Conférences : « Rencontres du Centre André Chastel » (INHA, 2015-2016)

cac-logofinal-web3Pour la cinquième année consécutive, le Centre André Chastel propose en 2015-2016 un cycle mensuel de rencontres scientifiques, dans des champs variés de l’histoire de l’art médiéval, moderne et contemporain. Les conférences permettent de faire connaître au public les travaux les plus récents de ses membres et correspondants.

Les rencontres du Centre André Chastel seront coordonnées cette année par Sabine Berger (université Paris-Sorbonne) et Stéphane Castelluccio (CNRS).

Ouvertes à tous, elles ont lieu le mercredi de 18h30 à 20h. Entrée libre dans la limite des places disponibles

 

Programme

À voir, notamment :

16 décembre 2015

salle Grodecki (rez-de-chaussée)

  • Pascale Gorguet-Ballesteros et Marie WatierMlle Alexandre, marchande de modes à Paris au XVIIIe siècle

Le métier de marchande de modes au XVIIIe siècle nous a toujours été présenté par le prisme  de la plus célèbre d’entre elles, Rose Bertin (1747-1813). Les biographies d’Émile Langlade en 1911 et beaucoup plus récemment de Michèle Sapori ont focalisé, en effet, l’intérêt  sur la «  ministre des modes de la reine ». Mais les quelques centaines de marchandes de modes parisiennes qui s’inscrivent au registre des métiers à partir de 1776 n’ont jusqu’ici guère suscité l’attention des chercheurs. C’est en cela que le master de Marie Watier, relatif à une marchande de modes bien connue de son temps, Mlle  Alexandre, est novateur.  Issue d’une famille de marchands merciers, cette dernière ouvrit une première boutique à Paris sous le règne de Louis XV, située entre les quartiers très animés du Palais-Royal et du Pont-Neuf. Durant quatre décennies, elle fournit à l’aristocratie différentes garnitures destinées à orner vêtements et accessoires des vestiaires masculins et féminins de l’époque. En tant que marchande suivant la cour, elle fut successivement choisie pour l’élaboration des fournitures de modes des trousseaux de mariage des comtesses de Provence et d’Artois. Son talent lui permit de se lancer dans le commerce à l’étranger et lui valut d’être de nombreuses fois mentionnée dans la littérature de son temps. Sa carrière se heurta cependant à la forte concurrence qui existait dans cette profession, en particulier celle de Rose Bertin, qui la mena à la faillite.

 

11 mai 2016

salle Ingres (2e étage)

  • Basile BaudezHistoire de la couleur dans le dessin d’architecture, XVIe-XIXe siècles

Les historiens de l’architecture se sont penchés principalement sur l’histoire du dessin comme outil de conception du projet. En appliquant les méthodes de l’histoire de l’art, nous nous proposons ici de traiter de la place et de l’utilisation de la couleur dans le dessin d’architecture en Europe entre les XVIe et XIXe siècle. Alors que le dessin de la Renaissance italienne est largement monochrome et développe ses propres conventions sous la pression des graveurs, la situation au XVIIe siècle est bien plus contrastée entre un monde germanique et hollandais coloré et une Italie restant fidèle à l’encre brune, quand l’Angleterre adopte le lavis gris. La France, par l’entremise des ingénieurs militaires, finit, dans les dernières années du règne de Louis XIV, par fixer les règles d’utilisation de la couleur à des fins informatives. Au milieu du XVIIIe siècle, se développent cependant, dans le cadre du rapprochement entre peinture et architecture, des couleurs qui ne se limitent plus à informer l’ouvrier, mais sont destinées à séduire jurys et commanditaires, dans une veine rhétorique. Cette voie typiquement française donne naissance au dessin Beaux-Arts, au moment où l’Angleterre, développe sa propre gamme colorée en absorbant le dessin d’architecture dans le mouvement aquarelliste. C’est cette longue histoire de rivalités et d’échanges européens que nous nous proposons de retracer dans cette conférence.

 

Voir le programme complet.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *