Veille – Conférence : Susanna Caviglia « L’Invention du Bonheur. Peindre l’Histoire au siècle des Lumières » (INHA, 17 mai 2018)

Cette communication vise à repenser la notion de plaisir généralement associée à la peinture d’histoire élaborée sous le règne de Louis XV et généralement connue comme ‘Rococo’. Plus précisément, il s’agit de démontrer comment l’esthétique développée après la Régence par une nouvelle génération d’artistes nés autour de 1700 n’est pas le résultat d’une décadence sociale et morale comme on l’a trop souvent répété. En revanche, elle représente l’expression d’un nouvel idéal social et culturel fondé sur la notion de ‘Bonheur’ telle que développée au dix-huitième siècle. A travers l’œuvre de représentants majeurs de l’esthétique ‘Rococo’ tels que Boucher, Natoire ou Carle Van Loo, cette communication explore le rôle de la peinture d’histoire dans la construction d’une image de paix et d’équilibre associée au règne de Louis XV.

Susanna Caviglia est Assistant Professor dans le départment d’Art, Art History & Visual Studies à Duke University. Sa recherche et publications portent sur la culture visuelle de l’époque moderne, particulièrement en France et en Italie. Ses intérêts incluent actuellement une investigation de la genèse de la peinture Rococo, la théorie et la pratique du dessin à l’époque moderne, le corps dans l’art, et les relations cross-culturelles dans le monde Méditerranéen. Elle est l’auteur de Charles-Joseph Natoire (1700-1777) (Arthena, 2012), et ses articles ont paru notamment dans Art HistoryRevue de l’art, et Gazette des Beaux-Arts.

 

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : jeudi 17 mai 2018 à 16h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Jullian.

 

Source : grham.hypotheses.org


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.