. L’architecture et le mobilier mettent en exergue un cérémonial du quotidien élaboré par le duc et la duchesse, comme une symbiose entre les références française et impériale. La préservation de leur vie intime, selon un exemple venu de Vienne, était contrebalancée par une exposition très significative de la personne de la duchesse, en particulier lors de la cérémonie de sa toilette publique, trait distinctif de la culture de cour originale développée en Lorraine au début du XVIIIe siècle.

De la fin du XVIIIe siècle à nos jours s’est instauré l’usage, en Italie, d’une expression, « le Versailles italien », pour désigner tel ou tel palais royal de la Péninsule. Aujourd’hui, cette expression est essentiellement utilisée à des fins que l’on pourrait qualifier de publicitaires. L’objectif étant de magnifier la résidence en question, la comparer au château du Roi-Soleil sert à en souligner la valeur et le caractère unique. Il s’agit donc bel et bien d’un « slogan ». Et ce slogan est fréquemment employé dans un esprit campaniliste pour mieux affirmer la supériorité du palais royal d’un ancien État italien sur le palais royal d’un autre ancien État : Caserte contre Monza, par exemple. Un positionnement qui est lié, la plupart du temps, à des polémiques municipalistes, parfois vigoureuses, souvent alimentées par la politique italienne contemporaine. Mais il n’en a pas toujours été ainsi : au XIXe siècle, l’expression « le Versailles italien » revêtait une signification politique fortement négative. Plusieurs historiens et hommes politiques progressistes ont en effet usé de la formule pour condamner l’Ancien Régime dont le château français était, à leurs yeux, le symbole le plus achevé. Ainsi, dans le poème Versaglia que Giosuè Carducci a écrit en 1871, la description du château et des jardins était avant tout prétexte à célébrer la mort de l’Ancien Régime. Le présent essai vise à analyser l’utilisation politique de l’expression « le Versailles italien » durant la période 1780-1918 et à reconstruire l’histoire que le château du Roi-Soleil a laissée dans l’imaginaire politique italien entre la fin de l’Ancien Régime et l’Unification.

Épilogue

Cette postface fait le bilan des différents volets de recherche présentés dans ce collectif et propose une synthèse des expériences vécues, à travers l’Europe (et au-delà), par les visiteurs étrangers venus à Versailles aux XVIIIe et XIXe siècles. Le mythe de Versailles exerçait une influence qui variait considérablement d’un individu à l’autre : chaque visiteur se le réappropriait et l’adaptait selon ses désirs une fois de retour dans son pays. Il n’existait pas de vision unique de Versailles. Certains ont profité de leur séjour pour réajuster leurs liens politiques avec la France et l’Allemagne, d’autres pour afficher leur statut et leurs relations sur place, ou pour exhiber leur bon goût à travers les objets qu’ils avaient acquis. D’autres ont considéré Versailles comme la parfaite incarnation du pouvoir de l’État et de l’ordre moral, tandis que d’autres encore y ont vu le pire exemple d’excès et de décadence. Les visiteurs venus d’Amérique ont importé certains éléments du mythe versaillais, tels que le respect de l’étiquette et l’exclusivité d’accès, mais aussi l’importance accordée à la grandeur et à la splendeur. Finalement, ces influences ont été variées : les Américains ont imité Versailles, mais aussi d’autres résidences françaises. Le mythe de Versailles s’est ainsi perpétué tout en revêtant de multiples formes.



Citer ce billet
Flavie Leroux (2023, 4 mai). Publication : M. da Vinha, F. Leroux et G. Sabatier (dir.), « Le mythe de Versailles et l’Europe des cours, XVIIe-XXe siècles » (Bulletin du CRCV, mai 2023). CRCV. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nbgp

Flavie Leroux

Attachée de recherche au CRCV et coordinatrice du programme "Identités curiales et le mythe de Versailles en Europe : perceptions, adhésions et rejets (XVIIIe-XIXe siècles)", sous la direction de Gérard Sabatier et Mathieu da Vinha.

More Posts

Flavie Leroux

Attachée de recherche au CRCV et coordinatrice du programme "Identités curiales et le mythe de Versailles en Europe : perceptions, adhésions et rejets (XVIIIe-XIXe siècles)", sous la direction de Gérard Sabatier et Mathieu da Vinha.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search