Veille – Publication : Joseph MORSEL « Noblesse, parenté et reproduction sociale à la fin du Moyen Âge » (Picard, mars 2017)

Si l’on admet que la noblesse est fondamentalement un groupe social dont la domination est caractérisée par une remarquable durée historique, alors se pose nécessairement la question des facteurs de cette durée – c’est-à-dire de la reproduction sociale de cette aristocratie. Et comme cette noblesse est une aristocratie héréditaire, on ne peut éviter de s’interroger sur les fondements parentaux de cette reproduction. C’est à quoi se livre Joseph Morsel dans une série d’enquêtes portant sur un segment nobiliaire particulier, à savoir les groupes aristocratiques allemands de la fin du Moyen Âge. Ce faisant, il s’avère que les critères auxquels on pourrait le plus immédiatement songer à propos de la reproduction de la noblesse (l’héritage, le lignage) sont beaucoup moins évidents qu’il n’y paraît, et que c’est plutôt du côté des facteurs d’intégration du groupe qu’il faudrait regarder, et plus précisément du côté des rapports matrimoniaux, alors même que ceux-ci sont usuellement négligés par la recherche. C’est donc à une profonde reconfiguration de nos façons de considérer la noblesse qu’invite cet ouvrage, notamment quant au rôle des femmes dans sa permanence. Si cet ouvrage part d’une analyse de la noblesse allemande à la fin du Moyen Âge, la réflexion et les questions soulevées sont bien d’ordre général pour comprendre le phénomène de reproduction de l’aristocratie laïque en Europe à travers les siècles.

Broché, 16 x 24 cm, 160 p.
ISBN : 978-2-7084-1024-4
29 €

Source : site de l’éditeur.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.