Fouille archéologique dans le bosquet du Rond vert (ancien Théâtre d’Eau)

Le bosquet du Rond vert était fermé au public depuis que la tempête de 1999 en avait ravagé le couvert arboré. Les parcelles périphériques avaient été replantées en 2003, mais son losange central, qui avait autrefois contenu le célèbre Théâtre d’Eau de Louis XIV, était resté à l’état de terrain vague, en attendant qu’une décision soit prise quant à son réaménagement. Ce n’est qu’en 2010, que le parti fut arrêté d’y introduire un jardin contemporain. En amont de ce chantier, une intervention archéologique était nécessaire et une fouille programmée a été réalisée d’avril à juin 2011.

Le Théâtre d’Eau a été créé, entre 1671 et 1674, par Le Nôtre, secondé des hydrauliciens Francine et Denis, tandis que les fontaines étaient conçues par Le Brun. Il était composé d’une grande place presque ronde, scindée en deux hémicycles séparés par deux gradins coupés par un bassin oblong constitué de deux grandes nappes d’eau. En perspective de l’hémicycle haut, s’enfonçaient trois cascades en patte d’oie, ornées de coquillages variés et de nombreux jets d’eau. En haut et en bas des cascades, se trouvaient des fontaines ornées de sculptures en plomb. En 1677, l’hémicycle bas fut décoré de 18 bassins ronds rocaillés, avec chacun un jet d’eau qui s’élançait jusqu’en haut d’arcades végétales, plantées, en avant des charmilles, entre 1680 et 1688.

Au cours de la replantation de Louis XVI, en 1775, le Théâtre d’Eau, très endommagé, fut détruit et le bosquet devint Rond vert. Les allées diagonales furent prolongées jusqu’à un engazonnement circulaire central d’où le bosquet tire son nom.

Au cours du chantier archéologique, vingt-trois sondages ont été réalisés, dont quatorze ont été concluants.

Vue à la nacelle de la pierrée d’évacuation des petits bassins entourant l’amphithéâtre

Ils ont révélé :

– le bassin central du Théâtre d’Eau, qui séparait la scène de la salle de spectacle

– un tronçon de la cascade ouest

– deux tapis de mortier, souvenir de la cascade est

– la pierrée principale, dans l’axe du bosquet, a été mise au jour en plusieurs endroits

– deux pierrées secondaires et l’amorce d’une troisième

– l’allée d’accès à la salle de spectacle

– l’allée périphérique en losange, qui a disparu au sud du bosquet mais a été repérée en quatre endroits, au nord et à l’est.

Curieusement, il n’a été trouvé que peu de vestiges du Rond vert dans la stratigraphie et, en particulier, l’allée périphérique – pourtant commune aux deux états du bosquet – n’a été repérée que dans son état Louis XIV.Une pierrée, datant probablement de l’époque Louis XVI, a été découverte en trois endroits. Elle ne fait que traverser le bosquet, et est postérieure à l’aménagement du Rond vert car sa fosse de comblement coupe l’une de ses allées.

Bord nord du bassin central : système d’accrochage du rocaillage

Le mobilier archéologique trouvé au cours du chantier a fait l’objet d’un inventaire provisoire réalisé au fur et à mesure des découvertes. Cet inventaire comprend 600 numéros environ. L’essentiel des objets sont des éléments du rocaillage décoratif des bassins et cascades : meulières avec leur fil de laiton, pâtes de verre, morceaux de quartz ou de calcite, coquillages communs rarement entiers, pitons de fer ayant servi à maintenir le rocaillage. Ont aussi été trouvés : des tessons de vases de jardin en faïence bleue et blanche, quelques pièces de monnaie et jetons et surtout une hache polie néolithique. Outre cette hache, la plus belle trouvaille du chantier a été un magnifique coquillage exotique, entier et encore en place avec son fil de laiton sur l’un des bords du bassin central du Théâtre d’Eau.

 

Crédits images : droits réservés


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *