Publication : Christain Quaeitzsch, « Une société de plaisirs. Festkultur und Bühnenbilder am Hofe Ludwigs XIV. und ihr Publikum » (Deutscher Kunstverlag, 2010)

une_societe_de_plaisirsChristain Quaeitzsch

Deutscher Kunstverlag, Berlin & München
2010
Collection Passagen/Passages vol n°30
ISBN 978-3-422-06919-0
78,- EUR

Les divertissements fastueux ordonnés par Louis XIV ont façonné de manière déterminante l’image que nous avons de la cour du Roi Soleil. Mais comment le spectacle éphémère de ces festivités et son langage visuel allégorique étaient-ils perçus par les contemporains eux-mêmes ? Les fastes de la cour avaient une fonction de représentation du pouvoir royal, tant pour les sujets que par-delà les frontières. Le théâtre jouait dans cette optique un rôle clef et occupait fréquemment une place centrale dans les divertissements, notamment sous la forme de mises en scène somptueuses de ballets et d’opéras. La portée de celles-ci ne tenait pas seulement à la magnificence éphémère des décors et de la scénographie : le spectacle se jouait tout autant dans la salle avec des interactions entre public, organisateurs et observateurs politiques présents. L’enjeu était la réception publique de ces divertissements au sein de la dialectique du pouvoir royal. On mettait en outre un point d’honneur à en conserver une trace et à les faire connaître de diverses manières, par le biais d’images et de textes. Ainsi l’art éphémère de la fête constitue-t-il un prisme privilégié pour déchiffrer la rhétorique politique de l’image et ses mutations au temps de Louis XIV, que l’auteur nous donne à voir ici.

 

 

Benjamin Ringot

Adjoint au directeur scientifique, Responsable enseignement et formation Centre de recherche du château de Versailles

More Posts


Benjamin Ringot

Adjoint au directeur scientifique, Responsable enseignement et formation Centre de recherche du château de Versailles

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search