Appel à communications : « Les mondes de Turgot » (11-12 octobre 2018 ; date limite : 15 septembre 2017)

La mise à disposition récente d’un fonds d’archives d’une richesse exceptionnelle – les papiers de la famille Turgot, entrés en 2014 aux Archives Nationales grâce au mécénat de la Banque de France – permet de renouveler la connaissance que l’on a du rôle d’Anne Robert Jacques Turgot (1727-1781), économiste, savant, intendant et ministre, en le replaçant au cœur des pratiques sociales, administratives, culturelles et scientifiques de son temps. Les archives inédites de ce fonds ouvrent de nouvelles perspectives de recherches, à des échelles diverses entre le local et le global, entre sphère familial e et échanges intellectuels, entre l’Europe, les colonies et les autres continents, sur la construction et la circulation du savoir économique, à l’intersection d’autres domaines de connaissance. Les archives de Turgot permettent ainsi de nourrir une réflexion approfondie sur les interactions entre littérature, religion, science s et pratiques administratives. Leur inventaire signale différents manuscrits relatifs à l’histoire naturelle, la géographie, la botanique, les mathématiques ou la physique mais aussi de nature économique et politique (fiscalité, infrastructures et service de transports, circulation des grains, travail…), reçus ou expressément sollicités par Turgot, qui peuvent être mis en regard les uns avec les autres, mais aussi avec des fonds complémentaires.

Les Archives Nationales et la Banque de France organisent les 11 et 12 octobre 2018 à Paris un colloque international sur le thème « Les mondes de Turgot ». Ce colloque a pour ambition de susciter de nouveaux travaux qui pourront s’appuyer sur la mise à disposition des archives numérisées et de leur inventaire détaillé sur le site des Archives nationales.

De façon non limitative nous suggérons à ce stade trois directions de recherche qui pourraient nourrir la trame de ces deux journées :

– Famille et sociabilités. Turgot est l’héritier d’une histoire familiale, d’un milieu social, d’une éducation. Comme le montre son abondante correspondance, il participe d’un réseau d’échanges avec de nombreux savants et hommes de lettres de son temps. En quoi ces différentes modalités d’inscription sociale ont-elles contribué à façonner son parcours ses curiosités et ses écrits?

– Les Lumières au pouvoir. Turgot est confronté à la réalité de l’action administrative, comme intendant de la généralité de Limoges, ou politique, comme ministre de la Marine puis contrôleur général des Finances. Dans quelle mesure les documents inédits de ce fonds permettent-ils d’enrichir ou de corriger notre compréhension de sa réflexion et de son action face aux débats et enjeux de son temps (politiques de réforme, politique coloniale…) ?

– Archiver et éditer. La connaissance des papiers de Turgot repose depuis un siècle sur l’édition qu’en a fait Gustave Schelle, après Dupont de Nemours. L’accès direct aux sources primaires peut ouvrir des pistes sur ces travaux. Quelles sont les logiques et les processus qui ont organisé la conservation de ces papiers ? Quelle est la genèse du fonds Turgot ? Comment ces archives ont-elles été classées ? Quels ont été les choix éditoriaux de G. Schelle ?

Les propositions de communication contenant un résumé de 500 mots et d’une notice bio – bibliographique sont à adresser à Mission Historique de la Banque de France, 9, rue du colonel – Driant, 75001 Paris (1069-historique-ut@banque-france.fr) , avant le 15 septembre 2017.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *