Recherche – État d’avancement du programme (mai 2020)

Actes du workshop (2020) et colloque (2021)

Le travail d’édition pour les actes du workshop « Récits de voyages à Versailles » (annulé en raison de la crise sanitaire) avance à bon rythme. Quatre des sept textes ont été contrôlés par les directeurs de publication et revus par leurs auteurs, tandis que les trois autres sont en cours de relecture.

L’appel à communication du colloque « Le mythe de Versailles et l’Europe des cours » (prévu en juin 2021) a été traduit, puis mis en ligne sur le site du Centre en anglais et en espagnol. Il a également été diffusé dans les réseaux scientifiques internationaux, notamment :

  • Annonce en trois langues sur Calenda.
  • Annonce en anglais sur le site de la BSECS (British Society for Eighteenth-Century Studies), d’Enfilade (newsletter de Historians of Eighteenth-Century Art & Architect), de H-Net et de la Society of Architectural Historians.
  • Mail envoyé au CEEH (Centro de Estudios Europa Hispanica), au Centro Studi Europa delle Corti, à la CSECS / SCEDHS (Canadian Society for Eighteenth-Century Studies / Société canadienne d’étude du dix-huitième siècle), au Royal Studies Network.

Des courriels individuels ont en outre été envoyés aux chercheurs recommandés par le comité et/ou susceptibles d’être intéressés par le colloque.

Pour rappel, les propositions peuvent être envoyées jusqu’au 31 octobre 2020 et seront ensuite examinées par un comité scientifique. N’hésitez pas à diffuser cet appel autour de vous ou à participer si vous le souhaitez !

Base « Visiteurs de Versailles »

Le dépouillement en vue d’enrichir la base a été temporairement interrompu le mois dernier en raison des nombreuses sources trouvées dans le catalogue de la Library of Congress (USA). Au total, une cinquantaine de nouveaux textes pourront ainsi être ajoutés au corpus, dont 33 ont été entrés le mois dernier.

Il s’agit essentiellement de témoignages émanant d’auteurs anglophones – Britanniques ou Nord-Américains – venus dans la seconde moitié du XIXe siècle, permettant ainsi de compléter cette période jusqu’alors sous-représentée dans la base. Désormais, nous avons donc, pour la Deuxième République, 4 nouveaux textes :

  • L’Anglais John Bill, qui exprime ses impressions sur Versailles, visité le 8 avril 1849, en citant lord Byron et Edmund Burke : la ville « un corps sans âme », l’entrée du château, « quel fouillis ! ».
  • L’Américain Andrew Dickinson, qui pense en juillet 1850 que « Versailles […] vaut le coup de faire le tour du monde ».
  • Zadock Thompson, professeur d’histoire naturelle à l’université du Vermont, qui le 22 juin 1851 note que le château et les fontaines sont « les plus remarquables de France », mais relève les difficultés pour les visiteurs de confession protestante d’assister aux grandes eaux le dimanche.
  • Le journaliste Frank Boott Goodrich, travaillant pour le New York Times, qui à la fin du mois d’octobre 1852 rapporte la réaction d’Abd-el-Kader lors de sa découverte des salles d’Afrique.

La période du Second Empire compte quant à elle 8 témoignages supplémentaires :

  • Venue au tout début de la période, la première femme à travailler au New York Times : Grace Greenwood. Dans le récit de son voyage en Europe, elle relate longuement ses souvenirs d’une visite du château, des jardins, des Trianons et du Hameau en décembre 1852, qu’elle accompagne d’anecdotes sur la cour et la famille royale : « Le palais est de loin l’édifice royal le plus magnifique et le plus étonnant que j’aie jamais vu ».
  • Une autre femme de lettres venue dans les premières années du Second Empire, mais issue cette fois de l’aristocratie anglaise, Julie Granville comtesse Marguerittes, fait l’objet de deux notices : la première rapporte ses impressions sur la ville, le musée et les jardins, la seconde sa visite de Saint-Cyr.
  • Une lettre d’un anonyme américain du nom de M. Floyd relate une visite de Versailles en mai 1855 : « c’est le plus beau palais des environs de la capitale française, et le plus digne d’une visite ».
  • La même année, autre témoignage d’un Américain, Daniel Clarke Eddy, homme de lettres et homme d’Église, qui dans l’un de ses romans livre un récit fictionnel d’une visite du musée, des jardins et des Trianons peu après la fête donnée en l’honneur de la reine Victoria en 1855.
  • En 1857, un dénommé George Smith Fischer propose un compte rendu détaillé et émerveillé d’une visite du château et du musée, placée à nouveau sous le sceau du souvenir des fêtes données pour Victoria deux ans plus tôt.
  • Enfin, les deux dernières nouvelles notices relatives au Second Empire rapportent le témoignage d’une Américaine du nom de Mary E. Parker Bouligny : d’abord sa découverte du musée de l’histoire de France le 4 avril 1868, ensuite sa visite des Trianons, du musée des Voitures et sa présence aux grandes eaux, le 3 mai suivant.

Pour compléter le corpus sur la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle, ont été ajoutées 13 notices pour la Troisième République :

  • Alexander Mackie, qui dans une lettre de 1872 pose un regard acerbe sur Versailles et notamment sur les œuvres exposées dans le musée : « Gloire ! Victoire ! Tels sont les thèmes dont se sont nourris les Français lors de leurs sorties dominicales à Versailles ».
  • Le journaliste anglais George Augustus Sala, qui fait un récit satyrique d’une fête donnée à Versailles par le président de la république en octobre 1879.
  • Une historienne américaine, Florence Trail, qui réalise deux voyages en famille : à l’occasion du premier, en 1883, elle assiste à un mariage dans la chapelle du château puis visite le Grand Trianon, le musée des Voitures et le musée de l’Histoire de France qui l’impressionne beaucoup ; à l’occasion du second voyage, en 1891, elle retourne au musée, fait la liste de ses œuvres favorites, puis se rend au Petit Trianon et au Hameau, « lieu véritablement féérique ».
  • En 1887, un autre Américain, Charles Dorrance Linskill, se rend en Europe et raconte avec un certain lyrisme sa découverte de Versailles : « je ne peux essayer de décrire cette magnificence solide, brillante et intacte, car elle est comme des piliers d’argent soutenant des nuages d’or au milieu d’arcs-en-ciel qui enjambent des lacs et des jardins fleuris ».
  • Deux notices consacrées au récit de John U. Higinbotham, venu en août 1903 : le 15, il découvre le château, « intensément intéressant », puis le Grand Trianon et le Musée des Voitures ; le 16, il visite les jardins et le Petit Trianon, impressionné à l’idée de « fouler une terre que les Bourbons ont rendue si tristement célèbre ».
  • Le récit le plus tardif est celui de l’Anglaise Margery Williams Bianco, qui donne une brève description de sa visite probablement en 1907. Elle éprouve de l’admiration, mais aussi un certain « soulagement après les beautés artificielles de Versailles de visiter l’une ou l’autre des vastes forêts à proximité de Paris ».
  • Parmi les témoignages sous la Troisième République qui n’ont pu être datés avec précision, nous avons celui de Marian Minnie George, qui retient surtout la chambre du roi, le musée, les jardins « au tracé rigide » et le « merveilleux spectacle » des grandes eaux, celui de Samuel Levy Bensusan, qui rapporte les grands événements associés à Versailles et liste les lieux à voir, celui de William Jasper Nicolls, qui à l’occasion d’une visite cite les mémorialistes pour évoquer les repas publics de Louis XVI et Marie-Antoinette.
  • Deux récits fictionnels émanant d’écrivaines américaines concernent enfin cette même période : celui de Constance Johnson, focalisé notamment sur le Petit Trianon, et celui d’Elizabeth Williams Champney, décrivant les grandes eaux et illuminations nocturnes.

Parmi les dernières notices ajoutées à la base, nous comptons aussi 6 témoignages datant de la Restauration :

  • William Dorset Fellowes, officier de la Marine britannique déjà cité dans le corpus, fait cette fois l’objet d’une notice rapportant sa découverte du domaine de Marly à l’été 1817 : le palais « détruit », les bassins « en ruines ».
  • Envoyé en Europe par le comte George Spencer, l’anglais Thomas Frognall Dibdin, né en Inde, découvre la ville de Versailles en 1818 sans voir le château.
  • Le journaliste et député anglais John Morgan Cobbett raconte sa visite dans une lettre du 10 septembre 1824 : « toutes ces beautés ne servent qu’à attirer un grand nombre d’étrangers admiratifs ».
  • Le médecin irlandais Arthur Brooke Faulkner voit le 9 mars 1827 en Versailles un « tableau de désolation dorée des plus impressionnants ».
  • La même année 1827, le chapelain du duc de Richmond, William Liddiard, propose une réflexion politique à l’occasion de sa visite : Versailles, « mémorial permanent des extravagances tyranniques et royales ».
  • George Clayton, auteur vraisemblablement anglais, « enchanté » et « étonné » le 15 août 1829 par un château « plutôt à l’abandon », mais des jardins « aménagés de façon féérique et exquise ».

Enfin, une nouvelle notice concerne un professeur danois venu sous le Consulat, commentant la création du musée spécial de l’École française (Thomas Bugge) et une dernière concerne le secrétaire particulier de plusieurs souverains anglais, rendant un avis mitigé sur le musée de Louis-Philippe en 1837 (Herbert sir Taylor).

Le mois prochain, seront ajoutées les 17 dernières notices repérées dans le catalogue de la Library of Congress, ainsi qu’une dizaine d’autres aimablement proposées par Joanna Orzeł, maître de conférences à l’université de Lodz, concernant le séjour d’un aristocrate de la République des Deux Nations venu à Versailles en 1753-1754 (Józef Jerzy Hylzen). Le travail pour la préparation de ces notices est en cours.

Cela fait, le dépouillement bibliographique pourra se poursuivre au gré de la réouverture des bibliothèques. Les derniers ouvrages repérés, concernant notamment les voyageurs hispanophones, de même que les catalogues de la Deutsche National Bibliothek, de la Biblioteca nazionale Centrale di Roma et de la Biblioteca nazionale Centrale di Firenze seront examinés. Ce travail, qui devrait prendre quelques semaines (peut-être jusqu’à la fin juillet), permettra de finaliser le tour d’horizon bibliographique nécessaire au repérage documentaire. Les derniers témoignages relevés pourront alors venir compléter le corpus et en clore temporairement l’enrichissement.

La recherche sur les visiteurs pourra dès lors reprendre : le corpus d’étude sera mis à jour avec les dernières sources trouvées, les statistiques seront revues en conséquence et le travail sur les lieux visités et les impressions des voyageurs se poursuivra.

Billets thématiques dans les Carnets de Versailles

En attendant, la base de données est toujours exploitée en vue de valoriser les premiers résultats de recherche dans les Carnets de Versailles. Une première série d’articles, consacrée aux rituels de cour vus par les étrangers, a été lancée fin avril. Le premier texte, « Visiteurs : tenue correcte exigée » (publié le 30 avril), portait sur les modalités d’accès au château. Deux autres ont depuis suivi :

  • « Visiteurs : voir le roi passer » (publié le 11 mai), qui traite de la première occasion d’observer la famille royale et de voir la cour se déployer dans toute sa pompe : le passage pour aller à la messe ou en revenir, par la Grande Galerie.

  • « Visiteurs : accéder au Grand couvert » (publié le 25 mai), qui aborde cette fois la question de l’accès aux rituels à proprement parler, à travers l’exemple du repas public de la famille royale.

Vous pouvez également retrouver la présentation de ces articles dans les Carnets du CRCV.

Publications

L’article de Gérard Sabatier, « La recherche française récente sur Versailles et la cour. Problématiques et orientations », est terminé et prêt à être transmis à Alexandra Pioch, chargée des éditions au CRCV.

La rédaction de mon texte, « Les historiens et le mythe de Versailles, des années 60 à nos jours », est également en passe de s’achever. La dernière sous-partie porte sur la diffusion et la réception du mythe telles qu’elles ont pu être étudiées par les historiens dans deux domaines : l’histoire des voyages, notamment pour les XVIIe et XVIIIe siècles (colloque CRCV 2013, exposition château de Versailles, 2017-2018), et l’histoire des représentations au XIXe, dans la littérature (collectif dirigé par V. Léonard-Roques en 2005) et les arts en général, autour du phénomène de « revival » engagé dans la deuxième moitié du siècle (exposition château de Versailles, 2019-2020).

Reste désormais à relire l’ensemble du texte et à l’élaguer pour en alléger un peu le volume.

Versailles et la Pologne

Le travail pour l’édition des actes de « Versailles et la Pologne » dans le Bulletin, en collaboration avec Maciej Forycki et Katarzyna Kula (codirecteurs de publication), se poursuit. Trois textes ont été relus le mois passé :

  • Katarzyna KURAS, « Les Polonais à la cour de Marie Leszczynska » [en cours].
  • Mariusz SAWICKI, « L’influence politique de Versailles sur la noblesse lituanienne à la fin du XVIIe siècle».
  • Aleksandra ZIOBER, « Dans le cercle du pouvoir : les favoris dans les systèmes politiques des cours de Paris-Versailles et du Grand-duché de Lituanie au XVIIe siècle ».

Les autres articles sont en attente de relecture ou ont déjà été renvoyés à leurs auteurs. Trois ont été finalisés.

Flavie Leroux

Attachée de recherche au CRCV et coordinatrice du programme "Identités curiales et le mythe de Versailles en Europe : perceptions, adhésions et rejets (XVIIIe-XIXe siècles)", sous la direction de Gérard Sabatier et Mathieu da Vinha.

More Posts


Flavie Leroux

Attachée de recherche au CRCV et coordinatrice du programme "Identités curiales et le mythe de Versailles en Europe : perceptions, adhésions et rejets (XVIIIe-XIXe siècles)", sous la direction de Gérard Sabatier et Mathieu da Vinha.

Vous aimerez aussi...