Recherche – État d’avancement du programme (décembre 2019)

Workshop (2020) et colloque (2021)

Le programme du workshop « Récits de voyages à Versailles, XVIIe-XIXe siècles », qui aura lieu 23 mars au CRCV, est accessible en ligne à l’adresse suivante.

L’appel à communication pour le colloque “Le mythe de Versailles et l’Europe des cours, XVIIe-XXe siècles” a également été publié. Vous pouvez le retrouver sur le site du CRCV et sur le Carnet. N’hésitez pas à le diffuser autour de vous ou à participer si vous le souhaitez ! Les propositions peuvent être envoyée jusqu’au 31 octobre 2020.

Une version en anglais et en espagnol sera bientôt disponible.

Base “Visiteurs de Versailles”

14 nouvelles notices ont été ajoutées dans la base le mois dernier, toutes en langue allemande. Il s’agit majoritairement de guides de voyage :

  • Celui de Peter Ambrosius Lehmann, particulièrement élogieux vis-à-vis de Versailles, édité au moins neuf fois après sa première parution au tout début du XVIIIème siècle. Quatre éditions, comportant quelques variantes, ont été retenues pour la base : celles de 1703, 1709, 1736 et 1741.
  • Un guide anonyme décrivant le château et le parc de Marly peu après le décès de Louis XIV (notice n°628). Une autre notice issue de ce texte, traitant cette fois du domaine de Versailles, est en préparation.
  • Le guide rédigé par Gottlob Friedrich Krebel, qui a fait l’objet de six éditions, dont trois ont été recensées sous forme de notices afin de relever les différences entre les textes, particulièrement notables puisque la première date de 1767, la seconde de 1789 et la dernière de 1796.
  • Le guide d’Eduard Kollof, Paris Reisehandbuch, paru en 1849, propose une description du musée en suivant le catalogue Gavard.

La base compte en outre désormais le récit de voyage de Wilhelm Gottlieb Becker, particulièrement intéressant pour ce qui concerne la construction du mythe car rédigé à un moment charnière : l’auteur convoque en effet, peu après l’exécution de Louis XVI, un souvenir de la cour à Versailles.

Enfin, ont été ajoutés deux textes émanant de diplomates, Philip Sinzendorf et Karl Pöllnitz, donnant chacun un portrait de la famille royale et des principaux membres de la cour, sous Louis XIV pour le premier, sous Louis XV pour le second.

Par ailleurs, la recherche s’est également poursuivie pour l’analyse des données de la base. Un corpus a été délimité à 341 auteurs, pour un total de 375 visites ou séjours (certains en ayant réalisé plusieurs). La méthode de travail consiste pour le moment à adopter plusieurs échelles d’observation : examen global (toutes périodes et toutes nationalités confondues), examen transpériodique décliné par nationalités et examen plus détaillé de chaque période.

Les chiffres relatifs à la fréquentation du château en fonction des périodes restent globalement les mêmes que ceux déjà présentés, mais ont pu être établis de manière beaucoup plus certaine au vu du corpus considéré.

  • L’on observe un relatif équilibre entre le nombre de visiteurs venus sous l’Ancien Régime et ceux venus après.
  • Les périodes les plus fréquentées sont les règnes de Louis XV et de Louis XVI, presque à égalité, puis la Monarchie de Juillet, et enfin plus étonnamment la Restauration.
  • À l’inverse, les périodes les moins fréquentées (avec moins de 4% des visiteurs) sont souvent les plus courtes et, surtout, les moins propices, à savoir les années révolutionnaires, le Premier Empire et la Deuxième République.

Ces proportions sont néanmoins modifiées si l’on ramène le nombre de visiteurs au nombre d’années que compte chaque période.

Après avoir établi cette vue générale, j’ai affiné les analyses en observant dans le détail la fréquentation de chaque période, combinée à l’origine géographique des visiteurs. Cela a permis de préciser non seulement leur nombre, mais également leur nationalité et donc de dégager les grandes tendances observables entre le règne de Louis XIV et la Troisième République, en prenant en compte la conjoncture politique, militaire et religieuse.

Cette analyse période par période a été réalisée pour les règnes de Louis XIV, Louis XV et Louis XVI, la Restauration et la Monarchie de Juillet, en particulier. Reste néanmoins à affiner encore les interprétations et à illustrer le propos par des exemples précis de visiteurs.

La prochaine étape consistera à cerner le profil social de ces visiteurs, en fonction de leur période de visite et de leur pays d’origine : qui sont-ils et quelle est la raison de leur voyage ?

Publications

L’écriture de l’article sur « Le mythe de Versailles dans l’historiographie » se poursuit. Après avoir détaillé la manière dont les travaux d’Elias ont été remis en cause, je me suis plongée dans les études empiriques menées notamment sur les cours allemandes, afin de comprendre comment y a été intégrée la question du « modèle » de Versailles. Cela a permis de faire le point sur l’historiographie des cours allemandes des années 1980-2000, qui tend le plus souvent à prendre ses distances avec le paradigme versaillais (cf. Winterling 1986, Klingensmith 1993, Bauer 1993, mais aussi les travaux de Lorenz, Polleroß et Duindam).

Je compte ensuite ouvrir la perspective en mentionnant les travaux sur les cours dites d’« entre-deux » (Turin et Lorraine) et enfin le collectif Versailles et l’Europe, paru en 2017.

Flavie Leroux

Attachée de recherche au CRCV et coordinatrice du programme "Identités curiales et le mythe de Versailles en Europe : perceptions, adhésions et rejets (XVIIIe-XIXe siècles)", sous la direction de Gérard Sabatier et Mathieu da Vinha.

More Posts


Flavie Leroux

Attachée de recherche au CRCV et coordinatrice du programme "Identités curiales et le mythe de Versailles en Europe : perceptions, adhésions et rejets (XVIIIe-XIXe siècles)", sous la direction de Gérard Sabatier et Mathieu da Vinha.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search