Journée d’étude : « Domestiques et Domesticités. Servir un maître de l’Antiquité à nos jours » (Université Grenoble Alpes, MSH, 25 mars 2016)

Affiiche-1Le thème de la domesticité prend corps dans l’histoire sociale et culturelle mais aussi dans l’histoire des représentations, ouvrant dès lors une brèche pour une approche littéraire et artistique. Par « domestique », on entendra, dans son acception la plus large, l’individu qui est au service d’un autre dans un rapport de subordination, sans en être nécessairement la propriété (esclaves, palefreniers, précepteurs, aumôniers, secrétaires, gouvernantes, bonnes, prostituées).
Alors même que, dans l’Antiquité, le statut d’ « esclave » relève d’une catégorie juridique rigide, la catégorie de « familiers » opère une mutation aux époques ultérieures. Avant le milieu du XVIIIe siècle, la plupart des dictionnaires définissent en effet le « domestique » comme « celui qui est d’une maison, sous un même chef de famille ». Il s’agit donc des gens d’une maison (maison royale, princière ou seigneuriale, voire parlementaire et même bourgeoise) attachés au service domestique ou personnel d’un prince, d’un grand, d’un noble ou d’un magistrat. Des hommes et des femmes se font ainsi les fidèles d’un supérieur contre l’absence de souci matériel et contre sa protection. La frontière entre la sphère de la « domesticité » et celle des « serviteurs » devient donc plus poreuse, en même temps que cette perméabilité pose nécessairement un problème de définition. Aussi la perspective diachronique doit-elle permettre de faire apparaître l’infinie palette de nuances qui se déploie depuis l’Antiquité jusqu’à l’époque contemporaine.

 

Programme

9h : Accueil des participants et introduction.

Marianne Béraud (Université Grenoble Alpes) : De Photis (Apulée) et Caenis (Vespasien) à Célestine (Octave Mirbeau) et Laura (Christian Oster). Micro-histoire ancillaire ou histoire totale des bonnes dans le millefeuille historiographique ?

Session I – Le servant entre subordination et transgression.
(Modérateur : Nicolas Mathieu)

9h30-9h50 : Carl-Loris Raschel (EPHE) : La formalisation contractuelle de l’état de domesticité dans l’Antiquité : le cas des travailleurs domestiques de l’Egypte romaine (Ier-Ve siècles).

9h50-10h10 : Noémie Marijon (Université Grenoble Alpes) : Agar et ses maîtres. Représentations de l’asservissement dans les cycles vétérotestamentaires des manuscrits français de la fin du Moyen-Age.
Discussion

Pause

Session II – Le service au sein d’une maison princière.
(Modérateur : Stéphane Gal)

10h45-11h05 : Christophe Caix (Université Grenoble Alpes) : Servir un Grand au premier XVIIe siècle : l’exemple des domestiques de la maison de Charles de Créquy (v.1575-1638), maréchal de France et deuxième duc de Lesdiguières.

11h05-11h35 : Fanny Giraudier (Université Lumière Lyon II) : La domesticité d’honneur. L’exemple des gentilshommes de la chambre dans la maison d’Henri IV.
Discussion

Pause déjeuner

Session III – Domesticités en voyage.
(Modérateur : Anne Cayuela)

14h00-14h20 : Emmanuel Lacam (Université de Picardie/ENC) : Le voyage en Espagne d’un domestique janséniste parisien en 1768. Étude du journal de voyage de Claude Bonnet, valet et secrétaire de l’abbé Jean-Charles Augustin Clément, chanoine de la cathédrale d’Auxerre.

14h20-14h40 : Philippe Prudent (Université Grenoble Alpes) : Accompagner un grand touriste britannique en Italie : quel rôle pour les précepteurs à la fin du XVIIIe siècle ?
Discussion

Session IV – Être domestique au féminin.
(Modérateur : Anne Cayuela)

15h00-15h20 : Elise Guignon (Université de Picardie) : Représentations de la femme de chambre chez les auteurs fin-de-siècle (1880 – 1905).

15h20-15h40 : Jeanne-Marie Jandeaux (Université de Nice/EHESS): Maîtres, domestiques et transgression amoureuse au XVIIIe siècle.
Discussion

Pause

Session IV – Figures de l’exclusion et de la marginalité.
(Modérateur : Serge Stolf)

16h30-16h50 : Nassima Mekaoui (EHESS) : La « fatma », « création du système colonial » ? Généalogie d’une figure de la domesticité féminine « indigène » en Algérie (années 1900 – 1962) ».
16h50-17h10 : Jacopo Rasmi (Université Grenoble Alpes) : Domesticités italiennes du troisième millenaire. Lire La scolta de Gian Maria Annovi.
Discussion

Conclusion : N. Mathieu.

Benjamin Ringot

Adjoint au directeur scientifique, Responsable enseignement et formation Centre de recherche du château de Versailles

More Posts


Benjamin Ringot

Adjoint au directeur scientifique, Responsable enseignement et formation Centre de recherche du château de Versailles

Vous aimerez aussi...