Présentation d’ouvrage : François Lemée et la statue de Louis XIV (19 mars à 18h30, Paris 5e)

27351100696230MÀ l’occasion de la parution de François Lemée et la statue de Louis XIV. Les origines des théories ethnologiques du fétichisme, les éditions de la Maison des sciences de l’homme et le Centre allemand d’histoire de l’art vous invitent à un entretien avec Carmen Bernand et Caroline van Eck au Comptoir des presses d’universités 86 rue Claude Bernard, 75005 Paris, le mercredi 19 mars à 18h30.

Le livre François Lemée et la statue de Louis XIV s’ouvre sur la place des Victoires à Paris en 1686 au moment de l’inauguration du grandiose monument érigé à Louis XIV, et sur la polémique immédiate qu’il déclenche à propos de l’adoration des idoles.

La statue du roi, debout en habits royaux, est couronnée de la Victoire ; aux quatre coins d’un piédestal en marbre, orné de bas-reliefs illustrant les victoires de la France, des esclaves en bronze figurent les nations vaincues lors de la guerre de Hollande (1672-1678) ; à ses pieds, le roi foule Cerbère, symbole de la Triple-Alliance. Le monument est encadré de quatre hauts piliers terminés de lanternes qu’on éclaire à la tombée du jour. Le roi est alors accusé de se prêter à l’idolâtrie et de l’encourager comme sous l’antiquité. Le juriste François Lemée décide de récuser ces accusations par le Traité des Statues.

À la première distinction qu’il note entre « statue » et « idole », s’en suivent d’autres qu’il puise dans l’histoire et la philosophie antiques et dans les récits de voyage.  Grâce à elles, il repense le rapport à l’idolâtrie et l’iconoclasme. Au XVIIIe siècle, la réflexion qu’il a initiée se prolonge prenant le nom de fétichisme, mais peu à peu les termes de fétichisme et d’idolâtrie sont aussi appliqués aux attitudes occidentales vis-à-vis de l’art. Aussi, le contexte des analyses des projections des propriétés du vivant sur les choses figurées et inanimées se transforme d’un rejet motivé par des raisons religieuses dans une étude anthropologique et psychologique. Les relations avec les études actuelles en anthropologie de l’art, revues par Alfred Gell, sont soulignées et posent la question du rapport au pouvoir prêté aux objets d’art.

Il y a quelques années deux auteurs spécialistes du Nouveau-Monde Carmen Bernand et Serge Gruzinski ont écrit De l’idolâtrie. Une archéologie des sciences religieuses. Ils montrent, entre autres, comment a été projeté sur ces mondes américains un ensemble de catégories religieuses héritées du paganisme antique, ensemble centré sur la notion d’idolâtrie.

Carmen Bernand, anthropologue, professeur émérite des universités, EHESS-CERMA
Caroline van Eck, historienne d’art et philosophe, professeur d’histoire de l’art, Université de Leiden (Pays-Bas)

Voir le livre sur le site de l’éditeur.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.