Publication : Bénédicte Gady, « L’ascension de Charles Le Brun – Liens sociaux et production artistique » (éditions de la MSH, 2010)

27351100873210LBénédicte Gady

Éditions de la Maison des sciences de l’homme, Paris
2010
552 p.
Passagen/Passages, n° vol. 29],
ISBN: 978-2-7351-1169-5
48,00 EUR

Comment Charles Le Brun devint-il premier peintre de Louis XIV ? Tirant profit de la découverte de nouvelles œuvres peintes, dessinées et gravées, de nombreux documents d’archives inédits et d’une lecture critique des sources, cet ouvrage reconsidère l’ascension du peintre en articulant réseau social et création artistique. Issu d’un milieu familial modeste, mais lié au monde de l’édition d’estampes pour lequel il produisit ses premières œuvres, Le Brun n’était pas un héritier. Mais il fut assurément une « créature », au sens du XVIIe siècle : la protection du chancelier Séguier lui permit d’accéder à des commandes prestigieuses – du cardinal de Richelieu comme plus tard du roi  –, de fréquenter un milieu de lettrés, de partir à Rome en compagnie de Nicolas Poussin, ou encore de consolider les fondements de l’Académie royale de peinture et de sculpture. A la tête de chantiers de décoration à Paris et à Vaux-le-Vicomte, Le Brun sollicita de nombreux collaborateurs avec lesquels il entretint des liens juridiques, artistiques et sociaux dont l’analyse éclaire les modes de production au Grand Siècle et invite à remettre en cause la conception actuelle de la notion d’« atelier ».

 

Sommaire

Préface de Jennifer Montagu
Introduction

Première partie : Se former
Ouverture
I Des atouts familiaux contrastés
Les Le Bé et le monde de l’écriture
Nicolas Ier Le Brun et le monde du métier
Les Le Bé, les Le Brun et le monde de l’estampe
L’imagerie demi-fine

II La protection du chancelier Séguier
La rencontre avec Séguier et la formation picturale
L’entourage érudit et la formation intellectuelle
Les productions pour Séguier, Richelieu et leurs cercles
Peintre du roi, du chancelier, ou maître peintre ?

III La parenthèse italienne
Au service du chancelier
A l’école de Poussin
La Rome contemporaine vue par Le Brun
Amitiés, créations et commerce (Rome, Lyon, Paris)

Deuxième partie : S’établir
Ouverture
IV De Séguier au roi. La fidélité en question
Les commandes directes de Séguier
L’entourage de Séguier
Du Louvre du Conseil au Louvre du roi
Séguier, Mazarin, Fouquet, Colbert et Louis XIV

V L’Académie royale entre protection et mérite
1er acte. La fondation : le chancelier et « son ouvrage »
2e acte. La jonction : Le Brun et ses hésitations ?
3e acte. La réformation : un entre-deux à quatre ?

VI « Un solide établissement de fortune »
Des stratégies socio-artistiques
Des stratégies intellectuelles ?
Des stratégies financières ?
Les premiers signes de réussite sociale

Troisième partie : Produire
Ouverture
VII Le Brun et ses assistants : faux-semblants de la notion d’atelier
La diversité des liens juridiques
Portraits de collaborateurs
Ateliers et atelier

VIII Un chantier exemplaire : Vaux-le-Vicomte
Les documents juridiques et comptables
Le cercle élargi
L’équipe resserrée
Les contours d’une direction

Conclusion

Acheter ce livre.

 


Vous aimerez aussi...