Parution : Les funérailles princières en Europe (XVIe-XVIIIe siècle) : le deuil, la mémoire, la politique (coéd. PUR/CRCV)

arton690-bdadcLes funérailles princières en Europe, XVIeXVIIIe siècle : le deuil, la mémoire, la politique (publication issue du colloque international des 26 et 27 novembre 2009 à Versailles et du 28 novembre 2009 à Saint-Denis), sous la dir. de Juliusz A. Chrościcki, Mark Hengerer, Gérard Sabatier, coédition Centre de recherche du château de Versailles / Presses universitaires de Rennes, coll. « Histoire », série « Aulica – L’univers de la cour », juin 2015, 17 x 24 cm, 440 p., 39 ill. noir et blanc, 8 pl. couleur, index, 22€ (ISBN : 978-2-7535-4075-0).

Loin de rester un événement unique localisé, les funérailles princières à l’époque moderne sont médiatisées à travers des rapports d’ambassadeurs, des publications hagiographiques, des documents administratifs ou encore des articles de presse et des gravures à vocation commerciale. La pratique du deuil des souverains dans leurs royaumes relève du « faire-corps » ; très variable d’un pays à l’autre, elle est révélatrice de l’état des sociétés et du rapport entre le prince et ses sujets. En France et en Angleterre, le deuil est institutionnalisé et banalisé. Dans l’Empire germanique ou en Russie, ses formes varient selon le statut des États et des souverains ou le degré d’intégration des groupes sociaux dans le corps politique. Dans les Empires ibériques, les distances effacent la notion d’événement au profit d’une destinée immuable. Les funérailles, répétées partout sur le même mode, sont à la fois un rite d’intégration politique et un dispositif servant à restaurer la sacralité. Le deuil des princes étrangers devient quant à lui une pratique nouvelle des puissances européennes qui l’instrumentalisent et développent de véritables stratégies mémorielles : pour renforcer les alliances politiques (la Florence des premiers grands-ducs Médicis), s’affirmer comme caput mundi (la Rome pontificale) ou promouvoir une internationale des Bourbons faisant pièce à celle des Habsbourg. Cette instrumentalisation des funérailles se poursuit dans nos sociétés, consacrant la pérennité d’une pratique qu’on ne saurait confiner au passé.

Ce volume est le dernier d’une trilogie consacrée aux funérailles princières de l’Europe moderne. Le premier, Le grand théâtre de la mort, s’intéresse aux rituels. Le second, Apothéoses monumentales, analyse les stratégies du tombeau et les pratiques artistiques.

Voir la présentation des deux autres volumes :

Commander l’ouvrage

Presses universitaires de Rennes

Mise en ligne : « Archives et Inventaires des parcs et jardins » (MRSH)

img-webLe site Archives et Inventaires, réalisé par le Pôle du Document numérique de la MRSH (Université de Caen Basse-Normandie), a pour objet le recensement de toutes les sources d’archives et d’inventaires publiques et privées relatives à l’art des jardins.

Le site Archives et Inventaires des parcs et jardins présente :

1 326 notices d’archives et 13 715 notices d’inventaires dont 1 400 bénéficient d’une description détaillée et de photographies.

Grâce à une interface de consultation dynamique et des outils de recherches avancées, la base de données est accessible aux professionnels, chercheurs, amateurs éclairés ou simples passionnés. Le but premier est de faire du site Archives et Inventaires de l’Institut Européen des Jardins et Paysages une référence, tant par la richesse des informations qu’il contient que dans son accès à celles-ci.

Y sont notamment consultables des données provenant des archives départementales des Yvelines et des Archives municipales de Versailles.

Accéder au site.

Article en ligne : « André Cornu et la sauvegarde de Versailles », par Églantine Pasquier

André Cornu, 1932, photographie de presse, 13 × 18 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France.
André Cornu, 1932, photographie de presse, 13 × 18 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France.

L’article « André Cornu et la sauvegarde de Versailles » par Églantine Pasquier est en ligne sur le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles : http://crcv.revues.org/13234

Cet article est issu d’un mémoire d’étude (1ère année de 2nd cycle) de l’École du Louvre, réalisé sous la direction de Raphaël Masson et de Karine McGrath dans le cadre du groupe de recherche « Versailles » de l’École du Louvre en partenariat avec le Centre de recherche du château de Versailles (session 2013-2014).

Résumé : À la fin de la Seconde Guerre mondiale, le domaine de Versailles se trouve dans un état critique ; le montant des travaux à effectuer pour le sauver de la ruine est estimé à cinq milliards de francs. En 1952, André Cornu, secrétaire d’État aux Beaux-Arts, lance une souscription nationale par un appel radio et fonde un Comité national pour la sauvegarde du château de Versailles, chargé de trouver les ressources nécessaires à sa restauration. Des comités départementaux sont créés et, parallèlement, une action est menée auprès du gouvernement pour obtenir des crédits budgétaires. Le succès de ces actions permet de commencer les travaux, organisés en un plan quinquennal. Ils concernent principalement les services d’architecture, chargés du « clos et du couvert », mais les services de conservation profitent aussi des retombées médiatiques et financières de cette campagne pour commencer les restitutions intérieures et le remeublement du château. Cette période, appelée « sauvegarde de Versailles », a non seulement permis de sauver le domaine de la ruine, mais elle marque également le début d’un intérêt nouveau pour le patrimoine ainsi qu’une nouvelle façon d’envisager son financement, à la veille de la création du ministère des Affaires culturelles en 1959.

Abstract : At the end of World War II, the Domain of Versailles is in critical condition, the cost of the restoration work to save it from ruin is estimated at five billion francs. In 1952, Secretary of State for Fine Arts, André Cornu, initiates a national fundraising campaign with a radio broadcast and creates a “National Committee for the Safeguarding of the château of Versailles,” whose aim is to find resources to finance the restoration work. In each French department, local committees are created. Simultaneously, the Committee implores the Government to obtain budgetary funds. The success of those actions allows the five-year restoration plan to begin. The restoration work addresses mainly the architecture department in charge of the structural work. But, the conservation department, which also benefits from the media coverage and financial support of the campaign, can start the restitution and re-furnishing of the chateau. This period, known as “The Safeguarding of Versailles,” not only saved the domain from ruin, but also marked the beginning of a new interest in preservation and a new way to envision its funding; these and other efforts would eventually result in the creation of the Ministry of Cultural Affairs in 1959.

Projet scientifique extérieur : « “Lendület” – Sainte Couronne de Hongrie » (Institut d’Histoire du Centre de Recherches en Sciences Humaines de l’Académie Hongroise des Sciences, Budapest).

Lendulet_zaszloIn the “Momentum Young Researchers’ Program” of the HAS (Hungarian Academy of Sciences, MTA) RCH Institute of History “Momentum” Holy Crown Research Team led by Géza Pálffy (senior research fellow and leader of the Early Modern History Research Team of the Institute of History) will receive priority support from July 2012 to June 2017 for systematic research and analysis of the history of the crowning ceremonies and the Hungarian Holy Crown from 1526 to 1916. The main objective of the interdisciplinary project entitled “Representations of the State and the Nation in Early Modern Hungary: the Hungarian Coronation Ceremonies and the Holy Crown (1526–1916)” is a thorough examination of the early modern history of the Holy Crown and the coronation ceremonies of Hungarian kings and queens in the 16–20th centuries (in Székesfehérvár, Pozsony, Sopron, Buda, Budapest).

The participating researchers intend to gather early modern and modern sources unknown so far about the coronation ceremonies and insignia from archives in Austria, Slovakia, Spain, Italy etc. and various depictions of the Holy Crown and the coronation ceremonies. They plan to compile the itinerary of our national treasure, the Holy Crown; the “Who’s who” lexicon of the coronation ceremony; the database for the coronation coins, and to publish the Latin-Hungarian critical edition of the famous crown history of Péter Révay (1659). Besides all these, special emphasis is placed on the ideologies and conceptions connected to the Holy Crown in different periods, their social effects and their roles in the Hungarian state and national representation and symbolic politics. The program of the “Momentum” project will be published in detail in Történelmi Szemle 2012/3.

The research team consists of 14 internal members with the team leader, Géza Pálffy: Iván Bertényi (ELTE BTK), Éva Bicskei (MTA BTK MI), Enikő Buzási (MNG), Mátyás Gödölle (MNM), Terézia Kerny (MTA BTK MI), Erika Kiss (MNM), Zuzana Ludiková (SNG Bratislava), Tibor Martí (MTA BTK TTI), Árpád Mikó (MNG), Tibor Monostori (ELTE BTK), Ferenc Gábor Soltész (Budapest), Csaba Tóth (MNM) and Gergely Tóth (MTA BTK TTI). Besides the outside members (historians, archivists, archaeologists, museologists, art, music, literature and cultural historians) of around 20 academic institutes in Hungary and abroad are welcome in this research cooperation.

The results of the project are expected to be valuable for the Hungarian and international scientific community, useful for the history teaching and interesting for the public in Hungary. On the basis of the successful implementing of the research plan, Hungarian synthesising works can be published about one the most important events of the history of the Hungarian Kingdom (the coronation ceremonies), which can enrich the study of the history of our state and national symbols and may contribute to the expanding of the historical knowledge of the Hungarian people and to the strengthening of our national identity. The research will also contribute to the preparation of a grand exhibition about the Hungarian coronations to be organized in the National Museum in 2016.

For more information about the work of the research team and the possibility of any kind of cooperation with it contact the leader, Géza Pálffy: palffy.geza@btk.mta.hu

Parution : « Los secretos mecanismos de las cortes: Facciones en la Europa moderna » (Librosdelacorte.es, 2015)

homepageImage_es_ESCe volume monographique de la revue en ligne Librosdelacorte.es publie les contributions présentées à deux journées d’études consacrées à étudier les factions comme moyen d’analyse : « Fifth Column or Political Party in Early Modern Courts? » (Modène, juin 2014) et « A Europe of courts, a Europe of Factions » (Rome, novembre 2014).

Sommaire

Rubén González Cuerva : From the empress to the ambassador: the “spanish faction” and the labyrinths of the imperial court of Prague, 1575-1585

Esther Jiménez Pablo : Oratorian spirituality in the roman court and its incidence on the pro-spanish faction

Valentina Caldari : There is no frendship among princes but for their owne interests. the spanish faction at James I’s court, 1603-1625

Luis Tercero Casado : A fluctuating ascendancy: the “spanish party” at the imperial court of Vienna (1631-1659)

Giuseppe Mrozek Eliszezynski : Service to the king and loyalty to the duke: the Castro family in the faction of the duke of Lerma

Silvano Giordano : Power management at the roman court at the beginning of the 17th century:the case of cardinal Giovanni Garzia Millini

Frédérique Sicard : Continuity and identity at the court of France: parties around queen Marie de Medici and queen Anne of Austria

 

Détails

Librosdelacorte.es, Monografico 2, año 7 (2015)

 

Accès

Consulter gratuitement les articles en ligne sur le site internet de la revue.

Parution : « Les savoirs-mondes Mobilités et circulation des savoirs depuis le Moyen Âge » (PUR, 2015)

1435219144Les savoirs-mondes. Mobilités et circulation des savoirs depuis le Moyen Âge

Réunissant des historiens du Moyen Âge jusqu’au monde contemporain et des civilisationnistes spécialistes de diverses aires culturelles, cet ouvrage s’inscrit dans le contexte de décloisonnement disciplinaire des sciences humaines et d’essor des études transnationales, connectées et globales. À travers ces six chapitres, les auteurs présentent des recherches sur les sociétés dans leur diversité, à l’échelle du monde et sur la longue durée et ils promeuvent l’étude des transversalités culturelles.

Avec le soutien du laboratoire ICT de l’université Paris Diderot-Paris 7.

 

Sommaire

  • Entre miroirs au prince et vision du monde
  • Circulation des corps et savoirs sexués
  • L’acclimatation métropolitaine des savoirs sur le lointain
  • Circulation des savoirs techniques : la territorialité mise à l’épreuve
  • Cultures européennes de la traduction
  • Circulation des savoirs et pouvoir dans l’espace atlantique

Voir le sommaire détaillé sur le site de l’éditeur.

 

On notera en particulier :

Daniel Roche : Préface : Mobilités et expériences : transmission et transformations des savoirs des hommes à l’époque moderne (xvie-xviiie siècle)
Michèle Virol : La circulation des savoirs des ingénieurs militaires (xviie-xviiie siècles)

Détails

Format : 16,5 x 24 cm
Nombre de pages : 514 p.

Illustrations : Couleurs et N & B

ISBN : 978-2-7535-3517-6

Disponibilité : en librairie
Prix : 25,00 €

Voir la page dédiée à cet ouvrage sur le site internet de l’éditeur.

Parution : B. Fonck et N. Genet-Rouffiac (dir.) : « Combattre et gouverner. Dynamiques de l’histoire militaire de l’époque moderne (XVIIe-XVIIIe siècles) » (PUR, 2015)

1435220082Combattre et gouverner. Dynamiques de l’histoire militaire de l’époque moderne (XVIIe-XVIIIe siècles)

Offrant aussi bien des études historiques, des orientations bibliographiques et des présentations de sources que des réflexions sur l’art de la guerre, de la conception stratégique jusqu’à l’exécution des opérations les plus élémentaires, cet ouvrage permet des niveaux de lecture et d’exploitation qui couvrent l’ensemble du spectre des publics intéressés par l’histoire militaire.

En coédition avec le Service historique de La Défense.

 

Directeurs de l’ouvrage et auteurs

Bertrand Fonck, archiviste paléographe et docteur en histoire, est conservateur du patrimoine au Service historique de la Défense, où il est responsable des archives anciennes de la guerre.

Nathalie Genet-Rouffiac, archiviste paléographe, docteur en histoire, est conservateur général du Patrimoine au ministère de la Défense.

Ont également contribué à cet ouvrage : Yves-Marie Bercé, Jean-Philippe Cénat, Frédéric Chauviré, Joël Coste, Hervé Drévillon, Alexandre Dupilet, Fadi El Hage, Stéphane Genêt, Arnaud Guinier, Guillaume Lasconjarias, Boris Lesueur, Alain Morgat, Frédéric Naulet, Clément Oury, Stéphane Perréon, Tanguy Pincemin, Guy Rowlands, François Royal, Ferenc Toth et Julien Wilmart.

 

Sommaire

  • Nouvelle histoire bataille, nouvelle histoire campagne
  • Des armes et des hommes : parcours de combattants
  • Guerre et gouvernement monarchique
  • Histoire institutionnelle et usages des archives

Sommaire détaillé sur le site de l’éditeur.

 

Détails

Format : 16,5 x 24 cm
Nombre de pages : 382 p.

ISBN : 978-2-7535-4044-6

Disponibilité : en librairie
Prix : 20,00 €

Voir la page dédiée à l’ouvrage sur le site de l’éditeur.

Appel à communication : « La fabrique du XVIe siècle au temps des Lumières » (ENS de Lyon, du 11 au 13 octobre 2016)

94-059712Si les continuités et les ruptures entre les xviie et xviiie siècles  ont depuis longtemps fait l’objet d’un questionnement, on souhaite  dans ce colloque interroger en amont ces phénomènes et observer  comment le XVIIIe siècle constitue le XVIe en objet de pensée sur  lequel il prend appui, tant pour s’en distinguer que pour s’inscrire  dans son prolongement, ou bien encore pour y trouver matière à (re) fondation de ses pratiques et de ses concepts.

De la « Renaissance » aux « Lumières », le passage paraît aller de  soi, et nombreux sont certainement les phénomènes de résonance et  d’identification par lesquels le siècle des Lumières trouve dans  celle-ci un précédent, voire un modèle. Le concept de « Renaissance »  est néanmoins postérieur au XVIIIe siècle ; c’est pourquoi il nous  apparaît nécessaire d’envisager la façon dont le xvie siècle se  trouve compris, aussi bien à travers ses figures majeures – ou  considérées comme telles –, ses œuvres, ses genres, ses  problématiques politiques et religieuses, son esthétique ou encore  ses savoirs, que dans son identité éventuelle de « siècle » et la  périodisation qui en découle. Au-delà des études de réception,  nécessaires mais non suffisantes, c’est donc plus largement la  postérité intellectuelle du siècle, sous toutes ses formes, qui sera  envisagée, ainsi que la constitution même de la notion de «  renaissance » – ou son absence. Le xvie siècle, où l’on parle encore  le « vieux gaulois », est-il la fin d’un Moyen Âge délibérément  construit comme le temps de l’obscurité, ou l’amorce d’une époque de  lumière ? Avant Descartes et Malherbe, avant l’avènement du goût et  de la méthode, est-on vraiment entré dans l’ère moderne ? Ce xvie  siècle dans lequel le xviiie se reconnaît pour mieux s’y opposer,  qu’a-t-il à apprendre aux hommes des Lumières ?

Après une journée d’étude (avril 2015) qui a traité de la manière  dont sont édités au XVIIIe siècle plusieurs textes importants du  XVIe, ce colloque abordera, de manière large, l’histoire des sciences  et des savoirs, de ses héros et de ses martyrs, telle que le XVIIIe  siècle trouve à la constituer et à s’y reconnaître depuis le XVIe.  Mais l’Encyclopédie, pour ne citer qu’elle, hérite de bien d’autres  savoirs qui, de l’anatomie au droit, en passant par l’étude de la  langue et de la lexicographie, en font l’un des multiples lieux où se  « fabrique » le XVIe siècle.

On réfléchira également à la pensée philosophique dont hérite le  temps des Lumières, tant dans ce qui fonde le courant sceptique ou  certaines hétérodoxies, que dans ce qui permet de penser les rapports  du politique et du religieux. Le traumatisme du schisme et des  guerres de religion, dont le souvenir est revivifié par la Bulle  Unigenitus, permet-il de réfléchir sereinement à la place de la  religion dans l’État ? La notion même de libertinage n’hérite-t-elle  pas de Montaigne, voire de Rabelais ? Une raison sans méthode peut-elle se faire jour, et servir de guide, ou de prélude ?

Une approche d’ordre esthétique s’impose également : permet-elle en  particulier de confirmer l’idée première d’une opposition avec le  XVIIe siècle – c’est-à-dire avant tout avec « le siècle de Louis XIV » ? L’articulation de la naïveté, du burlesque, du bas (et du sublime) de Rabelais, l’appel à une énergie première qui aurait disparu après le xvie siècle, ne se résument certainement pas à une simple opposition à la régularité de Malherbe. On examinera également comment les genres se trouvent (re)définis et reconfigurés, voire aboutissent à la création de nouvelles catégories esthétiques : la notion même de « naïveté », si facilement attribuée au XVIe siècle, ne se redéfinit-elle pas à la lumière des illustres exemples d’Amyot et de Montaigne ?

 

Date limite et organisation

Date limite : 15 septembre 2015
Organisé par Catherine Volpilhac-Auger et Myrtille Méricam-Bourdet

Les propositions (une demi-page) sont à adresser à Catherine Volpilhac-Auger et Myrtille Méricam-Bourdet jusqu’au 15 septembre 2015.

Appel à communication : « La France et l’Espagne au cœur de l’Europe : Les Alliances dynastiques des Maisons de France et d’Espagne (XVIe-XVIIIe siècle)Relations politiques, Enjeux internationaux, Transferts culturels et artistiques. » (Bordeaux 4-6 novembre 2015)

urlDans le sillage des travaux consacrés à la Société des princes à l’époque moderne (L. Bély), aux princesses et aux reines (F. Cosandey, I. Poutrin et M.-K. Schaub) ou encore aux unions matrimoniales entre maisons souveraines (dossier de la revue XVIIe siècle, n°243, 2009) – pour ne citer que des ouvrages en français –, ce colloque conclusif du Projet Région Aquitaine ALFRES (ALliances de FRance et d’ESpagne au miroir des sociétés modernes) envisagera, dans la longue durée, entre XVIe et XVIIIe siècle, non seulement les alliances dynastiques conclues entre les Maisons France et d’Espagne, mais encore les stratégies matrimoniales déployées par chacune d’elles en direction des grandes maisons princières européennes.

Les mariages princiers cristallisent en effet des attentes d’une importance capitale pour les équilibres en jeu dans l’Europe moderne. Ils sont d’abord des affaires familiales et dynastiques, destinées à assurer une descendance aux Maisons souveraines. Ils recoupent aussi des enjeux de prestige et de rang, à travers la recherche de parentés illustres. Ils comportent des aspects financiers qui sont parfois très lourds. Ils ont des implications politiques, car ils sont un moyen de trouver des appuis, de conclure des alliances, tout en permettant, parfois sur plusieurs générations, de préparer des successions favorables. Ils sont enfin des moments d’exaltation et de célébration du pouvoir qui mobilisent tous les arts.

Il s’agira de revenir sur le contexte politique et les implications géopolitiques de ces mariages princiers, d’étudier le processus de conclusion de ces alliances sans omettre les acteurs et les actrices impliqués dans ceux-ci, d’éclairer le destin des princesses échangées entre les différentes Maisons européennes, d’étudier la célébration de ces unions par les arts et de souligner les transferts culturels qu’elles favorisent d’une cour à l’autre. C’est l’union de toutes les expressions artistiques éphémères ou non – peinture, architecture, musique, danse, théâtre, décors et machines, habits et costumes, feux d’artifice, carrousels, arts décoratifs, arts de la table et gastronomie – qui dessine en effet le « portrait du roi », au sens défini par Louis Marin, en une sorte d’orchestration du pouvoir politique qui culmine notamment à l’occasion de ces mariages. Fêtes, spectacles et cérémonies à l’intérieur du palais ou dans ses jardins, à l’église ou dans l’espace urbain, régis par une étiquette rigoureuse, sont un signe de la puissance princière qu’ils théâtralisent sous le voile de la métaphore ou de l’allégorie. Inspiré du modèle politique médicéen et de l’éducation idéale prônée par l’humaniste Baldassare Castiglione, l’absolutisme monarchique qui se développe en France et en Espagne dès le XVIe siècle est indissociable de sa représentation artistique, élaborée pour inspirer admiration, crainte et soumission.

Souvent rivales et antagonistes, les monarchies de France et d’Espagne n’en sont pas moins unies par un écheveau dense de relations familiales, de cousinages et d’entourages qui les rapproche et les relie ; leurs ramifications sans cesse recroisées se prolongent à travers toute l’Europe moderne en formant de véritables réseaux sociaux et politiques actifs ou dormants, mobilisables lorsque les circonstances l’exigent. De tels liens établissent, par-delà les clivages ou les frontières territoriales, une communauté de destin propice aux effusions festives et aux fécondations artistiques, aux échanges et aux circulations, aux transferts et aux hybridations, pouvant donner naissance à des phénomènes d’acculturation.

 

Organisateurs

Organisé par Marie-Bernadette Dufourcet, Dominique Picco, Géraud Poumarède, avec le soutien de : Région Aquitaine, Université Bordeaux-Montaigne, CEMMC (Bordeaux-Montaigne), Centre Roland Mousnier (Paris-Sorbonne), CSIMP (Université Autonome de Madrid)

 

Modalités de soumission et de participation

Les propositions de communication sont à envoyer conjointement à Marie-Bernadette Dufourcet (mb.dufourcet@gmail.com), Géraud Poumarède (poumarede@yahoo.fr) et Dominique Picco (Dominique.Picco@u-bordeaux-montaigne.fr) avant le 15 juillet 2015. Les participants dont les propositions auront été retenues verront leurs frais de déplacement et d’hébergement pris en charge par le programme ALFRES.

Journée d’études : « Artistes des Lumières : chefs-d’œuvre des artistes et maîtres artisans du XVIIIe siècle » (Paris, 8 juillet 2015)

Programme_Symposium_08-07-2015-1Symposium d’histoire de l’art de la mairie du 11e arrondissement 

Comme lors de la première édition (16 février 2015), le deuxième symposium d’histoire de l’art de la mairie du 11e arrondissement donne la priorité aux artistes et maîtres artisans du XVIIIe siècle. La journée de février avait fait la part belle aux itinéraires et aux carrières de peintres, sculptures, architectes et maîtres artisans célèbres en leur temps, celle de juillet s’efforcera de faire une large place à l’étude approfondie d’une œuvre exemplaire des transformations radicales que connaissent alors l’art et la société.

Chaque présentation, de 25 minutes environ, sera suivie d’un quart-d’heure dévolu aux échanges et débats, sous la présidence de Martine Debieuvre, Sébastien Chauffour et Christophe Henry.

Programme

9h00-9h30 / « Le peintre Antoine Coypel (1661-1722) » par Nicole Garnier (conservateur général du Patrimoine, Musée Condé, Chantilly)

9h45-10h15 / « Rosalba Carriera et Antoine Watteau : regards croisés et portraits d’amis » par Valentine Toutain (docteur en histoire de l’art, Université Paris 4)

10h30-10h45 / Pause-café

10h45-11h15 / « Le sculpteur Nicolas Sébastien Adam (1705-1778) » par Lisa Sapy (doctorante, Université Paul Valéry, Montpellier)

11h30-12h00 / « L’hôtel Tulle de Villefranche d’Avignon de François II Franque, d’une architecture figurée à une opération spéculative » par Béatrice GAILLARD (docteur en histoire de l’art, chercheur associé au LEAV, ENSA Versailles)

12h30-13h45 Pause déjeuner

Deuxième session / Redécouvertes de la nature et de l’antique :

13h45-14h15 / « Jean-Baptiste Pigalle (1714-1785) et le monument de Louis XV à Reims, ou le défi de représenter des « citoyens libres et heureux » aux pieds du roi » par Charlotte Chastel-Rousseau (Musée du Louvre)

14h30-15h00 / « Joseph Vernet (1714-1789), peintre de paysage, de marine, ou védutiste ? » par Emilie Beck (maître de conférences, Université Paris 13)

15h15-15h45 / « Les meubles à plaques de porcelaine de Martin Carlin (1730-1785), ébéniste du Faubourg Saint-Antoine » par Patricia Lemonnier (docteur en histoire de l’art, expert près la Cour d’appel de Paris)

16h00-16h15 / Pause-orangeade

16h15-16h45 / « Jean-Baptiste Huet (1745-1811). Le plaisir de la nature » par Benjamin Couilleaux (conservateur du Patrimoine, Musée Cognacq-Jay)

17h00-17h30 / « Sculpter à la fin du XVIIIe : analyse d’un chef-d’œuvre académique de Rousseau de la Rottière (1747-1820) » par François Gilles (Ecole Boulle)

17h45-18h15 / « Le Vésuve de Pierre-Henri de Valenciennes (1750-1819) » par Luigi Gallo (docteur en histoire de l’art)

18h30-19h00 / « Percier, Fontaine et la rue de Rivoli » par Charlotte Duvette (doctorante, Université Paris 1)

19h30/ Pot de clôture offert par Monsieur le Maire du 11e arrondissement de Paris.

 

Lieu

Mairie du 11e arrondissement, 12 place Léon Blum, Paris 11e.

 

Programme de la journée d’études en .pdf.

Parution : Charles Le Brun, décorateur de fêtes (PUR, juin 2015)

Charles Le Brun : décorateur de fêtesGaëlle Lafage, Charles Le Brun : décorateur de fêtes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Art et société », mai 2015, 322 p., 97 ill. noir et blanc, 18 pl. couleur, 24€ (ISBN : 978-2-7535-4014-9).

Ouvrage publié avec le soutien scientifique et financier du CRCV.

Charles Le Brun (1619-1690), le Premier peintre de Louis XIV, est resté fameux pour ses grands décors de palais, en particulier, ceux qu’il conduisit à Versailles. Cet ouvrage, consacré à ses décorations de fêtes et de cérémonies, met en lumière une partie encore méconnue de son œuvre. Ces créations extraordinaires du Grand Siècle unissaient les arts dans de savantes mises en scène. Pendant quelques heures, les édifices ou les jardins se trouvaient métamorphosés grâce aux apparats conçus pour l’occasion, réunissant des peintures, des sculptures, des tapisseries ou de grandes structures, telles que des arcs de triomphe. Détruites à la fin des événements qu’elles accompagnaient, ces œuvres ont reçu peu d’attention jusqu’à présent. L’analyse des sources contemporaines et des images des décors permet de restituer ces ouvrages, mais également de les replacer dans leur contexte. La genèse de ces œuvres, leur conception et leur fabrication sont étudiées, redessinant les liens que Le Brun avait tissés avec les hommes d’État (le roi, Séguier, Fouquet et Colbert), avec les hommes de lettres, ainsi qu’avec ses principaux collaborateurs, notamment à la Manufacture des Gobelins. L’une des particularités de Le Brun dans ce domaine fut d’ordonner lui-même des fêtes et des cérémonies, ce qui constitue peut-être un cas unique pour un peintre à cette période. Ces œuvres oubliées complètent donc le portrait d’un des plus grands artistes français du XVIIe siècle. Plus que tout autre ouvrage, les décorations ordonnées par Le Brun donnent l’image la plus juste de ses recherches et de ses goûts. Enfin, l’étude de ces célébrations et de leur réception offre une meilleure compréhension de ces créations exceptionnelles, tout en leur conférant la pérennité qu’elles méritent.

Gaëlle Lafage est docteur en histoire de l’art de l’université Paris-Sorbonne et boursière du Centre de recherche du château de Versailles (2014).

Commander l’ouvrage

Presses universitaires de Rennes

Documents

Voir aussi le corpus « Sources des fêtes et des cérémonies décorées par Charles Le Brun (1660-1687) » constitué par Gaëlle Lafage dans notre rubrique « Corpus raisonnés ».

Exposition : « Fénelon et son double » (Bibliothèque nationale universitaire de Strasbourg, 18 juin-14 août 2015)

AfficheDEF-WebÀ l’occasion des célébrations du tricentenaire de la mort de François de Salignac de la Mothe-Fénelon, la bibliothèque organise une exposition rappelant la place éminente jouée par l’homme d’Eglise et écrivain français dans l’histoire littéraire, religieuse, intellectuelle et politique de la France, aussi bien pendant le « Grand Siècle » de Louis XIV que pendant les siècles suivants, quand ses idées politiques nourrissaient la pensée des Lumières et que Les Aventures de Télémaque devenait un classique de l’éducation parcouru par tous les écoliers de France et d’Europe.

L’exposition se fait en partenariat avec l’Université de Strasbourg et le Centre d’études des littératures d’Ancien Régime (CELAR), qui organisera au moment de l’exposition un colloque international sur Fénelon. Les professeurs François-Xavier Cuche, spécialiste reconnu de Fénelon et ancien président de l’Université, et Béatrice Guion, actuelle responsable du CELAR, ainsi que Julien Gueslin, conservateur à la BNU, seront commissaires scientifiques de l’exposition.

 

L’exposition

Si le nom de Fénelon reste connu, si un public cultivé peut invoquer le précepteur de la famille royale, le théologien adversaire de Bossuet ou l’auteur du Télémaque, il convient de mettre en valeur à la fois la diversité de ses préoccupations politiques, sociales, religieuses ou esthétiques, tout comme l’unité d’une pensée qui fut parfois caricaturée car trop invoquée dans les joutes intellectuelles des siècles derniers : Fénelon est-il un penseur rétrograde, un réactionnaire, défenseur d’un ordre ancien et de l’aristocratie face à la monarchie absolue ? Est-il au contraire un précurseur des Lumières, un penseur du social, un intellectuel proposant des réformes politiques ou sociales mises en œuvre bien plus tard ? Sa pensée religieuse ou sa réflexion esthétique témoignent-elles d’une époque révolue ou inaugurent-elles l’avenir, insérant par exemple le rôle de la psychologie et de l’expérience dans le discours théologique ou instituant une conception nouvelle de la poésie, qui la libèrera de la rime ?

La pensée de Fénelon, par sa richesse et la diversité de ses centres d’intérêt, tout comme par les réceptions dont elle a été l’objet, illustre bien à la fois le poids d’une époque tout comme son exploitation par les générations postérieures.

L’exposition adoptera une approche visant à balayer l’ensemble des productions et des questions qui ont fait la célébrité de Fénelon à travers un choix important d’ouvrages comme de documents visuels et sonores ; elle visera à faire comprendre au public combien Fénelon fut un écrivain « incontournable » pour des générations d’intellectuels ou d’écoliers français, ainsi que la valeur de sa pensée pour notre temps encore.

L’exposition ne se limitera pas à la dimension littéraire de Fénelon, mais montrera aussi comment des ouvrages, au premier rang desquels le Télémaque, ont inspiré auteurs de théâtre et d’opéra (citons par exemple l’Idoménée de Mozart ou le Télémaque de Scarlatti), voire les architectes de certains jardins du 18e siècle (ainsi le domaine de Sanspareil près de Bayreuth).

 

Catalogue

Un catalogue illustré accompagnera l’exposition avec des reproductions des documents exposés et plusieurs articles de spécialistes de Fénelon.

Détail

Entrée libre

Horaires (juin)
Lundi – samedi : 10h – 19h
Dimanche : 14h – 19h (sauf juillet-août)
Fermé les jours fériés et du 24 au 28 juin

Horaires (juillet-août)
Lundi – samedi : 10h – 19h
Fermé les jours fériés

Renseignements et réservation
03.88.25.28.07 / contact@bnu.fr

Commissariat de l’exposition
Julien Gueslin (BNU)
François-Xavier Cuche

Site internet présentant l’exposition.

 

Dossier de presse de l’exposition.

Parution : « Être et paraître, la vie aristocratique au XVIIIe siècle – Musée de la Renaissance »

etre-et-paraitre-la-vie-aristocratique-au-xviiie-siecle-musee-de-la-renaissanceCatalogue de l’exposition Être et paraître, la vie aristocratique au XVIIIe siècle, présentée au Château de la Roche-Guyon, Val d’Oise (11 avril au 29 novembre 2015).

Au travers de quatre-vingt-cinq œuvres, le quotidien de l’aristocratie du XVIIIe siècle revit dans les grands salons du château de La Roche-Guyon.

Une journée ordinaire dans une demeure seigneuriale au siècle des Lumières. L’exposition, articulée en dix vitrines, suit le déroulement d’une journée de la haute société des Lumières, en abordant les thèmes suivants : toilette et soins, parure et élégance, arts de la table, lecture et écriture, jeux et divertissements, priser et fumer, ouvrages de dames, prières et dévotions, armes d’apparat et chasse.

 

Détails

Référence : LIV_9782854956108
Artiste-Genre : Arts décoratifs, XVIIIe siècle
Auteur(s) : Muriel Barbier, Christine Duvauchelle et Sophie Vassogne
Editeur(s) : Artlys
Format : Ouvrage broché
Nb. de pages : 142
Langue : Français
Dimensions : 205 x 127
Date parution : 24/04/2015
Musée : Musée de la Renaissance, Château de la Roche-Guyon

 

Parution : L. Van der Hoven, « Musikalische Repräsentations-politik in Preussen (1688-1797). Hofmusik als Inszenierungs-instrument von Herrschaft » (Bärenreiter, 2015)

BVK02370_00_1_co_lrgLena van der Hoven consacre un livre à la culture musicale de la représentation des trois dirigeants Hohenzollern du 18ème siècle. Il examine leur concept musical respectif, ainsi que le changement socio-historique associé. Cette transformation fondée principalement dans les défis politiques spécifiques auxquels sont confrontés les trois rois de Prusse ont été étudiés.

Sommaire

I. introduction
II. Le modèle de Versailles ?
III. Représentation musicale au siècle des Lumières
IV. De la politique de représentation
V. Conclusion
VI. Annexes
VII Annexe :
1. Sources et bibliographie
2. LISTE DES FIGURES, exemples musicaux et abréviations
3. Index des Personnes
4. Crédits

Détails

Édition no. : BVK 2370
ISBN : 9783761823705
Volume / Séries : Musiksoziologie 19
Langue : Allemand
Éditeur : Bärenreiter
Année : 2015
Pages / Format : 350 p. – 21,0 x 14,7 cm
Poids : 513 g

Journées nationales de l’Archéologie – Domaine national de Marly (20-21 juin 2015)

unnamedPour les troisièmes Journées nationales de l’archéologie organisées dans le domaine de Marly, c’est l’élément principal du parc qui sera à l’honneur : le Pavillon royal, fouillé l’année du tricentenaire de la mort de son bâtisseur : Louis XIV. Plusieurs animations seront proposées sur le site : visites du chantier, conférences et expositions.

 

Programme

Quatre visites du chantier archéologique du Pavillon royal du château de Marly et deux conférences seront organisées :

Samedi 20 juin

14h30 : Visite du chantier de fouille du Pavillon royal

16h30 : Visite du chantier de fouille du Pavillon royal

18h30 : Conférence au Pavillon présidentiel

Annick Heitzmann : «  Actualité de l’archéologie à Marly »

 

Dimanche 21 juin

10h : Visite du chantier de fouille du Pavillon royal

15h : Visite du chantier de fouille du Pavillon royal

17h : Conférence au Pavillon présidentiel

Bruno Bentz : « Auguste Guillaumot, premier archéologue de Marly en 1860 »

 

Exposition

Objets trouvés au cours des chantiers archéologiques récents

Objets restaurés par les élèves de l’Ecole de Condé

Au Pavillon présidentiel

 

 

Attention : stationnement à l’extérieur du parc en raison de la Fête de Marly.

 

 

Voir la fiche de l’évènement sur le site des journées de l’archéologie.