Recherche – État d’avancement du programme (janvier 2020)

Colloque (2021)

L’appel à communication du colloque « Le mythe de Versailles et l’Europe des cours » (17-19 juin 2021) a commencé à être diffusé dans les réseaux francophones, notamment auprès de l’AHMUF (Association des Historiens Modernistes des Universités Françaises), sur les sites de l’AJCH (Association des Jeunes Chercheurs en Histoire), du CRLV (Centre de Recherche sur la Littérature des Voyages), Cour de France.fr et Fabula. Un article du Carnet lui a également été consacré. Pour rappel, le dernier délai pour le retour des propositions a été fixé au 31 octobre.

L’appel sera prochainement publié sur Calenda et diffusé dans les réseaux internationaux.

Base « Visiteurs de Versailles »

Un article consacré à la base, intitulé « Tout ce qui fut écrit sur Versailles », a été publié sur le blog des Carnets de Versailles le 20 janvier. Il a été rédigé par Lucie Nicolas-Vuillerme, rédactrice en chef, suite à un entretien. Pour y accéder :  http://www.lescarnetsdeversailles.fr/2020/01/tout-ce-qui-fut-ecrit-sur-versailles/

Deux cartes illustrant la provenance géographique des visiteurs recensés dans la base sont désormais accessibles au bas du formulaire de recherche, en cliquant sur « Cartographie ». Nous avons profité de cette publication pour mettre à jour les fichiers « Avertissement » et « Bibliographie », également accessibles au bas du formulaire de recherche.

22 nouvelles notices ont été ajoutées à la base ce dernier mois. La majorité concerne des textes en allemand, notamment :

  • Le récit de voyage d’Adam Ebert, dit Aulus Apronius, venu à Versailles fin 1679 : « l’art, la beauté et l’argent en ont fait une merveille du monde ».
  • Une notice consacrée à Versailles et Marly sous la Régence, dans un ouvrage de géographie rédigé par Anton Friedrich Büsching.
  • Trois lettres de Johann Friedrich Grimm, médecin du duc de Saxe-Gotha venu à Versailles à la fin du mois de février 1774. Son témoignage est réparti dans trois notices, chacune couvrant une visite spécifique : le domaine et la machine de Marly le 24 février, les appartements de Mme du Barry, l’opéra et les jardins de Versailles le 26 février, la ménagerie, les Trianons et le Grand couvert le 28 février.
  • Le récit anonyme d’un voyage réalisé en 1777, se focalisant notamment sur la décoration et le mobilier du château de Versailles, avant d’engager une comparaison avec d’autres palais d’Europe.
  • Deux chroniques proposant des descriptions détaillées de la cour de France : la première de Friedrich Leutholf von Franckenberg (de son vrai nom Bernhard von Zech), listant les membres de la famille royale et les rituels du quotidien entre 1701 et 1705 ; la seconde écrite par Joachim Christoph Friedrich Schulz en 1790 dans un journal allemand, portant un regard critique sur l’organisation de la maison du roi et les dépenses de la cour.
  • Un nouveau guide de voyage de Heinrich August Ottokar Reichard, Der Passagier, paru pour la première fois en 1801 et comportant une brève notice sur les excursions à faire autour de Paris, notamment à Versailles, au Petit Trianon et à la machine de Marly. Ce guide fait l’objet de six notices, correspondant à six éditions avec chacune quelques variantes : 1801, 1803, 1806, 1811, 1820 et 1843.

La base compte également trois notices supplémentaires de textes en espagnol, italien et danois :

  • Le témoignage d’un homme de lettres canarien, José de Viera y Clavijo, qui partage son admiration pour Marly et Versailles, tout en conservant un regard critique, à l’occasion d’une visite réalisée les 21 et 22 septembre 1777.
  • Le récit laissé par le vénitien Niccolò Madrisio, venu à la fin du règne de Louis XIV, faisant un éloge emphatique du château de Versailles (« maison la plus somptueuse qu’ait jamais eu un roi ») et de la machine de Marly (« la plus grande merveille du monde actuel »).
  • Un texte écrit par le dramaturge danois Adam Gottlob Oehlenschläger, qui en 1817 estime encore que « l’ensemble, par sa générosité, son coût, son ordre et sa pureté, donne un résultat impressionnant et agréable ». Cette notice a été rédigée avec l’aide généreuse de Christine Jeanneret.

Ont en outre été ajoutées trois nouvelles notices relatives au botaniste écossais Thomas Blaikie, sur le conseil de Gabriela Lamy : la première relate une rencontre avec la reine et le comte d’Artois à Trianon, le 14 mai 1785, la deuxième rapporte l’arrestation du cardinal de Rohan dans le cadre de l’Affaire du collier, le 15 août 1785, et la dernière mentionne la présence de l’auteur à l’ouverture des États-Généraux, le 5 mai 1789.

Enfin, les notices relatives aux textes laissés par Nicodème Tessin le Jeune (n°433, 434, 435) ont été mises à jour avec un renvoi vers une édition plus récente (éd. par M. Laine et B. Magnusson, 2002), aimablement mise à disposition par Martin Olin (Nationalmuseum Stockholm).

Recherche à partir de la base

L’analyse des données issues de la base s’est poursuivie, en se focalisant cette fois – après les périodes et l’origine géographique – sur le profil social des visiteurs et les raisons de leur voyage. Il en ressort que le type de voyage le plus fréquent est (sans surprise) le Grand tour ou voyage de formation, avec 32% des voyages toutes périodes confondues. Viennent ensuite les missions diplomatiques ou d’ordre politique (16%), les voyages professionnels (12%), les voyages de loisirs (8%) puis les voyages de santé (7%).

Un examen plus détaillé a été menée pour chaque période et en fonction des types sociaux auxquels pouvaient se rattacher les visiteurs concernés (aristocrates, architectes, diplomates, etc.). La prochaine étape du travail consistera à affiner encore les interprétations et à illustrer le propos par des exemples précis.

Publications

L’article portant sur « Le mythe de Versailles dans l’historiographie » avance. Ces dernières semaines ont notamment été consacrées aux études analysant le modèle impérial (au premier chef le collectif Bourbon-Habsburg-Oranien édité par Christoph Kampmann, Katharina Krause et alii) et les cours dites « d’entre-deux » : la cour de Bavière (travaux d’Eva-Bettina Krems), la cour de Savoie (Andrea Merlotti) et la cour de Lorraine (Anne Motta), en particulier. Cette partie de l’article se poursuit avec l’analyse de travaux amenant à considérer Versailles face à encore d’autres cours, notamment les cours scandinaves (Beyond Scylla and Charybdis: European Courts and Court Residences outside Habsburg and Valois/Bourbon Territories, 2015) et la cour espagnole (¿ Louis XIV espagnol ?, dir. Gérard Sabatier et Margarita Torrione, 2009). Ce développement s’achève enfin sur les apports importants du très récent – et imposant – collectif Versailles et l’Europe, édité en 2017 sous la direction de Thomas W. Gaehtgens, Markus A. Castor, Frédéric Bussmann et Christophe Henry.

Flavie Leroux

Attachée de recherche au CRCV et coordinatrice du programme "Identités curiales et le mythe de Versailles en Europe : perceptions, adhésions et rejets (XVIIIe-XIXe siècles)", sous la direction de Gérard Sabatier et Mathieu da Vinha.

More Posts


Flavie Leroux

Attachée de recherche au CRCV et coordinatrice du programme "Identités curiales et le mythe de Versailles en Europe : perceptions, adhésions et rejets (XVIIIe-XIXe siècles)", sous la direction de Gérard Sabatier et Mathieu da Vinha.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search