Veille – Appel à contribution : « Les femmes et le travail de l’Antiquité à nos jours » (Journée d’études, Poitiers, Salle des Actes, 4 avril 2018 ; avant le 28 février 2018)

Les femmes et le travail de l’Antiquité à nos jours

Mercredi 4 avril 2018, Salle des Actes – 8 rue René Descartes, Poitiers, France (86)

 

La place des femmes dans la société demeure une problématique existentielle encore aujourd’hui et a déjà fait l’objet de plusieurs journées d’études mais reste le sujet de nombreux débats. Par exemple, la revue Images du travail, travail des images consacre un numéro spécial autour de cette question dans son prochain numéro de juin 2018 : « Femmes au travail. Quelles archives visuelles ? ». Par ailleurs, les doctorants du Centre de Recherches Interdisciplinaires en Histoire, Art et Musicologie ont organisé en 2015 une journée d’étude sur la place des femmes dans les métiers d’art du Moyen Âge à nos jours. C’est pourquoi, il semble judicieux de poursuivre cette année avec un thème complémentaire. Les doctorants du Laboratoire du Centre de Recherches Interdisciplinaires en Histoire, Art et Musicologie de l’Université de Poitiers organisent une journée d’étude sur la place de la femme dans le monde du travail. Pour bien comprendre l’enjeu de cette journée d’étude il est intéressant de se pencher sur l’histoire du genre afin de mieux percevoir la présence des femmes dans le monde du travail de l’Antiquité à nos jours De nombreuses personnes se sont intéressées aux femmes qui se sont battues pour parvenir à se faire une place dans la société tout au long de l’histoire. Parmi elles on peut citer les sociologues Françoise Battagliola et Margaret Maruani, ou encore l’historienne ethnologue Sylvie Schweitzer, les historiennes Michelle Perrot, Nicole Pellegrin, etc.

Pourquoi et comment les hommes ont-ils ressenti une véritable concurrence, et ce plus particulièrement à certaines époques ? Comment les femmes se sont-elles fait admettre ? Quelles places les femmes ont-elles dans le monde du travail ?

Toutes ces questions montrent la complexité de cette journée d’étude qui a pour but de mettre en évidence de nouvelles pistes de réflexions sur l’évolution et la place des femmes dans le monde du travail de l’Antiquité à nos jours.

Axe 1 : De l’ombre à la lumière : l’invisibilité du travail des femmes

Longtemps perçue comme épouse et mère, la femme n’a pourtant jamais cessé de jouer un rôle indéniable dans l’histoire du monde du travail, que ce soit dans l’économie agraire, industrielle, artistique, etc. Lors des deux Grandes Guerres mondiales, les femmes font le travail des hommes partis à la guerre. Mais il ne s’agit pas de leurs premiers pas dans le monde du travail. En effet, l’iconographie, certaines sources statistiques, certaines corporatives, montrent que les femmes sont partout. En effet, elles ont toujours travaillé à la maison ou en tant que servante ; « on pourrait croire en effet que la production urbaine, apanage masculin cantonnait les Françaises d’Ancien Régime, aux seuls métiers de la revente, de l’habillement et de la prostitution, leur assignant principalement, leur vie durant et pour plusieurs siècles, des fonctions de ménagères, de servantes et de procréatrices.[1] » De même, elles ont toujours eu un rôle caché auprès de leurs époux, pères, etc. Cependant, il est intéressant de souligner la place des veuves qui prennent la place de leur défunt mari. En effet, le veuvage « ne marquait pas toujours une péjoration radicale de la vie des femmes mais il était l’occasion pour certaines grandes dames et marchandes de poissons d’une promotion statutaire spectaculaire.[2] » C’est le cas de Lucie Baud qui en 1905, a été « une femme chef de famille, une femme seule, ouvrière à temps complet.[3]» Ce quasi silence autour des femmes dans le monde du travail amène à s’interroger sur la définition du mot travail. Est-ce que la fonction de reine peut être perçue comme un travail par exemple ? Cela étant, les femmes ont toujours été critiquées par les hommes lorsqu’elles exercent du pouvoir car ils paraissent alors usurpés. C’est le cas par exemple de Jeanne II de Bourgogne, reine de France de 1228 à 1248 ou encore de Jeanne d’Arc, et bien d’autres femmes.  Il est intéressant aussi sur ce point d’interroger les récits mythiques mettant en scène les héroïnes du passé et de retrouver leurs différentes activités.

Axe 2 : Les luttes féministes face au travail

La place des femmes dans la société et en particulier au sein du travail reste aujourd’hui une question importante d’un point de vue législatif, politique et syndical. Il faut attendre la fin de la Seconde Guerre mondiale, pour que les femmes s’affirment dans le monde du travail. C’est en effet au cours de ces années que les mouvements féministes prennent leur élan. Les femmes accèdent à des métiers masculins. Néanmoins, de nombreuses réticences persistent et font l’objet de discussions qui sont toujours aujourd’hui d’actualité. Certaines questions sont récurrentes et reviennent régulièrement au devant des débats. Qui élève les enfants ? Qui s’occupe des enfants malades ? Qui s’occupe de la maison ? Comment une femme peut-elle travailler et s’occuper de sa famille ? Comment faire tourner une entreprise quand la femme employée tombe enceinte ? Les femmes sont-elles vraiment égales aux hommes ? Pourquoi la femme est-elle payée moins pour un même poste ?

Ce constat d’injustice et d’inégalité sociale mérite donc une réflexion approfondie sur le rôle majeur joué par les mouvements féministes et milieux intellectuels de l’Antiquité à nos jours pour la valorisation de la femme et de son rôle dans le monde du travail.

Axe 3 : Les difficultés d’être une femme dans le monde du travail.

La place des femmes dans le monde du travail est un enjeu primordial puisque c’est par le travail que les femmes gagnent leur autonomie financière, l’un des piliers de l’égalité. Néanmoins, cette place a toujours été difficile à obtenir malgré de réelles avancées au cours de l’histoire. En effet, les inégalités professionnelles entre les femmes et les hommes perdurent. Pourquoi une telle situation ? Depuis l’Antiquité, plusieurs stéréotypes frappent les femmes  dans certains milieux culturels et/ ou religieux pour n’attribuer à ces dernières que des seconds rôles voire aucun. Les anthropologues ont bien démontré que ce sont les sociétés qui attribuent en réalité les fonctions et rôles à tel ou tel sexe. Par ailleurs, au même titre que les hommes, les femmes sont victimes d’esclavage, d’humiliations, de harcèlement. En effet, elles sont sujettes à des remarques, des réflexions voire même des agressions verbales et/ou physiques au sein de leur travail. Par ailleurs, les femmes sont soumises à une « pression sexuelle » qui fait écho au Moyen Âge avec « le droit de cuissage.[4] » L’utilisation de cette expression dans les années 1968 « renvoie à un rapport de domination qui pèse sur toutes les ouvrières[5] », contrairement à l’harcèlement sexuel de la fin des années 1980, qui est « un acte dirigé vers une salariée en particulier.[6] » Comment faire face à l’harcèlement au travail ? Comment se caractérise t-il ? Quels sont les raisons qui poussent à l’harcèlement ? Comment se caractérisent les relations entre les sexes au travail ? Ne faut-il pas aussi interroger le travail servile de l’Antiquité à l’esclavage dans les exploitations antillaises et ses séquelles : travail forcé dans les colonies françaises par exemple ?

Modalités de soumission

Cette journée d’étude est l’occasion pour tous les chercheurs de différents horizons disciplinaires de se rencontrer et de dialoguer autour de cette question. La liste des questions ci-dessus n’est pas exhaustive et d’autres propositions qui rentrent dans le cadre de cette journée sont les bienvenues. Les propositions de contribution, d’environ 3000 signes devront être transmises aux trois organisateurs

avant le 28 février 2018 compris.

Comité d’organisation

  • Tiémoko Diallo (Histoire), tiemoko.diallo@univ-poitiers.fr
  • Mélodie Lesven (Histoire), melodie.lesven@univ-poitiers.fr
  • Pauline Walkiewicz (Histoire de l’art), pauline.walkiewicz@univ-poitiers.fr

Comité scientifique

  • Stéphane Bikialo (professeur de langue et littérature, laboratoire FORELL,Université de Poitiers)
  • Fanny Gallot (historienne, laboratoire CRHEC, Université Paris-Est Créteil)
  • Jean-Paul Géhin (maître de conférences (HDR) en Sociologie, laboratoire GRESCO , Université de Poitiers)
  • Anne Jollet (maître de conférences en Histoire  contemporaine, laboratoire CRIHAM, université de Poitiers)
  • Nicole Pellegrin (Historienne moderniste et anthropologue, chargée de recherche honoraire au CNRS)
  • Hélène Stevens (maître de conférences en sociologie, laboratoire GRESCO, Université de Poitiers)

Notes et références

[1] . Juratic Sabine, Pellegrin Nicole. « Femmes, villes et travail en France dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle. » In: Histoire, économie et société, 1994, 13ᵉ année, n°3. Lectures de la ville (XVe-XXe siècle) sous la direction de Jacques Bottin et Alain Cabantous. p.478.

[2] . Pellegrin Nicole, « L’androgyne au xvie siècle : pour une relecture des savoirs », In  Haase Dubosc Danielle, Viennot Eliane (dir.), Femmes et pouvoirs sous l’Ancien Régime, Paris, Rivages, 1991, p.27.

[3] . Perrot Michelle, Mélancolie ouvrière, Paris, Bernard Grasset, 2012, p.9.

[4] . Gallot Fanny, En découdre. Comment les ouvrières ont révolutionné le travail et la société, Paris, La découverte, 2015, p.149.

[5] . Gallot Fanny, Ibid., p.153.

[6] . Gallot Fanny, Ibidem.

Source : Calenda.org


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.