Recherche – Présentation de la veille historiographique

Le programme « Identités curiales et le mythe de Versailles en Europe : perceptions, adhésions et rejets (XVIIIe-XIXsiècles) » comporte un volet documentaire (traité par le biais de la base « Visiteurs de Versailles »), mais également un volet historiographique. Ce second chantier de recherche vise à faire le point sur la manière dont les historiens et historiens de l’art ont considéré la place de Versailles en Europe, notamment en tant qu’archétype curial. En somme, il s’agit là de déterminer comment les chercheurs se sont emparé du paradigme versaillais et l’ont confronté à d’autres cours. Pour tenter d’apporter une vue exhaustive sur la question, doivent être considérés des travaux produits du XIXe siècle à nos jours, émanant d’auteurs se rattachant à différents pays et traditions historiographiques. Flavie Leroux travaille actuellement à la préparation de deux articles qui adopteront cette perspective.

Un premier article portera sur la place accordée à Versailles dans le travail de Louis Réau, historien de l’art de la première moitié du XXe siècle qui a posé les principaux jalons de l’idée d’un rayonnement français à l’échelle de l’Europe*. Cet article est en cours d’examen pour être édité dans les actes de la journée d’étude « Que faire de Louis Réau (1881-1961) ? », qui s’est tenue le 8 mars 2018. La publication de ces actes est prévue dans la collection « Passages online » du Centre allemand d’histoire de l’art de Paris (Deutsches Forum für Kunstgeschichte).

Le second article en préparation est un bilan historiographique plus général, qui se construira sur le modèle des contributions au volume The Courts in Europe dirigé par Marcello Fantoni (Rome, Bulzoni, 2012). Le recueillement des données est encore en cours mais un plan de travail a été établi en vue de la rédaction de cette synthèse. Vous en trouverez ci-dessous quelques jalons, avec les références des principaux travaux mobilisés pour chacun d’entre eux. N.B. : un lien permet d’accéder aux textes qui sont librement accessibles en ligne.

  • Le mythe de l’Europe versaillaise (XIXe-1èremoitié du XXe siècle) : Louis Réau, ses prédécesseurs et ses successeurs

Cette première phase de réflexion a bien entendu été nourrie en premier lieu par les ouvrages de Louis Réau (cités ci-dessous), mais également par les études réalisées avant et après, portant le plus souvent sur les imitations artistiques et architecturales de Versailles. Parmi les précurseurs, citons, pour le XIXe siècle, H. Fortoul (Les Fastes de Versailles, 1839) et L. Dussieux (Les Artistes français à l’étranger, 1852), et pour le début du XXe siècle, L. Reynaud, auteur d’un essai sur L’Histoire générale de l’influence française en Allemagne (1914). À leur suite, et après Louis Réau, paraissent les écrits de P. Lespinasse (Les Artistes français en Scandinavie, 1929) et de P. du Colombier (L’Art français dans les cours rhénanes, 1930).

  • Les premières remises en cause : relativiser le mythe en l’interrogeant de l’extérieur, années 1960-1980

L’étude et la confrontation de cas particuliers, la recherche de méthodes d’analyse plus problématisées et l’émergence des questionnements relatifs aux transferts culturels amènent à de nouvelles propositions sur la place tenue par Versailles dans la définition des identités curiales en Europe. Parmi les travaux participant de ce mouvement novateur, relevons notamment ceux d’Y. Bottineau (L’Art de cour dans l’Espagne de Philippe V, 1962), d’H. M. Baillie (« Etiquette and the Planning of the State Apartments », 1967) et de R. Mandrou (Staatsräson und Vernunft, 1967).

  • Versailles, exception plutôt que modèle : une construction socio-politique sans écho en Europe ?

La question de la portée de Versailles se déporte sur un nouveau terrain avec les Court Studies, dans les années 1980-1990. Aux aspects architecturaux s’articulent désormais des analyses sur le fonctionnement curial et ses enjeux politiques. Cette démarche permet de souligner, notamment dans les études sur les cours allemandes, la prééminence d’autres modèles (celui de l’Empire au premier chef) et l’émergence de nouvelles pratiques, prenant appui sur des usages locaux. Les travaux qui participent de ce renouvellement historiographique sont nombreux ; pour n’en citer que quelques-uns, Die höfische gesellschaft in Deutschland de V. Bauer (1993), The Utility of Splendor de S. J. Klingensmith (1993) et, plus récemment, Vienna and Versailles de J. Duindam (2003), Konkurrierende Modelle im dynastischen Europa (dir. C. Kampmann, K. Krause, E.-B. Krems, A. Tischer, 2008) et Versailles et l’Europe (dir. T. W. Gaehtgens, M. A. Castor, F. Bussmann, C. Henry, 2017), entre autres.

  • Que reste-t-il du mythe de Versailles en Europe ? Un modèle en surface 

Finalement, les travaux des années 1990-2000 montrent pour beaucoup que le mythe de Versailles et son rayonnement en Europe se limitent surtout à un certain mode de vie et à une recherche d’ostentation. Cela se révèle en particulier dans certains domaines, comme l’art des jardins (voir les ouvrages collectifs consacrés à André Le Nôtre, en 2000 et 2013), la mode vestimentaire (catalogue de l’exposition « Fastes de cour », 2009) ou encore les décors et ameublements (Versailles: French Court Style, éd. H. C. Collinson, 1992).

  • Comprendre la construction du mythe de Versailles : agents et moyens de diffusion

Pour saisir comment Versailles s’est imposé comme un paradigme, plusieurs travaux se sont attachés à retracer la construction, la diffusion et la réception du mythe qui entoure Louis XIV, principale figure associée au lieu : P. Burke (The Fabrication of Louis XIV, 1992), M. da Vinha, A. Maral et N. Milovanovic (Louis XIV, l’image et le mythe, 2014), T. Claydon, C.-E. Levillain (Louis XIV Outside In, 2015), entre autres. Ce questionnement s’étend parfois à Versailles, notamment dans des études consacrées aux voyageurs venus découvrir le château (Voyageurs étrangers à la cour de France, dir. J. Boutier, B. Klesmann, F. Moureau, C. zum Kolk, 2014) ou portant sur la construction d’un imaginaire par le biais de la littérature (Versailles dans la littérature, dir. V. Léonard-Roques, 2005).

Ces pistes de recherche et indications bibliographiques sont loin d’être exhaustives ; elles constituent seulement un plan de travail visant à nourrir les réflexions plus générales engagées dans le cadre du programme de recherche. Elles seront donc complétées et précisées au fil des mois, mais resteront nécessairement partielles et lacunaires, du fait de l’ampleur et de l’actualité du sujet, en perpétuel renouvellement.

*Cf. notamment Louis Réau, Histoire de l’expansion de l’art français, Paris, H. Laurens, 1924-1933, 4 volumes ; L’Europe française au siècle des Lumières, Paris, Albin Michel, 1938 ; « Le rayonnement de Versailles », dans Revue d’histoire moderne et contemporaine 1/1, janvier-mars 1954, p. 24-47.


Flavie Leroux

Attachée de recherche au CRCV et coordinatrice du programme "Identités curiales et le mythe de Versailles en Europe : perceptions, adhésions et rejets (XVIIIe-XIXe siècles)", sous la direction de Gérard Sabatier et Mathieu da Vinha.

More Posts

Flavie Leroux

Attachée de recherche au CRCV et coordinatrice du programme "Identités curiales et le mythe de Versailles en Europe : perceptions, adhésions et rejets (XVIIIe-XIXe siècles)", sous la direction de Gérard Sabatier et Mathieu da Vinha.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.