Veille – Appel à contributions : « Objets politiques quotidiens du Moyen Âge à nos jours » (Colloque, IRHiS, université de Lille, 14-16 novembre 2018 ; réponse avant 30 mars 2018)

Colloque international à l’Institut de Recherches Historiques du Septentrion (IRHiS)
Objets politiques quotidiens du Moyen Âge à nos jours
14-16 novembre 2018
organisé par Christopher Fletcher, Gil Bartholeyns, Laurent Brassart, Manuel Charpy, Elodie Lecuppre-Desjardin

Le champ de la culture matérielle en tant qu’objet d’étude à la fois historique et anthropologique est aujourd’hui foisonnant. Dans ce contexte, l’IRHiS organise un colloque international, qui propose d’explorer un sujet relativement négligé : l’étude des objets du quotidien en tant que participants du processus « politique » au sens large. Ce colloque vise à fournir un espace de débat qui dépasse les limites habituelles des périodes et des espaces, en réservant une attention particulière à des groupes et des pratiques qui échappent aux élites.

Depuis une vingtaine d’années déjà le concept de « culture politique » a permis de transformer le champ de l’histoire politique en allant bien au-delà de l’analyse des institutions et des intérêts matériels des individus et des groupes. L’étude des conceptions politiques formalisées ou implicites des acteurs politiques a débouché sur des interprétations sophistiquées de leurs comportements, de leurs succès et de leurs échecs. Toutefois, ce n’est que très récemment que les historiens ont élargi leur champ de recherche pour considérer la culture politique, non seulement du point de vue de ceux qui possèdent le pouvoir, mais encore de ceux qui sont gouvernés. La culture politique « populaire », voire « ordinaire » ou « vernaculaire » attire ainsi l’attention des historiens mais également des politologues cherchant à comprendre des phénomènes d’ordre politique en dehors des institutions politiques formelles. C’est dans ce contexte que l’université de Lille et l’IRHiS financent une série de rencontres visant à explorer de nouvelles approches de la culture politique « quotidienne ». Par « quotidienne », nous envisageons des phénomènes récurrents, familiers, routiniers et qui ne sont pas toujours énoncés explicitement. Y figurent notamment des pratiques qui peuvent ne pas être considérées comme « politiques » par les acteurs, bien qu’elles permettent de contraindre ou de résister, établissant ainsi un lien de pouvoir.

Une journée d’études, Pratiques politiques quotidiens, en septembre 2017, lançait cette série de trois manifestations scientifiques. Dans cette seconde rencontre nous nous pencherons sur les objets quotidiens jouant un rôle politique au sens large. À la suite de l’essor récent de l’histoire de la culture matérielle et des approches anthropologiques telles que la « biographie » d’objet ou la théorie de l’acteur-réseau, nous chercherons à aller au-delà des objets qui servent uniquement àreprésenter le pouvoir pour considérer :
– les objets qui résistent, qui permettent de lutter contre le pouvoir
– les objets qui contraignent, qui obligent à agir contre son gré
– les utilisations mimétiques, subversives ou non, des objets, par exemple d’objets liés aux groupes dominants
– le « bricolage », la transformation et le détournement
– les objets offerts, achetés, volés ou de seconde-main
– les objets ordinaires qui deviennent des objets de controverse, qui deviennent politiques ou qui au contraire cessent de l’être.
Chaque intervention considérera un objet ou une catégorie d’objets, voire un système d’objets. Dans la limite du possible, elle prendra en compte la « chaîne opératoire » qui y est associée, de la création jusqu’à la destruction. Elle ne se limitera pas à l’aspect symbolique des objets, mais considérera également leurs fonctions et leur puissance d’agir (là où le pouvoir des objets dépassent celui des mots). Elle traitera des objets à taille humaine, manipulables, pouvant être portés par une seule personne. Toutes les périodes historiques sont éligibles. Les interventions seront en langue française ou en langue anglaise.

Les propositions d’interventions, d’une demi page maximum (en français ou en anglais), devront être envoyées avant le 30 mars 2018 à cfletcher.cnrs@gmail.com.

Les candidats retenus seront informés avant le 31 mai 2018. Ils présenteront leurs travaux du 14 au 16 novembre 2018 à l’IRHiS, université de Lille.

Appel en .pdf

Source : carnet de l’IRHIS


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *