Recherche – État d’avancement du programme (mars 2020)

Workshop « Récits de voyages à Versailles » (2020)

Le workshop « Récits de voyages à Versailles », qui devait avoir lieu le 23 mars dernier, a été annulé en raison des mesures de prévention prises pour faire face à la crise sanitaire. Pour tout de même valoriser et communiquer les travaux préparés par les intervenants, le CRCV a proposé une publication des textes dans le Bulletin du CRCV. Les articles seront rassemblés sous formes d’actes et paraîtront certainement dans la rubrique « Actes de colloques et de journées d’études », sous la direction de Mathieu da Vinha, Gérard Sabatier et moi-même. Ce collectif comportera au moins sept textes, traitant des impressions de voyageurs étrangers sur Versailles aux XVIIème et XVIIIème siècle. La date de publication reste à déterminer.

Base « Visiteurs de Versailles »

Le dépouillement s’est poursuivi afin de repérer de nouvelles sources à ajouter à la base « Visiteurs ». La recherche a d’abord porté sur quelques ouvrages généraux fondamentaux qui n’avaient pas encore été examinés. Elle s’est ensuite orientée vers les types de visiteurs et les périodes encore trop lacunaires dans le corpus, en particulier les voyageurs espagnols, russes, italiens et les visites réalisées dans la deuxième moitié du XIXème siècle. Dans cette perspective, ont été consultés les ouvrages suivants :

  • Alger John Goldworth, Englishmen in the French Revolution, 1889, en ligne.
  • Aymes Jean-René, Fell Ève-Marie, Guereña Jean-Louis (dir.), Voyages et séjours d’Espagnols et d’Hispano-Américans en France, 1982, en ligne.
  • Aymes Jean-René, « Les Espagnols en France (1789-1820) », Exils et migrations ibériques au XXe siècle, n°1, 1992, p. 34-49, en ligne.
  • Beaurepaire Pierre-Yves, Pourchasse Pierrick (dir.), Les Circulations internationales en Europe, années 1680 – années 1780, 2010, en ligne.
  • Burke Peter, Les Stratégies de la gloire, 1995 (trad. de l’anglais, The Fabrication of Louis XIV, 1992).
  • Ette Ottmar, Literatura de viaje, de Humboldt a Baudrillard,
  • García-Romeral Pérez Carlos, Bio-bibliografía de viajeros españoles (Siglos XVI – XVII), 1998.
  • Gretchanaïa Elena, Viollet Catherine, « Si tu lis jamais ce journal… ». Diaristes russes francophones 1780-1854, 2008.
  • Gretchanaïa Elena, Viollet Catherine, « Diaristes et épistolières russes (fin XVIIIe ‑ début XIXe siècle) : reflets de l’histoire », Genre & Histoire, n°9, automne 2011, en ligne.
  • Losfeld Antje, Losfeld Christophe (éd.), Die Grand Tour des Fürsten Franz von Anhalt-Dessau und des Prinzen Johann Georg durch Europa. Aufgezeichnet im Reisejournal des Georg Heinrich von Berenhorst 1765 bis 1768, 2012, vol. 2.
  • Miller John, « L’image de la France en Angleterre au XVIIe siècle », dans Jessenne Jean-Pierre (dir.), L’image de l’autre dans l’Europe du Nord-Ouest à travers l’histoire, 1996, p. 217-224, en ligne.
  • Modot Jean, Souvenirs italiens à Paris,
  • Moureau François, Le Théâtre des voyages : une scénographie de l’Âge classique, 2005.
  • Sanhueza Carlos, « En busca de un lugar en el mundo: viajeros latinoamericanos en la Europa del siglo XIX », Estudios Ibero-Americanos, v. XXXIII, n°2, janvier 2008, p. 51-75.
  • Sonnet Martine, « L’émoi des demoiselles en voyage. Du voyage dans quelques journaux intimes de jeunes filles du XIXe siècle », Genre & Histoire, n°9, automne 2011, en ligne.

Le recherche étant limitée par les mesures actuelles de confinement, le dépouillement se poursuivra dans les semaines qui viennent en s’orientant exclusivement vers les ressources en ligne et les ouvrages dont je dispose en fichier PDF. Il s’agit, notamment, du livre de Hendrik Ziegler (Louis XIV et ses ennemis, 2013), de l’ouvrage édité par Donald Ross et James J. Schramer sur les récits de voyage américains (1997), de l’article de Corinne Fournier Kiss et du collectif dirigé par Anne-Marie Monluçon et Anna Saignes sur les voyageurs polonais (2016). Seront également dépouillés, à l’aide de recherche par mots-clés, tous les récits de voyage en France recensés dans les catalogues des bibliothèques nationales : Bibliothèque nationale de France, mais aussi Biblioteca nacional de España, Biblioteca virtual Cervantes, British Library etc.

Nouvelles notices

L’avancement de cette recherche a permis d’ajouter à la base 22 notices supplémentaires, qui ont enrichi le corpus de visiteurs venus de zones géographiques jusqu’alors sous-représentées – la Russie, en premier lieu :

  • D’abord avec le témoignage Varvara Nikolaevna Golovina, fille d’un prince russe, qui accompagne en France une aristocrate émigrée, la princesse de Tarente. Elle rapporte dans ses mémoires l’impression mélancolique que lui fait Versailles en 1802 ou 1803.
  • La base compte aussi désormais un extrait du journal de Natalia Valentinovna Chakhovskaia, jeune aristocrate venue en France dans le cadre d’un Grand tour. Elle découvre Versailles en 1841 : « c’est inouï comme Versailles est intéressant, […] on [y] retrouve tous les plus beaux souvenirs de France ».
  • Dernier texte repéré écrit par un auteur russe, Mikhail Evgrafovich Saltykov (dit N. Tchédrine) : le récit probablement fictionnel d’une visite de Versailles, dans les années 1870-80, accompagné d’une réflexion sur la royauté française.

Plusieurs textes émanant d’hispanophones ont également été ajoutés au corpus :

  • Le récit de voyage de Ramón de Mesonero Romanos, célèbre écrivain espagnol du XIXème siècle, qui en 1840 ou 1841 trouve Versailles admirable non seulement pour son héritage louisquartorzien, mais aussi pour ses collections muséales.
  • Un guide de voyage d’Antonio María Segovia, pour découvrir Versailles sous la Monarchie de Juillet.
  • Une lettre du dramaturge Wenceslao Ayguals de Izco, écrite le 7 août 1851 et rapportant un historique de lieux, un récit des amours de Louis XIV et des impressions sur les jardins et le musée.
  • Les commentaires d’un écrivain et journaliste, Pedro Antonio de Alarcón, sur le Musée de l’histoire de France, probablement en 1860.

Parmi ces textes en espagnol, à noter que certains sont écrits par des voyageurs venus d’Amérique du Sud, permettant d’intégrer au corpus cette zone géographique qui en était jusqu’alors absente :

  • Deux notices tirées du récit de voyage de Nicolás Cruz y Bahamonde, né en Espagne et émigré au Chili. Il rend d’abord un compte-rendu détaillé du château, des jardins, des Trianons et de leurs transformations. Il fait de même à Marly, le tout au printemps 1798.
  • Un extrait du journal de Benjamín Vicuña Mackenna, homme politique et écrivain chilien, qui au début des années 1850 considère Versailles comme « la chose la plus splendide qui soit ».

Le corpus de visiteurs italiens et allemands a également été complété par cinq notices :

  • Une première renvoie vers un passage célèbre, issu des Mémoires sur la cour de Louis XIV de Primi Visconti, originaire du Piémont : il fait état de l’aversion suscitée par Versailles en 1680, bien que le roi y « dépense un million par an ».
  • Une seconde notice rapporte un commentaire sur le château et la cour écrit en 1761 ou 1762 par un aristocrate et collectionneur italien, Giuseppe Garampi.
  • Une troisième concerne l’expérience de Johanna Schopenhauer, mère du fameux philosophe et elle-même femme de lettres, qui après la Révolution se souvient d’une fête de la Saint-Louis à laquelle elle a assisté à Versailles le 25 août 1787.
  • Deux notices sont consacrées au guide de voyage de Karl Moritz Grimm, édité sous la Monarchie de Juillet : la première est une présentation de la ville de Versailles, des jardins et des Trianons, la seconde une annexe consacrée à l’historique et à la description du château.

Enfin, les derniers extraits ajoutés à la base concernent des textes émanant d’auteurs anglais :

  • Le regard critique porté par un dénommé John Clenche sur la façade du château, les appartements et le Trianon de porcelaine, en 1675.
  • Une notice admirative sur Versailles, probablement avant 1684, rédigée par Alexander Doriack Chancel.
  • Une lettre de Mary Villiers, lady Landsowne, aristocrate en exil, qui mentionne un passage à Versailles et Marly pour y voir jouer les eaux, en 1721.
  • Le témoignage d’un autre aristocrate, Charles Lennox duc de Richmond, qui en 1729 raconte la présentation de son épouse à la cour de France et précise le coût du tabouret.
  • Une brève description donnée entre 1794 et 1798 par un médecin, Alexander Thomson.
  • Le récit de la fête donnée à Versailles pour la reine Victoria en août 1855, par le journaliste Albert Dresden Vandam. En tête de cet article, vous pouvez d’ailleurs retrouver la promenade dans la Galerie des Glaces illustrée par Victor-Joseph Chavet (conservé à Windsor, The Royal Collection, RCIN 920095).

Recherche à partir de la base

Avant que la recherche à partir de la base ne se poursuive, le corpus considéré dans l’analyse a été mis à jour afin d’être complété avec les notices ajoutées depuis janvier. Cela a permis de l’agrémenter de 31 visiteurs supplémentaires. Les proportions observées jusqu’à présent dans les périodes de visites, les pays d’origine des voyageurs et les profils sociaux restent globalement inchangées, même si elles sont un peu plus équilibrées.

Les principaux changements dans les analyses sont les suivants :

  • Les Italiens sont mieux représentés, en particulier sous le règne de Louis XIV, de même que les Russes, les Espagnols et les Américains (venus des États-Unis, mais aussi deux voyageurs du Chili) au XIXème siècle.
  • La seconde moitié du XIXème siècle est plus visible dans le corpus, en particulier la Deuxième République (3 séjours supplémentaires) et le Second Empire (8 séjours supplémentaires).
  • Les voyages culturels sont plus fréquents sous l’Ancien régime qu’annoncé dans mes précédents rapports : ils représentent 8,11 % des visites entre 1665 et 1792 et passent donc devant les visites de souverains, les voyages de famille et de santé. De même pour les voyages de formation ou Grands tours, plus présents qu’envisagé après 1789 (18,8% des voyages, en particulier sous la Restauration, la Monarchie de Juillet et le Second Empire).

Mais de manière générale, ces nouvelles données sont venues confirmer les tendances observées jusqu’alors, qu’il s’agisse des périodes les plus fréquentées, des nationalités de visiteurs les plus représentées, des types de voyage les plus récurrents ou des profils sociaux observés.

Ces changements dans les données d’analyse impliquent également de reprendre les cartes annexées au formulaire de recherche afin de les mettre à jour. Cette révision sera faite début avril et les cartes mises en ligne sur le site début avril.

Une fois ce nouveau corpus défini et les données modifiées en conséquence, la recherche a pu se poursuivre, en s’orientant sur les impressions des voyageurs. Il a d’abord fallu mettre en place une méthodologie spécifique, pour que les témoignages retenus soient pertinents et l’analyse efficace.  Un nouvel échantillon est en cours d’élaboration à partir des 410 visites recensées, en prenant en compte plusieurs critères comme la partialité du témoignage et son volume.

En parallèle de ce tri parmi les textes, est effectué un comptage des lieux visités, des événements évoqués et des personnages cités – déjà recensés dans la base. Cela permettra par exemple de voir si le château est plus commenté que les jardins, quels sont les espaces le plus souvent mentionnés, à quelle époque, etc. De même, de voir quels rituels sont le plus régulièrement observés sous l’Ancien Régime et quels événements sont le souvent plus convoqués par les visiteurs venus après la révolution.

L’échantillon d’étude compte à l’heure actuelle 50 témoignages. Le relevé se poursuivra dans les semaines qui viennent mais prendra plus de temps que les précédents (sur les périodes de visites et les nationalités des voyageurs), car chaque texte doit être consulté un à un et examiné au cas par cas pour déterminer s’il peut ou non être ajouté à l’échantillon.

Publications

L’ouvrage Que faire de Louis Réau ? (dir. Victor Claass et Marlen Schneider), auquel je contribue par un article sur « Louis Réau et Versailles », devrait paraître fin 2020 ou début 2021 dans la série Passages online du DFK Paris/arthistoricum.net.

J’ai par ailleurs continué à avancer dans l’écriture de l’article historiographique sur le mythe de Versailles. J’ai commencé à rédiger la dernière partie portant sur l’histoire des représentations, et en particulier sur la place tenue par Versailles dans l’étude du « mythe Louis XIV », depuis le milieu des années 1970. Cela a permis de revenir d’abord sur les premiers travaux en histoire culturelle traitant de la propagande louisquatorzienne (J. Klaits 1976, Johnson 1978), puis d’aborder des ouvrages fondamentaux comme ceux de Louis Marin (1981), Jean-Marie Apostolidès (1981), Nicole Ferrier-Caverivière (1981) et Peter Burke (1992). Sont ensuite traitées de manière plus approfondie des études portant plus directement sur le mythe versaillais. C’est l’occasion de revenir sur d’importants jalons, comme la contribution d’Hélène Himelfarb dans les Les lieux de mémoire (1986) et le livre de Gérard Sabatier, Versailles et la figure du roi (1999). La dernière sous-partie de l’article est enfin consacrée aux réceptions de ces discours véhiculés par et sur Versailles. Cela passe d’abord par une synthèse des apports liés au renouvellement historiographique autour de la figure de Louis XIV, à la fin des années 2000 (exposition du château et colloque « Louis XIV, l’image et le mythe »). Viennent ensuite les travaux d’historiens germaniques et anglo-saxons (Ziegler 2010, Claydon et Levillain 2015 etc.).

L’article se terminera par l’examen de deux autres domaines historiques ayant permis de mieux cerner la réception du mythe de Versailles en Europe : l’étude des voyages et des visiteurs, d’une part, et les travaux traitant de l’imagerie versaillaise au XIXème siècle, d’autre part.

Les conditions actuelles empêchant l’accès aux bibliothèques, il se peut que ce travail d’écriture soit retardé.

Versailles et la Pologne

Il est prévu que les actes des journées d’étude « Versailles et la Pologne », qui ont eu lieu les 4 et 5 mars derniers, soient publiés dans le Bulletin du CRCV en 2020, sous la direction de Maciej Forycki, Katarzyna Kula et moi-même. Malgré quelques retards, le travail de relecture a pu reprendre à la fin du mois de mars. Les actes devraient être soumis à la revue d’ici l’été et comporter une quinzaine de contributions.

Flavie Leroux

Attachée de recherche au CRCV et coordinatrice du programme "Identités curiales et le mythe de Versailles en Europe : perceptions, adhésions et rejets (XVIIIe-XIXe siècles)", sous la direction de Gérard Sabatier et Mathieu da Vinha.

More Posts


Flavie Leroux

Attachée de recherche au CRCV et coordinatrice du programme "Identités curiales et le mythe de Versailles en Europe : perceptions, adhésions et rejets (XVIIIe-XIXe siècles)", sous la direction de Gérard Sabatier et Mathieu da Vinha.

Vous aimerez aussi...