« Les cours aristocratiques et leur rôle dans le système curial princier » par Sébastien Schick

Portrait de Frédéric-Guillaume Ier par Johann-Gottfried Eichler © Château de Versailles, Dist. RMN / © EPV

Ce nouvel article du Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles analyse la fonction politique des palais aristocratiques berlinois dans le système curial prussien sous Frédéric-Guillaume Ier (1713-1740). La cour de ce roi est en effet présentée par l’historiographie comme inexistante ou sans aucune importance politique : un constat que la prise en compte des palais aristocratiques permet largement de nuancer. Il apparaît en effet que le roi ne sacrifie pas sa cour au profit d’une armée gigantesque, mais qu’il transfère en partie aux grands la fonction de représentation de son pouvoir, dans le cadre plus général de sa ville de résidence. Dès lors, on assiste à un partage des tâches au sommet de l’État, la vie de cour berlinoise se réorganisant pour une large part autour de ces palais. En 1728, lorsque le roi de Pologne, Auguste le Fort, est en visite à Berlin, les palais aristocratiques contribuent largement à l’apparat des festivités données en son honneur et ainsi au prestige de son hôte. Ces principaux ministres, grands absents de l’historiographie prussienne du XVIIIe siècle, retrouvent ainsi un rôle politique, leurs palais devenant l’espace politique de leur action informelle, en matière de diplomatie surtout. Au-delà de cet enjeu prussien, les conclusions de cette analyse invitent donc à prendre en considération les palais aristocratiques dans le cadre des systèmes curiaux princiers en général.

Accéder à l’article


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.