Recherche – État d’avancement du programme (février 2020)

Base “Visiteurs de Versailles”

Le stock de textes qui avait été réservé jusqu’alors ayant été ajouté à la base, j’ai repris le dépouillement des ouvrages repérés au cours de mes recherches, mais que je n’avais pas eu le temps de consulter. L’enjeu est de compléter le corpus déjà à disposition – important néanmoins encore lacunaire, avec notamment des textes émanant de visiteurs espagnols et italiens, ou encore plus généralement des témoignages datant de la deuxième moitié du XIXème siècle. Ont ainsi été recensées les sources évoquant un voyage à Versailles, repérées dans les ouvrages suivants :

  • Dufour Gérard, 2002, « Journaux intimes et mémoires en Espagne (milieu du XVIIIe-milieu du XIXe siècle) », Bulletin Hispanique.
  • García-Romeral Pérez Carlos, 1997, Bio-bibliografía de viajeros españoles (Siglo XVIII).
  • Goulemot Jean M., Lidsky Paul, Masseau Didier, 1997, Le Voyage en France. Anthologie des voyageurs français et étrangers en France, aux XIXe et XXe siècles (1815-1914).
  • McCullough David, 2014, Le Voyage à Paris. Les Américains à l’école de la France 1830-1900.
  • Et plus spécifiquement sur les visiteurs britanniques venus au XVIIème siècle : Black Jeremy, 1992, The British Abroad ; Lough John, 1984, France Observed in the Seventeenth Century by British Travellers ;  Stoye John, 1989, English Travellers Abroad, 1604-1667.

Les fichiers « Bibliographie » et « Remerciements » (au bas du formulaire de recherche) ont été mis à jour en conséquence.

Cette recherche de nouvelles sources s’est révélée fructueuse puisque pas moins d’une trentaine de visiteurs supplémentaires ont été repérés. C’est pourquoi ce travail sera poursuivi dans les semaines à venir, avec consultation d’autres ouvrages, parmi lesquels : Aymes Jean-René et al. (Voyages et séjours d’Espagnols et d’Hispano-Américans en France, 1982), Cascón Antonio et al. (Viajeros españoles : cuatro viajes insólitos de los siglos IV al XIX, 1999) ou encore Faitrop-Porta Anne-Christine (Parigi vista dagli italiani : 1850-1914, 1995).

29 nouvelles notices ont ainsi été ajoutées à la base ce dernier mois. Une majorité concerne des visiteurs nord-américains venus à la fin du XVIIIème siècle ou au XIXème siècle :

  • Robert Charles Johnson, qui presque vingt ans après son grand-père (le docteur Samuel Johnson, déjà recensé dans la base), pose un regard nuancé sur Versailles. Il s’y rend très peu de temps après l’exécution de Louis XIV, fin janvier 1793.
  • Le marchand William Lee, qui propose une réflexion politique à l’occasion d’une visite du château le 24 mai 1796 : « beaucoup d’appartements ont été dépouillés de leurs décors, mais il en reste suffisamment pour montrer l’extravagance de la cour et la folie des hommes ».
  • Le peintre John Vanderlyn, qui fait état dans l’une de ses lettres écrite en novembre 1814 de son projet de peindre un panorama du jardin de Versailles. L’illustration en tête de cet article donne à voir une partie seulement de cette œuvre, aujourd’hui conservée au Metropolitan Museum of Art de New York.
  • Un anonyme, qui a laissé une brève description des environs de Paris (y compris du Versailles de Louis-Philippe), au début des années 1840.
  • Un étudiant en médecine, Louis Jacob Frazee, qui donne un récit détaillé de sa visite du musée et des jardins, en février ou mars 1844.
  • L’ancien esclave devenu défenseur de l’abolitionnisme, William Wells Brown, qui passe par Versailles à l’occasion du Congrès international pour la paix, en 1849. Trois notices dans la base sont consacrées à ce visiteur : la première relate sa découverte de Versailles le 23 août, la seconde décrit une séance du congrès suivie des grandes eaux et d’une visite des Trianons le 23 ou le 24 août, et enfin une dernière visite, évoquant les tableaux du musée et le souvenir de Marie-Antoinette, les 30 et 31 août.
  • Le frère de la célèbre Harriet Beecher Stowe (autrice de La Case de l’oncle Tom), Charles Beecher, venu avec elle en France en 1853. Deux passages de son journal évoquent Versailles (« Quand j’ai écrit ce mot seul, j’ai tout dit ! ») : une visite trop courte réalisée le 11 juin et une revue militaire manquée à Satory le 17 juin.
  • Mark Twain, l’un des plus fameux écrivains nord-américains (auteur notamment de Tom Sawyer et Huckleberry Finn), qui a laissé un récit lyrique de sa découverte de Versailles en 1867 : « On est pris de vertige, stupéfié par le monde de beauté autour de soi, et on croit presque être le jouet d’un rêve délicieux ».
  • La même année, le peintre Thomas Eatkins, présent à Paris pour étudier sous la direction de Gérôme, mentionne brièvement dans ses lettres deux de ses passages à Versailles, le 28 juin et le 9 novembre 1867.
  • La chanteuse Lillie de Moulton, plus connue sous le nom de son deuxième mari, le diplomate danois M. Hegermann-Lindencrone, fréquente la cour de Napoléon III et se rend à Versailles à trois reprises : d’abord pour un pique-nique aux Trianons avec le couple impérial en mai 1870, ensuite peu après la proclamation de l’empire allemand en mars 1871, enfin lors d’une séance de l’assemblée nationale, le 24 mars.
  • Henry Adams, fils et petits-fils de deux présidents des États-Unis, qui fait un passage à Versailles en 1896 et découvre avec émotion le Hameau de la reine.

La base compte également quelques témoignages supplémentaires de visiteurs britanniques :

  • Une brève description de Louis XV au début de son règne personnel, par John Boyle, comte d’Orrery.
  • Un extrait des Memoirs of my life de l’historien Edward Gibbon, qui porte une réflexion sur l’ostentation et le coût de Versailles, à l’occasion d’une visite au début de l’année 1763.
  • L’aristocrate anglaise Mary Coke, connue pour le journal écrit à l’occasion de ses voyages en Europe, fait l’objet de trois notices : la première décrit sa rencontre formelle avec Marie-Antoinette, alors dauphine, le 5 mai 1771 ; la seconde relate la messe de la Pentecôte de 1772 et brosse un portrait au vitriol de la famille royale ; la dernière donne une brève description des intérieurs du château, le 19 mai 1774.
  • Un autre aristocrate anglais, John Andrews, venu peu après, propose quant à lui une réflexion voyant en Versailles un ruineux « objet d’admiration plus que de plaisir ».
  • Pour le XIXème siècle, la base compte désormais le nom d’Henry Campbell-Bannerman, futur premier ministre britannique, venu en France pendant sa jeunesse et mentionnant dans l’une de ses lettres une visite de Versailles en 1850.

Enfin, deux sources non-anglophones ont été ajoutées au corpus : la notice du guide rédigé par le prussien Johann D. F. Neigebaur sous la Monarchie de Juillet et le récit de voyage de Si-Sliman Ben-Siam, chef de guerre algérien invité en France par le gouvernement impérial en 1852.

Recherche à partir de la base

L’enrichissement du corpus initial de la base permettra à l’avenir de compléter la recherche engagée sur les visiteurs de Versailles : le groupe étudié pourra bientôt être augmenté avec des voyageurs venus au XIXème siècle et avec des nationalités encore sous-représentées.

En attendant, la recherche menée à partir des données déjà recueillies s’est poursuivie : après l’étude des raisons du voyage, je me suis focalisée plus spécifiquement sur le profil des voyageurs.

Sans surprise, les types de visiteurs que nous retrouvons le plus sous l’Ancien régime sont les aristocrates, princes et souverains, venus le plus souvent pour un Grand tour mais aussi, plus occasionnellement, dans le cadre d’une visite familiale ou à caractère politique. Ces aristocrates et leurs accompagnants représentent presque 19% des visiteurs venus avant 1792. Les catégories de voyageurs les plus représentées dans les sources sont ensuite les diplomates, puis, en troisième position un groupe que l’on pourrait qualifier de « professionnels » : les artistes, les hommes de lettres, les architectes (surtout sous Louis XIV) et les scientifiques (notamment les médecins). Viennent également plusieurs officiers cléricaux, pasteurs ou théologiens.

Les types de visiteurs venus entre 1792 et la fin du XIXème siècle se caractérisent par une plus grande variété. Parmi les plus nombreux, nous trouvons d’abord les poètes, dramaturges, écrivains ou philosophes – et ce dès la fin du XVIIIème siècle. À eux seuls, ils représentent 16% des visiteurs venus entre 1802 et 1848. Les diplomates font quant à eux un retour marqué au moment du Consulat. De même mais un peu plus tard, les aristocrates, théologiens et pasteurs reviennent avec la Restauration. Cette frange de l’élite voyageuse doit alors désormais compter avec la grande bourgeoisie, issue de l’industrie et de la finance, particulièrement présente à partir de la Monarchie de Juillet pour des voyages d’affaires ou de loisir. Un autre public nouveau est celui que forment les journalistes, publicistes et critiques d’art, particulièrement présents sous la Restauration et sous le règne de Louis-Philippe.

La prochaine étape de cette recherche consistera à établir une grille d’analyse pour mieux saisir la construction du (ou des) mythe(s) de Versailles. Pourra d’abord être effectué un relevé quantitatif des personnages les plus souvent évoqués, des lieux les plus recherchés, des éléments de cérémonial le plus observés, des événements les plus fréquemment cités. A cela pourra s’ajouter un relevé plutôt qualitatif : quels sont les éléments, les personnes, les lieux les plus admirés, les plus critiqués, ou qui laissent indifférents ? Enfin, il faudra prendre en compte une dimension géographique mais aussi chronologique, afin de saisir l’évolution du regard entre le XVIIème et la fin du XIXème siècle.

Publications

Le travail s’est poursuivi sur l’article portant sur « Le mythe de Versailles dans l’historiographie », destiné au Bulletin du CRCV. Dans mon dernier bilan, je m’étais arrêtée aux études consacrées aux cours dites « d’entre-deux », questionnant la pertinence de la mise en application des modèles curiaux. Cette historiographie récente a montré que l’influence prêtée à Versailles relève en partie du mythe puisque, le plus souvent, cette idée ne prend corps ni dans l’agencement palatial, ni dans le fonctionnement curial (mode de gouvernement, organisation des rituels, etc.). Ainsi, je me suis tournée vers les domaines sur lesquels le mythe versaillais semble encore opérer, selon certains historiens, en tant qu’« exemple contagieux d’extravagance égoïste et ostentatoire » pour reprendre les mots de Hugh Murray Baillie : l’art de vivre (conversation, divertissements), les arts de la table, la mode, la décoration intérieure et, par-dessus tout, les jardins. Ces développements donnent l’occasion de revenir sur plusieurs expositions organisées au château (Les tables royales d’Europe en 1993, Fastes de cour en 2009, André Le Nôtre en 2013) et de questionner la place du « modèle versaillais » dans un « modèle français » plus global.

Va désormais être abordée la dernière partie de l’article, qui reviendra sur la construction du mythe de Versailles à proprement parler – ou du moins sur la manière dont elle a été étudiée par les historiens à travers d’autres mythes, notamment celui de Louis XIV (cf. P. Burke ou le collectif dirigé par M. da Vinha, A. Maral et N. Milovanovic en 2014). Le texte s’achèvera sur une synthèse des travaux abordant la question de la réception à l’étranger, par exemple ceux de H. Ziegler et de C.-É. Levillain.

Par ailleurs, le travail pour la publication des actes de la journée d’étude « Versailles et la Pologne » a repris ce dernier mois. Les textes devraient être édités dans le Bulletin du CRCV d’ici la fin de l’année 2020, sous la direction de Maciej Forycki, Katarzyna Kula et moi-même.

Flavie Leroux

Attachée de recherche au CRCV et coordinatrice du programme "Identités curiales et le mythe de Versailles en Europe : perceptions, adhésions et rejets (XVIIIe-XIXe siècles)", sous la direction de Gérard Sabatier et Mathieu da Vinha.

More Posts


Flavie Leroux

Attachée de recherche au CRCV et coordinatrice du programme "Identités curiales et le mythe de Versailles en Europe : perceptions, adhésions et rejets (XVIIIe-XIXe siècles)", sous la direction de Gérard Sabatier et Mathieu da Vinha.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search