Journée d’étude : « Minerve pensive. La réflexion sur la guerre au temps de Tristan » (Association des Amis de Tristan L’Hermite, Université Paris-Sorbonne, salle des actes, 23 février 2018)

Seule l’enfance fut pour Tristan (1601-1655)  un temps de paix. En effet, sa vie s’écoula durant des  décennies  tourmentées  par les troubles  et les violences,  celles notamment  des conflits religieux  et des guerres menées contre la Maison d’Autriche.

Cette  journée  sera  d’abord  l’occasion  d’éclairer  avec  netteté  l’importance  de  son  éducation militaire  et de sa participation  aux multiples  campagnes  de la première  moitié  du XVIIè siècle.  Il sera utile de restituer  le « monde  dur, chaotique,  naturellement  violent,  livré à la fureur  et à la sauvagerie » (Jean-Christian Petitfils) dans lequel il vécut.

Gentilhomme de plume, Tristan aborde dans son œuvre le thème de la guerre. Celui-ci se déploie en maints écrits divers, dans les recueils poétiques où Tristan glorifie les vertus belliques, dans Le Page disgracié  où sont  envisagées  avec  douleur  les horreurs  des  conflits,  dans  les tragédies  qui  donnent  à entendre  conseils  de guerre  et récits  de bataille.  En dépit  de la diversité  des genres  pratiqués  et des intentions  affichées,  il s’agira  d’étudier  en quoi le discours  sur la guerre  permet  de saisir les tensions comme  d’apprécier  l’harmonie  de  l’œuvre  tristanienne.  En  effet,  au-delà  de  l’éloge  et  du  blâme,  on pourra   analyser   selon   quelles   modalités   Tristan,   traversant   les   voiles   de  la  fiction   théâtrale   ou romanesque, passant outre les ancrages référentiels de la poésie encomiastique, questionne la guerre.

À l’harmonie  dans  l’œuvre  répondra  l’harmonie  dans  le siècle,  car l’analyse  d’autres  écrits  et d’autres formes d’expression permettra d’explorer les prolongements et les enrichissements de ce questionnement.   Les  littéraires,   les  historiens,   les  historiens   de  l’art   et  les  musicologues   qui  se rencontreront  lors de cette journée pourront se demander comment la guerre a pu engendrer, loin de la rigidité d’une conception absolue, à l’écart de la soumission idéologique comme de la candeur pacifique, une réflexion nuancée, source d’une pensée morale.

PROGRAMME

MATIN

Président de séance : Emmanuel BURY (Paris-Sorbonne)

9h30 Accueil des participants

10h Introduction : Minerve pensive, Constance Griffejoen-Cavatorta (DYPAC, UVSQ)

10h30 La guerre sous Louis XIII, Olivier Chaline (Paris-Sorbonne)

11h Pause

11h15  La  guerre  comme  marché :  économie  de  la  violence  et  doctrine  de  l’intérêt  au  temps  de Tristan, Paul Vo-Ha (Université Paris I Panthéon-Sorbonne)

11h45   La  guerre :  un  fil  rouge  dans  le  parcours   personnel   et  littéraire   de  Tristan,   Sandrine Berrégard (CELAR, Université de Strasbourg)

12h15 Discussion

APRÈS-MIDI

Président de séance : Alain GÉNETIOT (Université de Lorraine)

14h45   Existe-t-il   une   intériorité   de   la   guerre   dans   la   poésie   tristanienne ?,   Sophie   Tonolo (DYPAC,UVSQ)

15h15  Minerve  dansante : images de la guerre dans les vers de ballet de Tristan,  Thomas Leconte (CMBV)

15h45  Le motif  du guerrier  dans  la culture  emblématique  de l’époque  Louis  XIII,  Marie  Chaufour (Université de Bourgogne)

16h15 Discussion

Journée d’études organisée par Constance Griffejoen-Cavatorta avec le soutien du laboratoire DYPAC de l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines

Contact : constance.griffejoen@gmail.com

 

Source : organisateurs de l’évènement.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *